Climat, mobilité, écologie, développement durable : des mots rien que des mots …

dieu mobilitéCette année, la semaine de la mobilité se déroule du 16 au 22 septembre. Comme le signale le site internet de la Wallonie, l’objectif de cette semaine est de « Démontrer les avantages des modes de déplacement alternatifs à la voiture individuelle comme la marche, le vélo, le covoiturage et les transports en commun. Il est important d’agir en faveur d’une mobilité plus efficace, plus respectueuse de notre cadre de vie et qui s’inscrive dans le développement durable. »

Pour une mobilité plus durable, une action de sensibilisation via des slogans était également mise en place.

Paroles, paroles, paroles, …

Au-delà des slogans, des phrases passe-partout et des discours à consonance écologique (cela s’appelle de la communication !), ne serait-il pas urgent de passer des bonnes intentions et des paroles à des ACTES en investissant massivement dans l’amélioration des routes, le développement et la diversification des transports en commun (train, métro, bus, tram) afin de proposer une alternative crédible au « tout à la bagnole » ? Il est vrai que « Ma voiture, c’est ma liberté » a la dent dure et que les enjeux financiers sont énormes …

J’entends souvent « On va droit dans le mur ». La mobilité n’est qu’un élément d’un système néo-libéral qui montre ses limites ! Comme disent d’aucuns, il faut changer le système ou à tout le moins le réguler pour atténuer au maximum les effets du réchauffement climatique, arrêter la chute libre de la biodiversité et le creusement des inégalités. Le toujours plus des pays riches à travers la croissance engendre des catastrophes écologiques et sociales de plus en plus visibles !

Le petit opuscule « Le chemin de l’espérance » paru chez Fayard en 2011 (5,10 euros) rédigé par Stéphane Hessel et Edgard Morin nous ouvre les portes d’une véritable alternative à la mondialisation en promouvant croissance et décroissance positives dans une vision humaniste.

Ils nous invitent à découvrir  ce qu’ils appellent « La sobriété heureuse ».

Un ouvrage à lire et relire …

Sur ce, profitez bien de ce week-end qui s’annonce encore ensoleillé !

Mouscron : « Les Feux de l’Amour » ou « Les Feux de la Mort » ?

Mouscron pont St ThérèseA la TV, il y a « Les Feux de l’Amour » et à Mouscron il reste à espérer qu’il n’y ait pas « Les Feux de la Mort ».

Après les feux du carrefour du « Christ » (encore un accident ce dimanche matin) qui sont hors-service depuis pas mal de temps et qui devraient être réparés fin octobre/début novembre, c’est maintenant au tour de ceux du « Pont St Thérèse » à être hors-service depuis quelques jours … A qui le tour??

Comme on se trouve devant une entrée principale de la ville, on vous laisse imaginer le beau bordel aux heures de pointe ! Ne parlons pas des risques d’accident… bien trop élevés ces derniers temps …

L’Echevine des Travaux fera sans doute une -nouvelle- conférence de presse pour éclairer notre lanterne sur ce nouveau problème !

Bref, dans l’attente de réparations adéquates, il ne nous reste plus qu’à prier Sainte Thérèse … de Lisieux. Si ça ne marche pas… nous n’aurons plus que les yeux pour pleurer.

Feux ou pas feux, ça n’a pas empêché une gentille mamie de 88 ans de me refuser une belle priorité de droite ce matin… Et un Bristol jaune lol. Mais plus de peur que de mal car il n’y a pas de blessés, hormis la tôle.

Marché hebdomadaire : le ras-le-bol des commerçants et des chalands

Tant du côté des commerçants que des chalands et malgré le beau soleil présent ce mardi matin, ça râlait ferme lors du marché hebdomadaire …

Hormis les commerçants vendant des produits de bouche, les mines étaient plutôt moroses chez les autres indépendants qui tant bien que mal essayaient d’attirer les très rares acheteurs dans les quelques allées ensoleillées … Comme me disait l’un d’eux « On fait de l’image » autrement dit :  on fait acte de présence … 

Quant aux clients, on ne peut pas dire qu’ils adhèrent au nouveau plan du marché mis en place depuis les travaux de la Grand-Place.

Ce matin, les rares chalands ronchonnaient encore plus … Ceux qui désiraient monter la petite-Rue pour se rendre ensuite à la Rénovation Urbaine en passant devant l’église Saint-Barthélemy devaient rebrousser chemin car des ouvriers s’affairaient devant le parvis de l’église et avaient coupé le passage. Idem pour ceux arrivant de la Grand-Place … Bref, tout le monde se croisait …

Aucune indication pour avertir les promeneurs du jour !

Que dire de la rue de Menin mise en double-sens alors qu’une partie est occupée par les véhicules des commerçants ! Les piétons doivent redoubler d’attention sous peine de se retrouver planqués contre le mur ou pire sous les roues d’une voiture !

Les marchands et leur clientèle sont de plus en plus pessimistes et on peut se demander s’il y a encore un avenir pour ce marché car pas mal d’entre eux, présents dans la précédente configuration du marché, avaient déjà jeté l’éponge tout au début des travaux !  

