Mouscron : Quand sécurité rime avec … fil grillagé !!

Même si ce n’est pas la première fois, ce n’est pas tous les jours qu’une Ministre débarque à Mouscron …

Marie-Martine Schyns y a fait une apparition, Miet Smet également. N’oublions pas l’incontournable Elio Di Rupo et son éternel nœud pap’. La très controversée Marie-Christine Marghem venue en voisin et Jan Jambon n’a pas non plus manqué d’y faire une apparition. Bien d’autres ont également foulé le sol hurlu.

Maggie De Block au Refuge

Aujourd’hui, c’est au tour de Maggie De Block d’y faire une rapide incursion… Rapide car il s’agit bien d’une visite PRIVEE comme le confirme l’invitation de presse « A la demande de Mme Brigitte Aubert, bourgmestre, Mme la ministre Maggie De Block rendra une visite privée au personnel Fedasil à Mouscron ce jeudi 17 octobre 2019.

Mme De Block ne souhaite pas s’exprimer devant la presse lors de sa venue.

Des prises de vue pourront être réalisées lors de l’arrivée sur l’esplanade du CAM, rue de Courtrai, 63 à 10h.

Après l’entretien entre Mme De Block et Mme Aubert, l’arrivée au Refuge, rue du Couvent, est prévue à 10h30.

La visite privée du site Fedasil terminée, Mme Brigitte Aubert vous fixe rendez-vous à la sortie du Refuge à 11h15 pour répondre aux questions éventuelles.

Cordialement »

Bref, notre bourgmestre profitera de l’occasion pour se mettre en avant après cette visite ministérielle médiatisée …

Visite où on parlera bien entendu du nombre dans cesse croissant de migrants (56 nationalités différentes) occupant le Refuge.

Gros problèmes à la Rénovation Urbaine

Rénovation urbaine MouscronUne Brichite qui a fort à faire ces derniers temps avec la sécurité. La presse locale fait aujourd’hui mention de graves problèmes rencontrés à la Rénovation Urbaine où des squatteurs sèment le trouble et où les riverains dénoncent une « insécurité ambiante » ! (photo 29 juin dernier)

Et si comme l’explique madame la Commissaire Magali Delannoy « la Rénovation Urbaine n’est pas un lieu plus risqué qu’un autre », elle avoue tout de même que « les combis d’intervention qui tournent régulièrement le week-end ne peuvent pas y accéder ». On ne peut cependant que constater et regretter que de nombreux véhicules squattent régulièrement la Rénovation en journée.

Comme pour le Parc Communal et bientôt le Centre Culturel Marius Staquet (70000 euros d’investissement quand même !), madame la Bourgmestre envisagerait-elle également de grillager la Rénovation Urbaine ? N’oublions d’ajouter de nombreuses caméras … C’est très à la mode ces temps-ci !! Quel bel avenir on nous prépare !!

maggie brigitte aubert t

Une arnaque partout… sauf à Mouscron ?

arnaque mouscronUn vent favorable m’avait invité à me rendre au marché hebdomadaire ce matin et plus précisément à l’entrée près des appartements de la rue de Menin.

Une personne seule y vendait des bonbons au profit des animaux (?).

Info ou intox ? Toujours est-il qu’un monsieur était bien présent avec un petit stand pour vendre des … bonbons … Un stand comme on en retrouve souvent un au coin de la Petite Rue et de la Grand-Place.

Est-ce le temps incertain qui faisait qu’il n’y avait qu’un seul vendeur au moment de mon passage ? Possible car dans la Petite Rue, ils sont bien souvent plusieurs à vous appâter en vous offrant un bonbon avant de vous réclamer de l’argent pour des animaux.

Dépêchée sur place, la police signale que ce monsieur serait en ordre … Mais en ordre de quoi ? « Contactez l’ONEM ou l’ONSS si ça ne vous convient pas » m’est-il répondu !

