Brigitte -Aubert- « on » a soif

Sur l’air de chef un p’tit verre on a soif

Ce matin, deux ouvriers communaux s’affairaient aux bacs à fleurs de la Grand-Place afin d’enlever les mauvaises herbes, abreuver les plantes.

Si la Grand-Place est privilégiée, il n’en est pas de même pour certains quartiers.

Les 9 bacs à fleurs décorant le parvis de l’église du quartier du Nouveau-Monde sont très bien entretenus. Par contre, Il n’en est pas de même pour le bac abandonné à côté des PAV (points d’apport volontaire) qui se trouve sur le parking du Bon-Pasteur. Le pauvre a vraiment triste mine et crie désespérément à boire.

Détail amusant… On peut lire sur les deux beaux autocollants apposés sur ce bac à fleurs « Toutes les choses grandissent avec amour » et « les plantes c’est joli, c’est bon pour la santé et ça favorise la diversité »

Joli contraste !! Faut-il en rire ou en pleurer ?  

Point positif, et c’est à souligner, aucun dépôt clandestin à côté des PAV !

Certains de nos aïeux doivent se retourner dans leurs tombes en voyant ce qu’il reste de leurs principes d’éducation au respect des structures collectives. Que ce soit pour les biens ou pour les personnes, certains ne les portent plus du tout dans leur échelle de valeurs ! Font-ils encore partie de l’Humanité ? 

D’autres infos sur www.ambition2000.be

Bancs publics mouscronnois

A Mouscron, l’automobiliste ne ressent que les nids-de-poule, ne supporte que les bouchons et les travaux qui sont légion. Il n’a qu’une vision étriquée de sa ville.

Il n’en va pas de même pour le piéton qui découvre malheureusement ce que devient chaque jour Mouscron.

Qu’il est loin le refrain de la chanson Les Amoureux des bancs publics de Georges Brassens qui fredonnait « Les gens qui voient de travers pensent que les bancs verts Qu’on voit sur les trottoirs – Sont faits pour les impotents ou les ventripotents – Mais c’est une absurdité car à la vérité, ils sont là c’est notoire – Pour accueillir quelque temps les amours débutants – Les amoureux qui s’bécotent sur les bancs publics – Bancs publics, bancs publics – En s’foutant pas mal du regard oblique des passants honnêtes —
Les amoureux qui s’bécotent sur les bancs publics – … »

A voir la crasse qui entoure les bancs publics mouscronnois on doute fortement que de jeunes amoureux puissent conter fleurette sur la place de Mouscron.

Si comme partout ailleurs l’arrivée de la pluie est attendue pour raviver les pelouses, les plantes, les légumes et même redonner vie à nos rivières et plans d’eau, les Mouscronnois aspirent à l’arrivée de cette pluie pour nettoyer leurs rues et la Grand-Place.

Début juillet, un journaliste se foutait vraiment de la gueule du monde en titrant « Mouscron, the place to be ? ». A le lire, on pourrait croire que Mouscron est comparable à Monaco par sa propreté, son côté sécurisant, … Nous sommes loin, même très loin de la coupe aux lèvres car la vérité est toute autre.

La ville est chaque jour de plus en plus sale. La sécurité ? Faut-il en parler ? Les quelques articles de presse traitant le sujet ne sont que la face visible de l’iceberg car les infos sont sans doute distillées avec parcimonie.

Heureusement à Mouscron il n’entre pas encore dans les intentions de notre bourgmestre de rebaptiser notre Grand-Place « Place Georges Brassens » comme le fut le Parc Communal tournaisien. Mais qui sait, dans un avenir proche et de manière démocratique (à la sauce Aubert -qui aime s’inspirer de son collègue Tournaisien-) la Grand-Place sera-t-elle baptisée du nom de son chanteur ou sa chanteuse préféré(e) !

