Affichage -électoral- légal ou illégal ?

Dominique BaertJe pensais avoir tout vu… Mais non, chaque jour nous apporte son lot de faits étonnants !

Beaucoup d’indices nous montrent que Mouscron est probablement la plus française des villes belges. C’est sans doute ce qui a incité Dominique BAERT à s’afficher sur le sol ou plutôt sur des panneaux informatifs mouscronnois pour faire sa publicité pour les élections municipales françaises qui se sont déroulées le 15 mars dernier en pleine pandémie de Coronavirus..

Mais qui est ce Dominique BAERT ?

Monsieur Baert n’est autre que le Maire de Wattrelos, commune voisine de Mouscron. Cet ancien membre du Parti Socialiste a été le soutien de première heure d’Emmanuel Macron. S’il a été épinglé pour la mauvaise gestion financière de sa commune, il a cependant été nommé Conseiller maître en service extraordinaire à la Cour des comptes. Un petit cadeau de Manu pour son soutien ?

Quel prix pour ta bobine sur un panneau

Si vous passez près de l’église d’Herseaux-Ballons, vous comprendrez aisément que l’espace publicitaire est un choix judicieux pour apposer des affiches électorales tant le trafic de voitures immatriculées en France est majoritaire.

Lors des élections en Belgique, des panneaux électoraux sont désignés et réservés à cet effet. Dans ce cas-ci, cet élu français fait sa campagne en Belgique sur des panneaux réservés à l’Associatif, à la Culture et aux Sports.

La porte est ouverte à tous les abus. Il y manque l’effigie de Marine Le Pen pour compléter le tableau !

S’il est vrai qu’en pleine période confinement il n’y a plus grand-chose à afficher, nous aurions sans doute mieux apprécié voir des remerciements à l’encontre du corps médical, des pompiers, des facteurs, des commerçants et de toutes les professions qui rendent aujourd’hui nos jours meilleurs malgré la pandémie.

Bref, là où le commun des mortels mouscronnois ou la petite association du coin se verraient sans doute verbalisés, nous osons croire que cet homme politique Français recevra une facture pour affichage illégal… à moins qu’un accord ait été trouvé avec nos élus Mouscronnois …

A quel prix !? 😉

Un poisson d’avril au goût amer

Tous les ans ou presque, j’arrive à dénicher un « poisson d’avril » qui interpelle beaucoup de lecteurs sur la véracité ou non de l’info publiée ce jour-là …

1 avrilPas envie de ça

C’est ainsi que si j’avais annoncé la démission de Maggy De Block par Marie-Christine Marghem beaucoup d’entre vous auraient plongé dans l’info. J’en connais qui se seraient sans doute arraché les cheveux.

Passons sur l’info tournaisienne pour en revenir à Mouscron.

Qui aurait cru qu’après cette crise nos élus Mouscronnois voulant s’inspirer du « Karaoké des personnalités » Tournaisien lanceraient également leur propre karaoké sur une symphonie hurlue.

Comme tête d’affiche, Brigitte Aubert notre bourgmestre interpréterait « Ça ira mieux demain » d’Annie Cordy, David Vaccari se lancerait dans un endiablé « le Rital » de Claude Barzotti; Marie-Hélène Vanesltraete prendrait également la place d’Annie Cordy  dans une savoureuse « Bonne du curé ». Philippe Bracaval se lancerait sans difficulté dans une savoureuse chanson de Jacques Dutronc « L’opportuniste ». La chanson « Ah… si tu pouvais fermer ta gueule » de Patrick Sébastien aurait été comme un gant à Laurent Harduin. Ann Cloet nous aurait également sublimé avec « Je me voyais déjà » de Charles Aznavour. Quant à son acolyte Kathy Valcke, Echevine des sports, elle aurait très certainement bien balancé son popotin sur le générique culte de Gym Tonic de Véronique et Davina. Quant au dernier Echevin, Didier Mispelaere il se serait lancé également sur une chanson de Keen’V « Pour y arriver ». N’oublions pas le président du CPAS Benoit Segard qui aurait repris à son compte « La chanson des restos » des Enfoirés. Et Michel Franceus qui s’accroche également à son poste de président de l’IEG qui déclamera « Le parvenu » de Léo Ferré.

Toute la presse en parle

Bref, rien de tout ça cette fois-ci, pas envie de broder sur le poisson d’avril car cette année, et plus particulièrement depuis quelques jours ou même quelques semaines, on se pose la question de savoir si la presse ne nous abreuve pas de manière précoce des poissons d’avril en tous genres.

