L’arnaque continue à Mouscron et ailleurs

Leur cinéma est bien rôdé et leur clientèle bien ciblée …

Ils arrivent bien souvent de l’autre côté de la frontière avec tout ce qu’il faut pour attirer les pigeons … ou les cochons de payeurs.

Ils se présentent avec une petite carriole, vous offrent un petit bonbon et embrayent en vous demandant d’acheter un paquet pour aider leur cirque … Évidemment, ce cirque n’existe pas et les 5 € (parfois même beaucoup plus) récoltés ne servent qu’à remplir leur caisse. En observant leur manège, on constate que les personnes âgées ou celles se promenant avec un compagnon à quatre pattes sont particulièrement visées.

Les plus anciens se souviendront sans doute que ces arnaqueurs déposaient parfois un petit animal (chat, chien ou même une chèvre sur leur présentoir à bonbons)

Ce mardi, sur le marché de Mouscron, les vendeurs de bonbons avaient fait place à ce qui pourrait ressembler à un Mickey.

Le célèbre personnage de Disney était accompagné de son photographe. Polaroïd au cou, il attendait que sa grande souris ait appâté un client… Oui, tout est bien rôdé ! Clic clac, pour 8 € vous aurez droit à votre photo. Pour quelle œuvre « bidon » ira cette fois-ci les bénéfices de leurs prises de vues ?

Sans aucun doute comme pour les vendeurs de bonbons : tout dans leurs poches.

Combien de temps nos autorités communales laisseront-elles encore notre population se faire plumer par de tels escrocs ?

Evidemment, nulle présence de représentants de l’ONSS ou de l’ONEM pour les contrôler !

Non cela ne fait pas partie du folklore comme certains l’affirment.

N’hésitez pas à cliquer sur la photo pour découvrir un très bel article publié sur le site de RTL sur ce sujet.

D’autres infos sur www.ambition2000.be 

Le foot mouscronnois déjà dans la tourmente ?

Qui a dit qu’il n’y a jamais de fumée sans feu ?

Alors que l’on semblait de plus en plus repartir sur des bases résolument saines pour relancer le foot à Mouscron avec des Mouscronnois, il semblerait qu’à peine mis sur les fonds baptismaux, le nouveau club de football local (Stade Mouscronois Squadra)  doive déjà faire face à quelques soucis … Le foot à Mouscron ne sera donc jamais un long fleuve tranquille.

Rien n’est clair depuis quelques temps. Malgré l’investissement de pas mal de personnes pour relancer le foot mouscronnois, notre Bourgmestre Brigitte Aubert et son acolyte l’Echevin David Vaccari semblent vouloir à tout prix retrouver du foot professionnel à Mouscron.

Vite largué de feu l’Excel, Mbo MPenza voulait à nouveau se mettre en avant. Pari réussi car il devient le président de Mandel, un club basé à Izegem mais qui jouerait à Mouscron… Dans la foulée, on peut raisonnablement envisager qu’Mbo emmènera son frère Emile dans ses bagages.

Malgré les 25 minutes de route et un peu moins de 30 kms qui séparent les deux villes, nous savions que ce club flandrien souhaitait venir jouer à Mouscron mais là, les responsables semblent bel et bien vouloir éjecter les vrais Mouscronnois de leur stade. N’est-ce pas madame Aubert ? N’est-ce pas monsieur Vaccari ?

Ne serait-ce pas couper l’herbe sous le pied des dirigeants Hurlus qui aujourd’hui ne savent toujours pas où ils pourront jouer lors de la prochaine saison et à quelles conditions.

Dans le pire des cas, n’est-il pas possible de faire cohabiter ce club flamand avec le club mouscronnois ? Rappelons qu’à Bruges, deux clubs de 1ère division partagent le stade.

Ce qui est possible à Bruges ne pourrait pas l’être à Mouscron ?

Une décision aujourd’hui ?

Une entrevue avec le véritable club de foot mouscronnois, et les autorités politiques prévue ce jour devrait nous éclairer un peu plus sur les intentions de notre administration et de l’IEG quant à l’avenir du Stade Mouscronnois Squadra. Après les nombreuses promesses de rendez-vous, mieux vaut tard que jamais diront certains.

Il reste à espérer que le Stade Mouscronnois Squadra ne soit pas le cocu du ballon rond à Mouscron comme le fut Péruwelz.

Et le Futurosport ?

A ce propos, la Bourgmestre semble se réjouir des subsides obtenus et de la série d’investissements qui les accompagnent… Sauf que cela ne concerne – quand on lit et relit bien – qu’UN SEUL SPORT … Devinez ! Le football, évidemment ! 

Sur le site Internet de la Ville de Mouscron un gros titre saute aux yeux « Un subside de 2,5 millions € pour les aménagements du Futurosport » … En parcourant cette page on peut découvrir que « Pour le projet concernant des aménagements divers au pôle football du centre sportif de la Barrière Leclercq, mieux connu sous le nom de Futurosport, c’est un subside provisoire de 2.430.280 euros qui est annoncé ! ». 