D’autres infos sur www.ambition2000.be

L’arnaque continue à Mouscron et ailleurs

Leur cinéma est bien rôdé et leur clientèle bien ciblée …

Ils arrivent bien souvent de l’autre côté de la frontière avec tout ce qu’il faut pour attirer les pigeons … ou les cochons de payeurs.

Ils se présentent avec une petite carriole, vous offrent un petit bonbon et embrayent en vous demandant d’acheter un paquet pour aider leur cirque … Évidemment, ce cirque n’existe pas et les 5 € (parfois même beaucoup plus) récoltés ne servent qu’à remplir leur caisse. En observant leur manège, on constate que les personnes âgées ou celles se promenant avec un compagnon à quatre pattes sont particulièrement visées.

Les plus anciens se souviendront sans doute que ces arnaqueurs déposaient parfois un petit animal (chat, chien ou même une chèvre sur leur présentoir à bonbons)

Ce mardi, sur le marché de Mouscron, les vendeurs de bonbons avaient fait place à ce qui pourrait ressembler à un Mickey.

Le célèbre personnage de Disney était accompagné de son photographe. Polaroïd au cou, il attendait que sa grande souris ait appâté un client… Oui, tout est bien rôdé ! Clic clac, pour 8 € vous aurez droit à votre photo. Pour quelle œuvre « bidon » ira cette fois-ci les bénéfices de leurs prises de vues ?

Sans aucun doute comme pour les vendeurs de bonbons : tout dans leurs poches.

Combien de temps nos autorités communales laisseront-elles encore notre population se faire plumer par de tels escrocs ?

Evidemment, nulle présence de représentants de l’ONSS ou de l’ONEM pour les contrôler !

Non cela ne fait pas partie du folklore comme certains l’affirment.

N’hésitez pas à cliquer sur la photo pour découvrir un très bel article publié sur le site de RTL sur ce sujet.

D’autres infos sur www.ambition2000.be 

La ruée vers la France

Et non pas la ruée vers l’or mais presque … 

Le prix du carburant ! C’est Le gros sujet de conversation depuis l’annonce française de le faire passer à 1 € 50

S’il est vrai que ce n’est pas la crise pour toutes les couches sociales en Belgique, les fins de mois sont quand même de plus en plus difficiles pour la plupart des ménages belges où un cent devient un cent.

Pauvres de nous qui croyions qu’une bonne partie de nos achats provenaient de Chine … On se rend compte aujourd’hui qu’ils proviennent d’Ukraine !! lol

Le Belge dépense de plus en plus à l’étranger

Un petit coup d’œil aux parkings des grandes surfaces frontalières françaises et on s’aperçoit qu’une belle partie des véhicules stationnés sont immatriculés en Belgique.

Et oui, il n’est pas rare de croiser tant à Auchan Leers ou à Roncq des Belges venus de Bruxelles y faire leurs très larges emplettes, parfois même avec une remorque. C’est sans doute la même chose du côté de la frontière luxembourgeoise…

Quelques bouteilles de vin et d’alcool, des produits de lessive, des boissons sucrées et surtout des packs d’eau ont vite amorti le déplacement. Alors, imaginez le frontalier qui à moins de 10 kilomètres de son domicile peut faire de très larges économies. Tout le monde n’a pas le portefeuille bien rempli.

Suite à l’annonce de la baisse du carburant côté français, la ruée vers la France va sans aucun doute encore s’accentuer…

D’un côté, il y a nos amis Français qui passent la frontière afin de se procurer le tabac et les carburants bien plus avantageux financièrement (plus pour très longtemps !!). En sens inverse, les Belges la franchissent pour pas mal de produits (voir photo d’illustration) et bientôt… pour le carburant.

Des scrupules ? Pourquoi ? Ils ont voulu l’Europe et ses dérives… Ils l’ont ! Chacun regarde son portefeuille.

Pompistes Belges

Nos pompistes qui ont bénéficié pendant des années de tarifs plus avantageux qu’en France risquent cependant de la trouver mauvaise surtout que nos politiciens ne semblent pas vouloir s’aligner sur les prix français.