Bizarre …

De nombreux articles de presse signalent pourtant ce genre de procédé pour le moins indélicat. Mouscron ferait-elle exception à la règle ?

Cette fois-ci, pas d’animaux vivants mais un félin en peluche bien au chaud sous la cariole. Il est vrai que ce ne sont pas les vacances scolaires et qu’il n’y a pas de bambins à attendrir ! 

Le même procédé s’était présenté il y a quelques années sur la brocante de la rue de Menin où, sans payer, ils s’étaient installés en pleine rue pour vendre leurs bonbons … Ils furent remballés manu-militari par les responsables !

Procédé bien connu… sauf à Mouscron ?

Ces personnes jouent très souvent sur vos sentiments, votre corde sensible !

A Chimay, ils exhibaient un cochon pour vendre des bonbons avant de se faire éjecter. Les côtes françaises, bretonnes ou les grands marchés de Nantes ne sont pas épargnés non plus. .

Le Nord de la France n’échappe pas non plus à ces vendeurs.

L’arnaque bien mise au point ne date pas d’hier… En 2007 déjà, une certaine Laetitia publiait quelques très belles lignes sur la toile

Alors, procédé légal ou comme le signale Jenolekolo en août 2015 nous avons affaire à des « escrocs à la petite semaine » ? 

Début octobre de cette année, c’est à Molenbeek qu’une telle arnaque était dénoncée !  

Arlon n’y échappe pas non plus.

De tels procédés se font évidemment au détriment des vraies sociétés de protection des animaux

Les pompiers pas épargnés non plus

La presse nous informe très souvent que de faux démarcheurs sévissent dans notre région en se faisant passer pour des pompiers.  sans oublier les arnaques sur Internet.

Bref, tapez « arnaque » sur Google et vous en trouverez en veux-tu en voilà !

A vot’ bon cœur M’sieurs Dames ?!

Près de 6.000 € pour les Baillis mais on passe à la caisse pour venir en aide à la maladie !

HuguetteC’est une bien triste histoire qui nous est parvenue …

Le spectacle doit continuer

Afin de rendre hommage à leur maman et mamie Huguette décédée le 24 octobre 2018 des suites de la maladie de Charcot, Isabelle et Aline bien connues dans le milieu de la danse ont décidé de s’investir dans un gala de danse dont les bénéfices seront intégralement versés à la Ligue S.L.A

C’est quoi la SLA ?

« La Sclérose Latérale Amyotrophique est une maladie létale neuromusculaire qui peut affecter tous les groupes musculaires autres que les muscles autonomes. Un patient atteint de SLA décède en moyenne 33 mois après le diagnostic en raison de la paralysie des muscles respiratoires et de la déglutition. Toutefois, il existe une grande dispersion de l’espérance de vie des patients SLA. ».

Toute une vie dévouée à la danse !

Huguette DEMAERSCHALCK était bien connue à Mouscron et n’y a laissé que d’excellents souvenirs. Elle fut fondatrice d’une école de danse dans notre cité en 1975. Tombée dans la soupe toute petite, sa fille Isabelle collabora avec sa maman qui  créa IDDanse dès 1987. Elle eut pignon sur rue à Mouscron jusqu’en 2010, date à laquelle sa maman passa définitivement le flambeau à sa fille.

Depuis ce passage de relais, Isabelle s’est rapprochée de son domicile et exerce aujourd’hui à Péruwelz, toujours sous le nom d’IDDanse. Elle a gardé de nombreux contacts et amis à Mouscron. C’est donc tout naturellement qu’elle eut dans l’idée de représenter un gala de danse dans la Cité des Hurlus.

IDDanse IMG_5053Un gala pour la bonne cause

Et quel endroit mieux que le Staquet pouvait accueillir un tel spectacle ? Une demande fut introduite pour l’occuper le 30 octobre prochain.

Plus de 150 danseurs âgés de 5 à 20 ans qui ne comptent pas leurs heures d’entraînement afin d’offrir un superbe spectacle aux visiteurs du soir se déplaceraient gratuitement à Mouscron.