C’est ainsi qu’en quelques heures nous apprenons que les amendes administratives pour non-respect du confinement seraient illégales, que 10.000 masques commandés s’avèrent inutilisables car « Ils ont été emballés dans des boîtes à bananes et à cornflakes usagées, ce qui est contraire à la réglementation. Dans une boîte, nous avons trouvé des excréments d’un animal », que 10.000 masques sont bloqués à l’aéroport de Bierset depuis une dizaine de jours, … que …, j’en passe et des meilleures.

Bref, devant tant de conneries véridiques, vous comprendrez qu’un poisson d’avril n’a plus sa place.

poisson d'avrilTrop is te veel.

Pour la forme, je vais quand même poster ci-contre un poisson où j’ai inséré une citation de Bernard Le Bouyer de Fontenelle, écrivain et scientifique français décédé en janvier 1757.

Permettez-moi, sans savoir ce que me (nous) réserve demain, de le paraphraser ! « Si on ne se voit plus, si on ne se parle plus et que vous ne me lisez plus… je suis content de vous avoir connus … » et entre-temps … me mettre à la lecture.

Jérôme Breyne, le « Warrior » Mouscronnois a tiré sa révérence

Toujours d’actualité!!!! À réfléchir pour certains!Aujourd’hui, depuis 4 heures du mat’ deux jeunes ados et une épouse pleurent un papa, un mari. Jérôme allait avoir 45 ans en juin. Il a lutté jusqu’à la limite de ses forces contre cette maladie qu’est le cancer. Ce cancer des voies digestives le rongeait depuis plus de 5 ans. Il a comme vous vous en doutez, connu des hauts et des bas mais depuis fin 2019 son état s’était fortement dégradé et ce putain de crabe a finalement eu raison de ce guerrier.

Jérôme Breyne était pompier professionnel à Bruxelles et volontaire à Mouscron. Il avait suivi en cela la voie d’Alain son papa, lui-même pompier.  

Ses collègues pleurent aujourd’hui un collègue, un camarade, un ami…

Ses premiers pas, il les a faits dans la caserne mouscronnoise avant de rejoindre les pompiers de notre capitale où ses compétences étaient hautement appréciées.

Pas qu’un sportif

Hurlu bon teint, Jérôme était un sportif hors pair. Il a joué à l’Excelsior, fait partie de l’organisation du premier « Hurluban Trail » organisé par la Ville, les pompiers et la police de Mouscron. Jérôme était hautement estimé au sein de la zone de police.

Il était également de la partie avec les « Warriors against cancer » Il y a juste un an, Jérôme participait encore à la course des Crêtes de Spa sur un distance de 55 km en portant haut et fort les couleurs de l’Association.

Jérôme BreyneJérôme n’est jamais resté confiné dans son coin et sa maladie l’a fait beaucoup fait réfléchir au point qu’avec son hygiène de vie irréprochable, il s’était toujours demandé comment il aurait pu attraper ce cancer alors qu’on n’attrape pas cette maladie si jeune. C’est ainsi que « Jérôme était engagé pour une meilleure désinfection des tenues des pompiers transportant des particules et les ramenant autrefois à la maison, au risque de les respirer. C’était son autre combat. Pour que d’autres ne développent pas la même maladie que lui, pour qu’ils puissent gagner des années comme il le rappelait sans cesse ».

Des questions il y en aura toujours concernant son cancer car si on avait prouvé que son cancer était en lien avec le feu, l’assurance Wapi aurait casqué et c’en était sans doute fini avec les nouvelles casernes.

Quel adieu pour Jérôme ?

Avec le Coronavirus nous savons que les règles pour les enterrements ont bien changé.

Certains de ses amis, de ses collègues, aimeraient sans aucun doute qu’un hommage hautement symbolique lui soit rendu.

Une minute de silence suivie d’applaudissements en face du chm où ses collègues entourant un camion de pompiers, cela aurait très certainement été une belle reconnaissance pour celui qui a toujours tout donné pour sauver des vies. Un geste que les policiers Mouscronnois ont fait il y a quelques jours afin de montrer une belle marque d’estime vis-à-vis de tout le corps hospitalier.

Dans un passé pas si lointain que ça, des pompiers Mouscronnois ont été mis à l’honneur. Jérôme y aura-t-il droit ? Nous ne pouvons que l’espérer !

Toutes les photos de cet article proviennent du Facebook de Jérôme

Dottignies : Un grand Monsieur quitte « sa ville »

Jean-Pierre AllardUn beau samedi ensoleillé mais frais… Peu de monde pour en profiter à l’extérieur à cause du coronavirus.

Mais si le soleil brille quasi partout, du côté de Dottignies le ciel est bien sombre. Les mines sont tristes.

Après le décès du lieutenant-colonel Roland Salembier qui nous a quittés il y a quelques semaines, c’est une autre grande figure dottignienne qui tire sa révérence. Jean-Pierre Allard  avait fêté ses 73 ans début janvier.