N’est-ce pas David Clarinval, vice-Premier ministre MR, ministre des PME et des Indépendants, qui déclare « 1,50 € le litre d’essence, c’est une utopie ».

A croire que nos ministres ont des actions de l’autre côté de la frontière, tant en France qu’au Luxembourg et même en Hollande (médocs) et qu’ils aiment voir les Belges dépenser leur argent à l’étranger … 

La famille Mulliez, pourtant établie du côté de Néchin, et grand patron entre autres d’Auchan se frotte encore une fois les mains en scrutant les décisions de nos potaches politiques.

A vot’ bon cœur m’sieurs dames

En date du 29 juillet L’Edito de la DH titrait « l’indécent bénéfice des pétroliers ». Le journaliste aurait pu aussi  titrer « L’indécent bénéfice de l’état (belge) » qui a empoché 5,44 milliards d’€ d’accises (6,6 milliards en y incluant la TVA).

N’oublions jamais que ce que l’état donne d’une main, il le reprend avec une plus-value de l’autre. Il faut bien récupérer l’investissement du Covid…

Placés depuis peu et déjà endommagés

Il ne fallait pas être grand clerc pour deviner que les panneaux retraçant le passé héroïque de Mouscronnois durant la seconde guerre mondiale inaugurés la veille de la fête nationale française et placés à l’ombre de Saint Barthelemy seraient la cible de casseurs.

Quel est l’énergumène qui a choisi cet emplacement ? D’autant plus qu’il y avait une belle place disponible avec vue sur la Grand-Place à côté des mâts supportant les drapeaux.

Pour quelles raisons ont-ils été placés à cet endroit ? That’s the question ! Toujours est-il que là où ils étaient placés il ne faisait aucun doute qu’ils feraient long feu.

Peut-être que ces panneaux didactiques ont-ils été installés là comme « cache-misère » afin de dissimuler les boîtiers électriques qui se trouvent à l’arrière ? Les responsables communaux faisaient ainsi d’une pierre deux coups : on pensait faire plaisir aux demandeurs et on cachait ce qui ne devait pas être vu.

Sauf qu’à cet endroit, ils n’offraient que peu de visibilité et certains abrutis, en mal de se défouler, n’ont rien trouvé de mieux que de les démolir  bien à l’abri des regards et sans doute des caméras.

Dominique Hooghe, à la base de cette initiative croit sans doute encore au Père Noël en espérant des sanctions vis-à-vis des auteurs…

Si le ou les initiateurs de ce nouvel acte de vandalisme qui pourrissent quotidiennement la vie des Mouscronnois sont interpellés, il ne fait aucun doute que les juges n’oseront même pas leur tirer l’oreille ! Au pire, ils leur infligeront une peine des travaux d’intérêts généraux qu’ils n’effectueront jamais.

Devant un tel laxisme ambiant, il ne faut pas s’étonner que le monde parte en couilles !

Vous remarquerez également sur la photo la propreté qui règne sur nore toute nouvelle Grand-Place … 

Plus d’infos sur www.ambition2000.be

Le foot mouscronnois déjà dans la tourmente ?

Qui a dit qu’il n’y a jamais de fumée sans feu ?

Alors que l’on semblait de plus en plus repartir sur des bases résolument saines pour relancer le foot à Mouscron avec des Mouscronnois, il semblerait qu’à peine mis sur les fonds baptismaux, le nouveau club de football local (Stade Mouscronois Squadra)  doive déjà faire face à quelques soucis … Le foot à Mouscron ne sera donc jamais un long fleuve tranquille.

Rien n’est clair depuis quelques temps. Malgré l’investissement de pas mal de personnes pour relancer le foot mouscronnois, notre Bourgmestre Brigitte Aubert et son acolyte l’Echevin David Vaccari semblent vouloir à tout prix retrouver du foot professionnel à Mouscron.