Malgré une réponse positive, ce fut la douche froide lorsque les organisatrices apprirent qu’une somme de 1.600 € leur serait réclamée. La SABAM ne faisait pas de cadeau non plus en réclamant 400 €.

Bref, c’est un montant de 2.000 € qui ne garnira pas l’escarcelle de l’ASBL ! Les 200 premières cartes vendues rejoindront donc la comptabilité mouscronnoise et la SABAM… plutôt que celles de l’ASBL soutenant les malades atteints de la « Maladie de Charcot ».

Pour les remercier de l’autorisation d’occuper le Centre Culturel Marius Staquet, les organisatrices comptaient évidemment inviter gracieusement nos responsables communaux … Vous pensez bien qu’il n’en sera rien !

Comme il n’y a pas d’élections à l’horizon, nous sommes curieux de voir le nombre d’élus qui se présenteront aux caisses du Centre Culturel Marius Staquet le 30 octobre prochain !

Le moindre petit cent est le bienvenu pour cette ASBL. Des ballotins de bonbons vous seront proposés pour la modique somme de 3€ le paquet ou 5 € les deux. Un petit geste sympathique pour ces malades afin de garnir un peu plus le « coffre-fort » de bénéfices de la soirée. Il sera intégralement restitué à la ligue SLA. 

Des subsides à la tête du client ?

Des subsides sont alloués par notre Administration à diverses organisations. L’intercommunale IEG n’hésite d’ailleurs pas à délier les cordons de la bourse pour aider des courses cyclistes ne passant même pas dans la zone IEG (Mouscron-Estaimpuis-Comines/Warneton). Ici alors que nous nous trouvons en présence d’un club de danse qui versera INTEGRALEMENT la recette d’un soir à une ASBL, on n’hésite pas à demander le « prix plein » !

Les organisatrices auraient très certainement apprécié un geste de nos responsables politiques. Comme le club a émigré à Péruwelz, elles auraient même sans doute compris que les charges (électricité, …) et les frais de personnel leur soient facturées … Alors que notre Bourgmestre est proche du milieu médical, la pilule passe très mal ! Rappelons que madame Brigitte Aubert est infirmière de formation, qu’elle a été Echevine de la Santé et que son mari est un médecin connu et reconnu dans la région !

Et les Baillis ?

Pour la petite anecdote, rappelons que madame Aubert a été élue il y a quelques jours Bailli titulaire. L’organisation des Baillis a d’ailleurs été abordée lors du dernier conseil communal par la conseillère Ecolo Anne-Sophie ROOGHE car la confrérie des baillis s’est vue octroyer près de 5.879,30 € de subsides. Madame ROOGHE précisait « Nous sommes interpellés par le montant des dépenses prises en charge pour compte de tiers par la Ville de Mouscron dans le cadre de la fête des Hurlus et le convent des baillis. Il ne s’agit aucunement d’un jugement de valeur sur les baillis mais sur l’affectation de deniers publics. On peut soutenir un tel événement folklorique mais près de 6.000 euros pour simplement un banquet réservé aux membres de cette confrérie et de quelques personnalités mouscronnoises… ce n’est pas raisonnable et c’est inacceptable ! On y retrouve 479 € pour l’impression de 400 invitations et de 65 menus, 525 € pour quatre médailles (!) mais aussi 4 875€ pour le repas. Lorsque l’on sait qu’il y avait une soixantaine de convives, cela représente un menu à environ 75€ par personne ! Ce n’est pas le rôle de la Ville de supporter de tels frais… Si les baillis veulent s’offrir un tel banquet, ils n’ont qu’à organiser des activités, des repas ou des actions comme le font toutes les autres associations mouscronnoises pour pouvoir mener leurs projets ! Ce serait tout à leur honneur de chercher eux-mêmes les fonds pour faire vivre leur groupe folklorique ! ». Dans sa réponse, notre Bourgmestre se la joue un peu Caliméro en regrettant que « c’est la première fois en 45  ans que les Baillis existent que ce point passe au conseil communal  » et d’ensuite citer les dépenses allouées avant son arrivée sur le trône.