Souvent affublé de son pardessus à la Colombo, les mains jointes dans le dos, ce vrai Dottignien dont la devise aurait pu être « Dottignies First » avait toujours le « bonjour sympa ». Mais ne dit-on pas qu’il faut 3 générations pour être Dottignien ?

C’est à un ancien pompier et conseiller communal Philippe Verzele, autre figure marquante de Dottignies que je vais, avec son accord, emprunter ces quelques mots pour rendre hommage à Jean-Pierre ALLARD un personnage ô combien discret (qu’il a été quasi impossible de lui trouver une photo) mais que beaucoup ont connu au service population.

« Dottignies : plus d’échevin, plus de pompiers, plus de police (ou si peu), un seul employé communal, plus d’ouvriers communaux, … et bientôt, plus de membres du cercle historique pour faire vivre la mémoire de cette belle commune qui possède encore l’équilibre envié entre habitat, entreprises et campagne ! …

L’avenir n’est pas rose… sauf si un éclair de génie innovateur venait foudroyer la gestion mouscronnoise. 

Jean- Pierre ne s’exprimait jamais beaucoup. Il n’en pensait pas moins ! J’ai eu l’occasion de l’entendre – une fois ! – ouvrir son cœur par rapport à sa vision de la gestion politique de son « territoire ». C’était militant et… décapant. 

Repose en paix, l’ami… »

Tout est dit. Rideau.

Confinement ne veut pas dire abêtissement !

Vanessa ParadisDes millions de gens sont confinés dans leur habitation pour une durée indéterminée. La nouvelle date butoir du 19 avril en Belgique, c’est de la rigolade. Quelle sera la prochaine ?

Le côté positif de cette mise à l’écart provisoire, c’est que nous pouvons prendre le temps de réfléchir …

Au delà des mêmes salades que nous délivrent les médias chaque jour et qui deviennent lassantes, il serait intéressant de se poser des questions à savoir le pourquoi et le comment de la situation actuelle et ce que sera l’après coronavirus.

On a bien compris qu’il fallait écraser cette fameuse courbe pour éviter la saturation dans les hôpitaux du pays. Y arrivera-t-on ? On peut l’espérer !

Toutes les personnes directement concernées (techniciennes de surface, personnel soignant, chercheurs et toutes les personnes qui sont au charbon pour soigner un maximum de malades ou être au service de la population) ne ménagent pas leur peine pour que l’objectif soit atteint. Ces mêmes personnes tiendront-elles le coup physiquement et moralement pour venir à bout de ce virus ?

De nombreuses personnes confinées les remercient de différentes manières : petits mots, banderoles, concerts de klaxons, de casseroles et bien d’autres marques de sympathie. Vanessa Paradis vient de composer une chanson spécialement pour le personnel hospitalier. Vous pouvez l’écouter en cliquant sur la photo. Touchant !

Ces braves gens ont-ils pensé un instant comment nous en sommes arrivés là ?

Manque de lits, manque de masques de qualité, gaspillage éhonté de stocks soi-disant périmés car mal conservés, manque de matériel de protection, coupes budgétaires dans les soins de santé depuis plusieurs années. Tout cela au nom de la rentabilité et de l’intérêt privé alors que le souci devrait être l’intérêt général et le bien public.

Combien parmi eux ont voté, surtout en Flandre, pour cette droite libérale qui n’a  cessé de sabrer dans tout ce qui était services publics au nom de la rentabilité pour le profit de quelques-uns ou de certains groupes ? Combien ?

Pour qui la facture ?

Une fois la pandémie maîtrisée, qui paiera la facture qui sera forcément salée ? Les travailleurs et encore … les travailleurs. Les pauvres deviendront plus pauvres et les riches encore bien plus… riches. Ces derniers ont sans doute leur fortune bien planquée dans les paradis fiscaux depuis bien longtemps et ce n’est pas le gouvernement actuel ni celui qui lui succédera qui ira les chatouiller !! Alors qu’il suffirait d’un peu de courage politique !

Ceci dit ce n’est pas pour aujourd’hui ni pour demain que nos professionnels de la politique censés représenter le peuple mais représentant surtout leur parti avec le pouvoir et ses avantages changeront leur manière d’agir.

Bon confinement et bonne réflexion !

Le secteur médical mouscronnois pourra se protéger contre le Coronavirus

Brigitte Aubert Didier MispelaereLe secteur médical mouscronnois pourra se protéger contre le Coronavirus

Eureka !

Grâce aux nombreux bénévoles qui se sont attelés à la fabrication de masques, les volontaires, mais également le personnel soignant a pu se procurer auprès de l’Administration communale quelques dizaines de masques de protection qui seront bien utiles dans leurs tâches combien ingrates mais si précieuses.