Vite largué de feu l’Excel, Mbo MPenza voulait à nouveau se mettre en avant. Pari réussi car il devient le président de Mandel, un club basé à Izegem mais qui jouerait à Mouscron… Dans la foulée, on peut raisonnablement envisager qu’Mbo emmènera son frère Emile dans ses bagages.

Malgré les 25 minutes de route et un peu moins de 30 kms qui séparent les deux villes, nous savions que ce club flandrien souhaitait venir jouer à Mouscron mais là, les responsables semblent bel et bien vouloir éjecter les vrais Mouscronnois de leur stade. N’est-ce pas madame Aubert ? N’est-ce pas monsieur Vaccari ?

Ne serait-ce pas couper l’herbe sous le pied des dirigeants Hurlus qui aujourd’hui ne savent toujours pas où ils pourront jouer lors de la prochaine saison et à quelles conditions.

Dans le pire des cas, n’est-il pas possible de faire cohabiter ce club flamand avec le club mouscronnois ? Rappelons qu’à Bruges, deux clubs de 1ère division partagent le stade.

Ce qui est possible à Bruges ne pourrait pas l’être à Mouscron ?

Une décision aujourd’hui ?

Une entrevue avec le véritable club de foot mouscronnois, et les autorités politiques prévue ce jour devrait nous éclairer un peu plus sur les intentions de notre administration et de l’IEG quant à l’avenir du Stade Mouscronnois Squadra. Après les nombreuses promesses de rendez-vous, mieux vaut tard que jamais diront certains.

Il reste à espérer que le Stade Mouscronnois Squadra ne soit pas le cocu du ballon rond à Mouscron comme le fut Péruwelz.

Et le Futurosport ?

A ce propos, la Bourgmestre semble se réjouir des subsides obtenus et de la série d’investissements qui les accompagnent… Sauf que cela ne concerne – quand on lit et relit bien – qu’UN SEUL SPORT … Devinez ! Le football, évidemment ! 

Sur le site Internet de la Ville de Mouscron un gros titre saute aux yeux « Un subside de 2,5 millions € pour les aménagements du Futurosport » … En parcourant cette page on peut découvrir que « Pour le projet concernant des aménagements divers au pôle football du centre sportif de la Barrière Leclercq, mieux connu sous le nom de Futurosport, c’est un subside provisoire de 2.430.280 euros qui est annoncé ! ». 

Certaines personnes rient jaune en faisant remarquer que « Futurosport » s’écrit sans S …. On ne peut donc y favoriser qu’une seule discipline.

En aparté, les langues se délient et expriment des déceptions quant à la différence de traitement des élèves logeant à l’internat selon le sport pratiqué. Rien que les moyens de transport proposés décourageraient les non-footeux…

Le niveau de discipline par rapport au concept « école » serait également problématique pour ceux qui désirent s’épanouir au-delà d’une ligne tracée à la chaux….

Bref, la presse et quelques politiques locaux font la publicité d’une belle manne promise. Ils feraient également bien d’évaluer le concept avec TOUS les acteurs avant qu’il ne soit trop tard et qu’ils se retrouvent avec une maison à moitié vide sur les bras car les perles encore présentes aujourd’hui auront quitté l’endroit.

Repartira-t-on vers de nouvelles aventures nébuleuses avec le ballon rond à Mouscron ? Quel rôle jouera Michel Franceus, l’ancien vice-président de feu Royal Exel Mouscron mais également encore pour quelques temps président de l’IEG ? Poste où il s’accroche très fort, financièrement parlant.

Et bientôt le tour du cyclisme ?

Si ici on parle plus spécialement de la saga du ballon rond mouscronnois, un autre dossier pourrait sans doute également faire parler de lui, une maison du cyclisme devrait en effet voir le jour en 2023.

Nul doute qu’on en reparlera et qu’ici également, on risque de bien rigoler, car ce sera sans doute une nouvelle histoire familiale.