The future will tell !

Mouscron travaux marché DSC04425

« Allô Marie-Hélène, y’a les feux qui déconnent »

Feux marlière Drandon Christ MouscronCertaines mauvaises langues me diront que le titre « Allô Marie-Hélène, y’a tes yeux qui déconnent » aurait été mieux approprié … mais je ne crois pas que notre coquette Echevine des travaux aurait apprécié …

Toujours est-il que Noël c’est en décembre, pas à la rentrée scolaire ! Les usagers peuvent se passer des feux clignotants en cette période !

Et 1 -accident- et 2 -accidents- et … et … STOP, n’en rajoutez plus la coupe est pleine !

S’il est vrai qu’en cas de panne de feux, le code de la route est et reste en vigueur, il est sans doute aussi vrai que cette plaisanterie a assez duré … et ça dure depuis près d’un mois !

Samedi dernier, vers 21 heures, un accident qui aurait pu avoir des conséquences très graves a encore eu lieu au carrefour formé par les rues du Dragon, Christ, Marlière et Risquons-Tout.

La solution d’attente ne serait-elle pas de mettre des feux de chantier ou de poser des panneaux « STOP » ? Solution sans doute trop facile ?

Devant une si longue attente pour le moins incompréhensible, pour ne pas dire désinvolte, l’Echevine des travaux avancera sans aucun doute qu’elle doit passer par un « marché public » pour une telle réparation et chacun sait qu’une telle demande peut parfois durer 3 mois !

Par la même occasion, une solution pourrait sans doute être trouvée pour les piétons venant de la chaussée du Risquons-Tout et se dirigeant vers le parc. Il faut en effet être un véritable équilibriste pour ne pas tomber du trottoir… Je n’ose même pas imaginer les acrobaties d’une jeune maman avec une poussette ou une personne handicapée passant à cet endroit ! 

Le bon sens n’a pas de frontière …

Piscine Mouscron P1090540Pourquoi ce qui est possible d’un côté de la frontière linguistique ne pourrait-il l’être de l’autre ?

Dans un précédent post, je vous avais fait part de divers soucis rencontrés à la piscine communale de Mouscron.

Ayant sans doute rebondi avec cet article, le journal L’Avenir n’a pas hésité à interroger le manager de la nouvelle piscine courtraisienne à propos des problèmes d’incivilités.

A Courtrai, les responsables de la piscine ont un accord avec leur bourgmestre … « Nous ne pouvons pas obliger les personnes à nous présenter leur carte d’identité, mais si elles ne le veulent pas, elles ne rentrent pas » … signale Elewin Werbrouck le manager du LAGO Courtrai Weide. Voilà qui est clair, net et de bon sens !

La vague est aujourd’hui dans le camp de la bourgmestre mouscronnoise. Elle se doit de réagir et ce pour le plus grand bien des utilisateurs qui fréquentent les divers plans d’eau de la piscine hurlue et qui n’ont rien à se reprocher, mais également pour tout le personnel de la piscine mis trop souvent sous pression !

Et l’ascenseur ?

Quant à l’ascenseur toujours en rade, il nous revient qu’il est totalement hors-service depuis 6 mois et qu’il ne s’arrête plus à l’étage de la cafétéria depuis … 2 ans.

Si après avoir effectué vos longueurs vous désirez manger un p’tit bout ou tout simplement vous désaltérer et que vous avez des problèmes de mobilité, il ne vous reste qu’à faire demi-tour … La cafétéria vous est interdite ! C’est pareil si une maman veut monter avec son bébé qui est dans sa poussette ou même pour un arrêt pipi …

Pendant ce temps, d’aucuns auront bientôt la chance de profiter d’une toute nouvelle machine à café/soupe … Mais n’est-ce pas là le plus important pour eux ? Dans certaines Administrations ou Intercommunales on trouve toujours de l’argent pour ce que l’on veut !

Et la détection électronique ?

En août 2010 déjà, j’interpellais l’actuel et futur ex-président de l’IEG pour lui demander s’il était possible d’installer une détection électronique à la piscine communale. En 2012, l’IEG envisageait la chose (demandes de subsides, …).

Nous sommes presque en 2020 … Rien à l’horizon ! Ne dit-on pas que l’espoir fait vivre ?

Les plus perspicaces signaleront que l’actuel Echevin de la Culture a fait plus depuis octobre dernier que l’actuel Président de l’IEG et futur … ex-Échevin de la … Culture en 20  ans !

Des logements communaux qui font débat !

Je me suis surpris à constater que le Conseil communal se réunissait ce lundi soir pour, entre autres, débattre sur l’adoption de la Déclaration de politique du logement …

C’est ainsi qu’au point 5 on peut lire : Sensibiliser les citoyens au concept des obligations qui leur incombent en qualité de propriétaires ou de locataires (permis de location, salubrité, détection incendie, respect de dispositions du Règlement Général de Police, …) et en explications : De nombreuses réglementations, normes, autorisations, … interagissent sur la problématique du logement. Le Règlement Général de Police en est un élément important. En effet, il contient les prescriptions qu’il convient de respecter afin de garantir au mieux la tranquillité, la sécurité et l’hygiène publique dans notre ville.  Il s’agit donc d’un véritable code de conduite applicable à la vie en société. Il sanctionne une série de dérangements publics par différentes sanctions administratives.