Chacun appréciera. 

ID Danse IMG_4852Tous au rendez-vous le 30 octobre

Dans le cas de ce gala de danse, les organisateurs espèrent bien entendu que le Centre Culturel Marius Staquet sera plein comme un œuf le 30 octobre prochain sous le coup de 18 heures. Cette soirée sera certainement l’occasion pour les « anciens » de se remémorer les bons moments passés en compagnie d’Huguette et d’Isabelle !

Presque 5 ans plus tard et … toujours un mal de chien pour se garer !

Parking DSC00062Si l’on compare avec nos villes voisines, les Mouscronnois et les visiteurs ont la chance (abstraction faite des zones bleues) de bénéficier d’un parking gratuit en plein centre-ville.

Heureusement diront certains car « le commerce va déjà très mal » … et si en plus le parking est payant, il y a fort à parier, que comme à Tournai, les chalands désertent encore un peu plus le centre-ville pour se rabattre sur les zones commerciales « Les Dauphins », « Mains et Sabots » ou même les sites commerciaux français situés à quelques kilomètres de la Cité des Hurlus. Ce que font déjà les Tournaisiens avec Les Bastions ou Froyennes.

Parking fermé depuis presque 5 ans !

Logement Mouscron DSC00060« A partir du 16 mars 2015, des travaux seront réalisés au parking souterrain de la Rénovation urbaine » pouvait-on lire sur le site Internet de l’Echevine des travaux ! Le parking APPARTENANT A LA VILLE DE MOUSCRON avait fait l’objet d’une visite du sous-lieutenant MICHAUX Guy en date du 10 octobre 2014. Un rapport de prévention incendie et panique aboutissait à un avis défavorable du SRI (Service Régional d’Incendie) de Mouscron quant à la sécurité du parking. Le 11 février 2015 le syndic transmettait un courrier au Collège Echevinal signalant « le danger pour la sécurité des usagers du parking, ainsi que pour les immeubles le surplombant et l’étendue des travaux pour la mise en conformité pour garantir la sécurité. Vu qu’au regard de la dangerosité des lieux, aucun délai ne peut être octroyé pour la réalisation des travaux nécessaires. Considérant que la fermeture du parking s’avère nécessaire, le temps de faire procéder aux travaux indispensables »  

Depuis cette date (16 mars 2015), les riverains de la Rénovation urbaine et de la rue de Bruxelles en particulier sont privés d’un emplacement de parking pour leur véhicule avec bien entendu tous les risques que cela représente (vol, dégradations, …)

Les facteurs déménagent            

Depuis mi-2012, les riverains de la rue de Bruxelles et des rues avoisinantes respiraient un peu. Les facteurs avaient déserté le site postal pour un bâtiment situé près de la gare, ce qui leur octroyait quelques places de parkings supplémentaires. Et pourtant, aujourd’hui, les places se font toujours aussi rares dans ce coin du centre-ville.

En plus de subir les travaux de la Grand-Place et son manque d’emplacements de parking, les riverains de la rue de Bruxelles doivent également composer avec le mardi matin, jour de marché où le parking du CAM est vidé de ses voitures pour faire place aux derniers survivants/commerçants du marché hebdomadaire. N’oublions pas les jours de foire (ducasses d’été et de printemps) ainsi que la fête des Hurlus même si celle-ci, cette année, semblait encore plus morose que l’an dernier. « J’ai fait un tour vite fait samedi après-midi. J’estimais que l’année dernière l’événement était tristounet ; cette année c’était affligeant, déprimant, tragique… à pleurer !! Pas grand monde dans les rues (samedi il ne pleuvait pas). Même les commerçants n’y étaient pas. Carnage !!! La fête des Hurlus est uniquement dans les journaux » m’écrit une fidèle lectrice de mon blog … Et dans quelques semaines, ce sera le marché de Noël qui privera ces mêmes riverains des rares places de parking qui leur reste encore à proximité !