D’autres infos sur www.ambition2000.be 

Mouscron, l’endroit où il faut être ?

2 € 40, tel est le prix pour parcourir la gazette Nord-Eclair du dimanche … C’est quand même cher payé pour un journal léger, léger, léger dont cinq ½ pages de pubs, une de mots croisés et 2 réservées aux programmes TV.

OK, il n’y aurait rien à redire si on n’avait pas l’impression qu’on se fiche des lecteurs, le cochon de payeur.

Ce dimanche matin, si le soleil n’était pas aussi chaud et présent, je me serais cru quelques mois plus tôt, plus précisément au 1er avril dernier…

C’est un article non-signé repris en page 7 sous le titre « Mouscron, the place to be ? », traduction « Mouscron, l’endroit où il faut être » qui a particulièrement suscité ma curiosité.

Alors là, le journal m’est tombé des mains ! Je n’en croyais pas mes yeux ! Ils ont osé !

Explications ?

Est-ce un article qui devait paraître il y a une bonne dizaine d’années et qui on ne sait par quel miracle a été publié dans les pages de ce dimanche ? Le journal local a-t-il fait appel à un étudiant venu dont ne sait où pour combler le manque d’inspiration des journaleux de service ? L’auteur du texte a-t-il trop forcé sur l’alcool attablé avec un journaliste au « Brasseur » ou au « Georgy’s Bar » ?  Un petit malin s’est-il amusé à créer le buzz ? Je ne vois que cette dernière explication tellement la ficelle est grosse …

Les quelques extraits ci-dessous devraient vous donner la banane pour quelques heures car même nos élus politiques n’auraient pas osé sortir de tels bobards. Encore que …

Lisez plutôt : « Mouscron attire et continue d’attirer, un fait dont personne ne doit douter. Alors que la partie flamande de la région a le plus grand mal à attirer les touristes d’un jour dans les centres villes. », « Mouscron reste une attraction pour beaucoup de gens », « Du shopping, une journée de lèche-vitrines ou simplement une soirée de détente ? Tant les Wallons que les Flamands se retrouvent à Mouscron. », « L’afflux d’excursionnistes est un atout majeur pour ceux qui souhaitent investir et faire des affaires à Mouscron. », « Les commerces traditionnels d’antan côtoient des activités ultramodernes dignes d’une métropole », « 7700 (lisez Mouscron) s’impose aisément comme le code postal le plus branché de Wallonie picarde ». N’en jetez plus, la coupe est pleine.

Non, vous ne rêvez pas, l’article version méthode Coué est paru dans le Nord-Eclair de ce 10 juillet 2022 et pas dans Le Gorafi, un site d’information parodique français ni dans le Canard Enchaîné qui comme chacun le sait est un hebdomadaire français satirique.

Ce rédacteur s’est-il projeté en l’an 3022 après Jésus-Christ ? A moins qu’il ne cherche également et tout simplement à se caser dans le Cabinet de notre Bourgmestre ou chez un Echevin, comme d’autres l’ont fait avant lui ?

Les optimistes (et les autres !) ne manqueront pas de nous faire remarquer qu’il vaut mieux lire ce genre de chronique qui nous fait rire aux larmes que des articles sur les bagarres et autres faits divers qui empoisonnent la vie des Mouscronnois et qui reflètent tristement la réalité du terrain.

On devrait lire plus souvent ce genre de chronique dans le quotidien régional car comme l’affirme Christine Jammes : « Rire en famille, c’est mettre une belle cerise sur le gâteau de la vie. »

D’autres infos sur www.ambition2000.be

Polo et Lulu n’ont rien volé ni détourné, ils font leur job

Je fais suite à mon article d’hier et je me pose des questions.

Est-ce le titre ou la petite phrase reprise au-dessus de la photo du couple tournaisien qui ont provoqué des réactions si nombreuses, même s’il est vrai que la phrase mythique « On dit merci qui ? »  est ancrée dans pas mal de têtes.