Heureusement que ces volontaires ont retroussé leurs manches car un gros couac est de nouveau arrivé à cause de l’INAMI avec des listes comportant un maximum d’erreurs pour une livraison de masques.  Des masques qui, comme le signale le journal Le Soir du jour, ont une durée de vie de 4 heures. A ce sujet, Catherine Duplat qui exerce pour la Fédération Aide et soins à Domicile (ASD), déclare : « A la limite, on peut espérer utiliser un seul masque par jour, pour épargner le stock. Mais les procédures prévoient en réalité d’en changer toutes les quatre heures au moins ».

Certains Mouscronnois avaient senti l’oignon ! Ils se sont sans doute dits « Aide-toi, le ciel t’aidera » … et ont pris les devants comme pas mal d’autres communes pour réaliser des masques et ainsi venir en aide au personnel médical.

Faut-il s’étonner que ce qui ne marche pas avec le secteur public retrouve des couleurs une fois certaines compétences reprises par le privé ?

Poser la question c’est y répondre !

Vive le respect des distanciations…

Comme on peut le voir sur la copie d’écran prise sur le site de l’Administration communale, cette distribution de masques a été effectuée par notre Bourgmestre et par son chevalier servant.

Alors qu’on nous rabâche sans cesse les oreilles et ça à juste titre de « rester chez soi », de « garder nos distances » nos deux élus issus pourtant du milieu médical en oublient tout simplement ces recommandations.

Il est bon de rappeler que dans les commerces (qui est un milieu fermé) il faut garantir les distances sociales qui sont de 1,5 mètre !

Pour avoir croisé ce matin une des deux personnes se trouvant en voiture et qui est reprise sur la photo, j’ai également regretté que le passager ne se trouvait pas à l’arrière … comme c’est pourtant recommandé… « Sur tout le territoire, la Police mène des contrôles auprès des automobilistes pour vérifier qu’il y ait bien de l’espace entre le conducteur et le passager. Le passager (même vivant sous le même toit) doit s’installer à l’arrière pour garder une distance. Nouvelle règle en vigueur selon les policiers. »

Bref, lorsque vous avez un peu de pouvoir c’est « Faites comme je dis, pas comme je fais ».

Un petit mot qui ne coûte rien !

Pascal éboueurMercredi 8 heures 20 du mat’ … Un mercredi comme un autre sauf que peu de voitures circulent, rares sont les piétons qu’on croise, il ne fait pas très chaud, mais le ciel est déjà bien bleu… C’est le jour du ramassage des ordures ménagères dans le quartier que je traverse …

De-ci de-là, des feuilles A4 collées sur les poubelles avec un petit mot ou même un petit dessin d’enfant pour remercier ces travailleurs de l’ombre.

Indispensables à la beauté de notre environnement et à notre santé, ces préposés au ramassage des déchets ménagers s’activent chaque jour à enlever nos sacs déposés devant nos demeures.

Papiers/cartons, sacs plastiques et ménagers, tout y passe. A les voir courir ainsi pour déblayer nos trottoirs je doute fort que ces courageux fréquentent encore les salles de sport ou effectuent un jogging après leurs heures de travail.

Et pourtant, à les voir trimer et porter ainsi nos sacs, ils ont toujours « la banane ».

Mais aujourd’hui c’est différent …

Les petits mots laissés sur les sacs doivent leur faire bien plaisir et il n’est pas rare qu’on leur lance un « Bon courage et merci pour ce que vous faites » … Ces marques de sympathie doivent les changer de leur quotidien.

Chaque jour, la Presse met en avant les métiers liés au secteur médical et ce à juste titre.

Comme la petite Jade l’a fait pour les facteurs il y a quelques jours, je tenais également à rendre hommage à ces esclaves des temps modernes afin de tous les remercier mais également mon copain Pascal (sur la photo) qui malgré la difficulté de son travail a toujours le sourire et un mot gentil pour tout le monde. Qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il neige ou par canicule, il est fidèle au poste. Grand amoureux d’objets représentant des aigles, il passerait des heures à parler de sa passion. 

Il serait peut-être bon de rappeler qu’en France, les éboueurs ont une espérance de vie réduite de 7 ans par rapport à la moyenne nationale. (Le Point, 3.02.2020)

 La profession manque indéniablement de reconnaissance. Souvenez-vous de ce qui s’est passé lors du débrayage des éboueurs à Paris en 2020 ! Sans oublier Marseille, Rome et Naples où les odeurs nauséabondes et la prolifération de rongeurs étaient monnaie courante lors des grèves. 

A vous tous, un seul mot du fond du cœur : MERCI