Il est amusant de lire dans l’annonce de l’Echevine qu’ « Une solution provisoire sera mise en place pour les riverains grâce à des accès 24h/24 au parking « Les Arts » ». Celui-ci a récemment été fermé pendant 3 mois mais ouvert à nouveau pour la fête des Hurlus ! Rappelons aussi que ce parking n’a jamais fait l’unanimité à cause des problèmes d’humidité et surtout d’insécurité !

Et où en sont les travaux ?

Les anciens usagers du parking de la rue de Bruxelles seraient très intéressés d’apprendre ce qui a été entrepris pendant 4 ans ½ pour mettre ce parking en conformité. Les travaux ont-ils déjà débuté ? Si oui, quand pourront-ils à nouveau bénéficier de ce parking (payant) ?  Il faut également savoir qu’il existerait un danger pour l’immeuble le surplombant comme le mentionne le syndic « le danger pour la sécurité des usagers du parking, ainsi que pour les immeubles le surplombant. »

Un surnom reçu comme un hommage

Stoyan Vercruysse DSC04549Quelle jolie surprise ce fut pour moi, ton père, de découvrir, floqué sur ton t-shirt, à l’endroit du cœur, le surnom que t’ont attribué tes camarades de classe.

Dans le bouillonnement d’idées et d’activités qui électrisent votre classe de 6e secondaire avait surgi celle de confectionner des t-shirts personnalisés.

Pour toi Stoyan, le choix de tes condisciples s’est porté sur « Professeur » : belle marque de reconnaissance, sans doute pour ton parcours scolaire exemplaire mais, au fond, pas si éloignée du brassard de « capitaine » que t’avait attribué ton entraîneur de football et dont tu étais si fier (et moi plus encore) : professeur et capitaine d’une équipe de foot n’ont-ils pas en commun d’être des guides, attentifs aux autres, toujours soucieux de leur venir en aide, et surtout d’être des exemples ?

Tu as 17 ans. En septembre prochain, c’est aux Pays-Bas, à Eindhoven, que tu entameras le second volet de tes études, en anglais cette fois : opteras-tu pour un cursus d’ingénieur civil ou d’architecte… ou peut-être d’ingénieur-architecte ? Il te reste plusieurs mois pour en décider. Je ne m’en tourmente pas pourvu que tu suives ta voie et surtout « ta voix » (cette voix intérieure qui, seule, sait et te murmure ce qui est bon pour toi) : si tu es heureux, je le serai forcément.

Les « 24 heures de Mouscron » pour la forme et pour le plaisir …

Stoyan Vercruysse Mouscron 24 HeuresPour cette 41ième édition, les 24 heures de Mouscron ont été bien arrosées et pas seulement au bar … Pluie, soleil et vent mais également joie et bonne humeur étaient omniprésents durant ce long week-end de fête qui se voulait comme chaque année sportif et culturel.  

La bonne ambiance était déjà de mise dès vendredi après-midi où les sportifs avaient amené tout le nécessaire pour passer 24 heures de folie sur le site de la Plaine de Neckere !  

Si les organisateurs devaient annuler le concert prévu vendredi soir faute de réservations suffisantes, c’est sous le coup de 14 heures ce samedi que ces valeureux sportifs s’élançaient pour deux tours d’horloge … enfin pour ceux qui le voulaient bien car l’ambiance sous le chapiteau le samedi soir confirmait bien que pour certains, le week-end serait avant tout festif … La nuit fut pour certains très courte ( n’est-ce pas mon fils 🙂 ) … car il est dit qu’à Mouscron, rien n’arrête la fête, même pas le temps dégueu !

Au final, les 128 équipes inscrites (98 FourTeam & 30 SixTeam) auront passé un excellent moment, d’autant plus que c’était pour la bonne cause !