Toujours est-il qu’après les quelques remarques reçues, je me dois d’apporter des infos supplémentaires.

Et pour agrémenter cet article, quoi de mieux qu’un petit montage réalisé avec une prise de vue de la rue de la Citadelle, celle où la caserne tournaisienne est située.

Il vaut mieux y passer en 4×4 plutôt qu’à vélo. Il est même étonnant que Tournai n’ait pas été reprise comme ville de passage pour le Tour de France avec les pavés de cette rue… il est vrai qu’ils sont mieux entretenus sur les tronçons du Nord… Le Bourgmestre de Tournai, présent aujourd’hui sur le secteur n°3, y était sans doute également pour étudier comment entretenir ses pavés tournaisiens.

Est-ce un crime de faire jouer ses relations pour faire vivre honnêtement sa région quand on a eu un mandat des électeurs ? Négatif à mon humble avis.

Le gâteau doit toujours se partager. Tant chez les humains que chez les animaux, et plus encore chez les politiques, on sort les crocs pour satisfaire sa faim.

Ce n’est également pas un crime que de se voir mandater si on a une bonne bouille sans forcément en avoir les compétences et qu’on se présente aux élections. La fonction peut créer l’orga(sm)ne.

Dans certaines familles politiques, surtout au niveau communal, on a parfois l’art d’établir des listes électorales ressemblant fortement au scénario de la 7ème compagnie. Et quand elle perd ses chefs, le scénario prend parfois une tournure frisant le ridicule.

Mouscron a perdu ses ténors capables de faire gagner la Ville. Force est de constater que la Cité des Hurlus a perdu son aura et n’a plus que ses troisièmes couteaux pour batailler en nageant dans la semoule.

Les Engagés risquent rapidement de devenir les futurs dégagés si un ténor régional débarquait en terres hurlues. Un Jean-Luc Crucke par exemple ?

Le tout serait de ne pas être parachuté bêtement comme ce fut le cas à Tournai en laissant tomber après maintes manœuvres maladroites en coulisses un nain dans un magasin de porcelaine qui a brisé du vieux Tournai frigide à tous changements.

Alors oui, le duo Polo-Lulu dérange le pauvre Francken qui pour exister ne le ménage guère.

Les chars de Lulu n’ont pas encore déraciné les vieux pavés tournaisiens, ce qui dans la rue de la Citadelle -voir photo- ferait probablement l’affaire de Polo qui solliciterait, peut-être, un dédommagement de La Défense.

Un conseil nocturne en aparté réglerait certainement et rapidement l’affaire. Mais cela ne nous regarde pas, affaire privée !

Ces deux-là ont remis Tournai au premier plan. Chacun, dans leur fonction respective, collectionne de nombreuses réussites… et … sans scandale… Ça redonnerait presque confiance au « politique » … Pourvu que cela « doure » pour cette grande ville qui avait perdu beaucoup de sa superbe.

Il n’empêche que pour l’instant Tournai bouge, Ath vit et Mouscron donne l’impression de stagner, voire de sombrer. Même si Lulu faisait débarquer l’unité cycliste à Mouscron, elle ne pourrait pas circuler sur la Grand-place ni dans la Petire-Rue.

Circulez, il n’y a rien à voir dirait la 7ème compagnie.

D’autres infos sur www.ambition2000.be

Allô Polo, Allô Lulu

Loin des chamailleries qui foisonnent dans la presse sur leur couple, Paul-Olivier Delannois, bourgmestre de Tournai, profite aujourd’hui d’une belle journée sur le Tour de France alors que sa moitié, Ludivine Dedonder donnait hier des coups de pioche pour l’installation du futur complexe destiné à abriter, sur la base aérienne de Florennes, les drones pour effectuer des missions de reconnaissance.