Que voici de beaux engagements ! La Ville va-t-elle se sanctionner elle-même ?

A la lecture des infos reprises ci-dessous, vous déduirez que l’expression « Faites ce que je dis mais pas ce que je fais » est entièrement appropriée à la situation !

Tuquet Mouscron P1090527De bien beaux appartements mais …

De prime abord et vu de l’extérieur, ce bâtiment situé dans le quartier du Tuquet vous donne envie d’y élire domicile. L’entrée du bloc est assez attirante et malgré la proximité de la frontière, les locataires de ces logements construits il y a moins de 6 ans et appartenant à la Ville de Mouscron ont vraiment tout pour être séduits !

Toutefois… Même si l’entente entre une grande partie des locataires semble bonne, rares sont les voisins qui n’ont pas de griefs à formuler envers l’Administration communale.

Tuquet Mouscron P1090482Il ne faut pas aller très loin pour voir les nombreux problèmes extérieurs : humidité, fuites un peu partout, éclairage des communs défaillant ou inexistant depuis des mois …Ces éléments créent un grand sentiment d’insécurité. Une dame insistait « Je sors rarement sans mon grand parapluie avec une belle pointe au bout ». L’éclairage commun aurait été coupé pour permettre la bonne (?) marche de l’ascenseur (lorsqu’il n’est pas en panne) et l’ouverture de la porte coulissante pour rentrer les voitures. On croit rêver… Quant à l’ascenseur pour lequel les pompiers ont dû intervenir en 2018 afin d’y extirper une dame qui y était coincée, il récupère également le trop-plein d’eau se trouvant sur la passerelle. Des plaques aux plafonds qui ne tiennent plus, des fils électriques visibles, des boulons rouillés qui s’effritent ou encore des écoulements d’eau qui font déborder les égouts dans les maisons… Des boîtes noires disposées sur les pelouses et près du garage voitures qui contiennent de la mort-aux-rats … N’en jetez plus, la coupe est pleine !!

A l’intérieur, le constat n’est pas beaucoup plus folichon. Et cependant, malgré mon arrivée impromptue et les problèmes ambiants, les locataires se font un devoir de bien décorer et d’entretenir leur intérieur.

J’ai quand même pu relever de nombreuses fissures bien apparentes, des chambranles de porte qui ne sont pas vraiment stables, des chauffages qui n’ont jamais fonctionné, des châssis mal fixés, des serrures qui doivent être changées, de l’eau des balcons s’infiltrant sous les portes. Et sans doute le plus comique, une dame se plaignant du décollement des plinthes affirme avoir reçu un tube de colle pour effectuer elle-même la réparation : « Débrouillez-vous ! » 

Parmi les autres soucis retenus mais non vérifiés, je retiens un cas de sous-location, une dame qui un jour a dû enjamber un inconnu dormant dans les escaliers et des problèmes de drogues qui seraient également présents !

Six ans après la construction de ce bloc d’appartements, il semblerait que certains logements ne peuvent déjà plus être loués.  

Si une fuite d’eau ou de gaz est détectée, personne n’a accès au local et aucun extincteur n’est disponible.

Bien maigre bilan à n’en pas douter !

« Gérer en bon père de famille »

Ne dit-on pas qu’il faut gérer les logements en bon père de famille ? Si tel est le cas, les locataires attendent des engagements fermes de l’Administration communale !

Si le loyer tourne autour de 500 €, des charges allant de 20, 26 ou même 30 € sont à ajouter au loyer. L’électricité (absente depuis des mois) des communs et un emplacement réservé à la voiture y seraient inclus … D’aucuns signalent que 10 € avaient été déduits lorsque le local réservé aux poubelles avait été fermé. Ce point est à vérifier d’autant plus que si le nettoyage des communs et de l’ascenseur est compris dans ces charges, il y a bien longtemps que l’entretien ne se ferait plus !

Une pétition aurait été transmise aux Autorités communales pour remettre en service le local réservé aux poubelles. Mais comme bien trop souvent, cette lettre est restée sans réponse !

Si certains locataires avancent « qu’ils s’adaptent à cette situation » on peut regretter qu’ils ne contactent pas l’émission « Images à l’appui » de RTL… même s’il faut savoir qu’en dehors des périodes électorales, les promesses aboutissent bien moins vite…

Tuquet Mouscron P1090512

STOP à la vitesse excessive …

petition chaussée du risquons-toutDevant les fous du volant ou du guidon, le ras-le bol est bien présent chez pas mal de riverains de la chaussée du Risquons-Tout …

La vitesse est sans doute en partie responsable d’un accident survenu samedi soir à l’angle de la Chaussée du Risquons-Tout et de la Marlière …

Une pétition qui sera remise aux responsables communaux est en ligne et sera présentée personnellement à tous ceux habitant la chaussée …

Vos signatures sont attendues en cliquant sur la photo.

M E R C I