Si Théo Francken rugit sur le couple Polo/Lulu, il n’hésite cependant pas à lancer « J’aime la Wallonie et les Wallons ».

Mais au-delà de ces polémiques politiciennes, peut-on reprocher au couple Polo/Lulu de favoriser leur ville ?

Il convient néanmoins de se poser quelques questions sur cet adage « Charité bien ordonnée commence par soi-même ».

Le couple tournaisien ne s’inspire-t-il pas d’un autre socialiste qui à l’époque fit d’Ath ce qu’elle est aujourd’hui ? Ath, que certains avaient même rebaptisé « Spit City », doit beaucoup si pas tout à Spitaels que certains surnommaient « Dieu ».

Un Paul-Olivier Delannois qui n’hésite d’ailleurs pas à avancer que son modèle politique n’était autre que Guy Spitaels. Le modèle politique de Lulu est très différent. Sa source d’inspiration est Michel Daerden, l’amuseur public. « En politique je lui dois tout ce que je suis devenue » déclare-t-elle après avoir appris la disparition de « papa ».

On le sait, le maïeur tournaisien n’a pas la langue en poche et après le décès de Detremmerie, il était évident que ses successeurs ne devaient pas s’attendre à des cadeaux venant de sa part.

Delannois n’avait d’ailleurs pas tourné autour du pot la veille des élections d’octobre 2018 : « J’assume mes choix pour Tournai », « Je pense d’abord pour Tournai », « j’agis pour Tournai », « se battre pour Tournai », … Le ton était donné !

Certains me rétorqueront qu’il a aussi déclaré « Les relations avec Rudy Demotte sont bonnes et le resteront ». On sait ce qu’il en est advenu… Le petit Rudy s’est tout simplement fait bouffer par le couple Delannois/Dedonder. Ciao Rudy.

Et Mouscron dans tout ça ?

Une seule réponse : On se fait dévorer !

Si grâce à ses nombreux mandats politiques Guy Spitaels avait mis en avant sa ville, Detrem de son côté avait réussi à mettre Mouscron sur la carte du monde grâce au foot. La suite de l’histoire est moins sexy …

A cette époque, Tournai vivait quasi dans l’ombre de ses villes voisines : l’une gérée par les socialistes (Ath), l’autre (Mouscron) par le cdH devenu depuis peu « Les Engagés ».

Mais la roue a bien tourné, même si c’est dans le mauvais sens pour les Mouscronnois.

Les chats sont partis, les souris dansent

Après le décès de Detrem et ensuite la perte de son poulain Damien Yzerbyt emporté par la maladie, les Tournaisiens n’allaient pas manquer de faire payer aux Hurlus leur mise à l’ombre…

Aujourd’hui, le duo Polo/Lulu s’en donne à cœur joie pour redonner ses lettres de noblesse à la Cité de Clovis.

D’un côté un bourgmestre défendant SA commune becs et ongles, de l’autre une compagne parachutée Ministre de la Défense par Polleke (Magnette). Il n’en fallait pas plus pour promouvoir Tournai tous azimuts.

De Mouscron on n’en parle plus. A l’image de l’Eurométropole Lille-Courtrai-Tournai

Si à Mouscron on grince des dents devant la fuite des institutions, aujourd’hui les Tournaisiens jubilent devant les actions du « couple royal de Picardie ».

Si tout va pour le mieux dans le ménage glamour tournaisien, certains se demandent s’il y a un futur divorce fracassant dans l’air dans le couple de Wallonie picarde ? L’avenir nous l’apprendra…

D’autres infos sur www.ambition2000.be 

Bien-être animal

Ce texte (dont je ne connais pas l’auteur) reçu ce matin par mail est tellement bien ficelé que je me permets de le mettre en ligne.

Donc, au niveau du bien-être animal, à Bruxelles on peut égorger des animaux sans étourdissement mais en wallonie il faut un permis pour avoir un poisson rouge.

En termes de grand écart politique, ça fait longtemps que le slip a craqué.