Certaines personnes rient jaune en faisant remarquer que « Futurosport » s’écrit sans S …. On ne peut donc y favoriser qu’une seule discipline.

En aparté, les langues se délient et expriment des déceptions quant à la différence de traitement des élèves logeant à l’internat selon le sport pratiqué. Rien que les moyens de transport proposés décourageraient les non-footeux…

Le niveau de discipline par rapport au concept « école » serait également problématique pour ceux qui désirent s’épanouir au-delà d’une ligne tracée à la chaux….

Bref, la presse et quelques politiques locaux font la publicité d’une belle manne promise. Ils feraient également bien d’évaluer le concept avec TOUS les acteurs avant qu’il ne soit trop tard et qu’ils se retrouvent avec une maison à moitié vide sur les bras car les perles encore présentes aujourd’hui auront quitté l’endroit.

Repartira-t-on vers de nouvelles aventures nébuleuses avec le ballon rond à Mouscron ? Quel rôle jouera Michel Franceus, l’ancien vice-président de feu Royal Exel Mouscron mais également encore pour quelques temps président de l’IEG ? Poste où il s’accroche très fort, financièrement parlant.

Et bientôt le tour du cyclisme ?

Si ici on parle plus spécialement de la saga du ballon rond mouscronnois, un autre dossier pourrait sans doute également faire parler de lui, une maison du cyclisme devrait en effet voir le jour en 2023.

Nul doute qu’on en reparlera et qu’ici également, on risque de bien rigoler, car ce sera sans doute une nouvelle histoire familiale.

D’autres infos sur www.ambition2000.be 

Mouscron, l’endroit où il faut être ?

2 € 40, tel est le prix pour parcourir la gazette Nord-Eclair du dimanche … C’est quand même cher payé pour un journal léger, léger, léger dont cinq ½ pages de pubs, une de mots croisés et 2 réservées aux programmes TV.

OK, il n’y aurait rien à redire si on n’avait pas l’impression qu’on se fiche des lecteurs, le cochon de payeur.

Ce dimanche matin, si le soleil n’était pas aussi chaud et présent, je me serais cru quelques mois plus tôt, plus précisément au 1er avril dernier…

C’est un article non-signé repris en page 7 sous le titre « Mouscron, the place to be ? », traduction « Mouscron, l’endroit où il faut être » qui a particulièrement suscité ma curiosité.

Alors là, le journal m’est tombé des mains ! Je n’en croyais pas mes yeux ! Ils ont osé !

Explications ?

Est-ce un article qui devait paraître il y a une bonne dizaine d’années et qui on ne sait par quel miracle a été publié dans les pages de ce dimanche ? Le journal local a-t-il fait appel à un étudiant venu dont ne sait où pour combler le manque d’inspiration des journaleux de service ? L’auteur du texte a-t-il trop forcé sur l’alcool attablé avec un journaliste au « Brasseur » ou au « Georgy’s Bar » ?  Un petit malin s’est-il amusé à créer le buzz ? Je ne vois que cette dernière explication tellement la ficelle est grosse …

Les quelques extraits ci-dessous devraient vous donner la banane pour quelques heures car même nos élus politiques n’auraient pas osé sortir de tels bobards. Encore que …

Lisez plutôt : « Mouscron attire et continue d’attirer, un fait dont personne ne doit douter. Alors que la partie flamande de la région a le plus grand mal à attirer les touristes d’un jour dans les centres villes. », « Mouscron reste une attraction pour beaucoup de gens », « Du shopping, une journée de lèche-vitrines ou simplement une soirée de détente ? Tant les Wallons que les Flamands se retrouvent à Mouscron. », « L’afflux d’excursionnistes est un atout majeur pour ceux qui souhaitent investir et faire des affaires à Mouscron. », « Les commerces traditionnels d’antan côtoient des activités ultramodernes dignes d’une métropole », « 7700 (lisez Mouscron) s’impose aisément comme le code postal le plus branché de Wallonie picarde ». N’en jetez plus, la coupe est pleine.

Non, vous ne rêvez pas, l’article version méthode Coué est paru dans le Nord-Eclair de ce 10 juillet 2022 et pas dans Le Gorafi, un site d’information parodique français ni dans le Canard Enchaîné qui comme chacun le sait est un hebdomadaire français satirique.

Ce rédacteur s’est-il projeté en l’an 3022 après Jésus-Christ ? A moins qu’il ne cherche également et tout simplement à se caser dans le Cabinet de notre Bourgmestre ou chez un Echevin, comme d’autres l’ont fait avant lui ?

Les optimistes (et les autres !) ne manqueront pas de nous faire remarquer qu’il vaut mieux lire ce genre de chronique qui nous fait rire aux larmes que des articles sur les bagarres et autres faits divers qui empoisonnent la vie des Mouscronnois et qui reflètent tristement la réalité du terrain.

On devrait lire plus souvent ce genre de chronique dans le quotidien régional car comme l’affirme Christine Jammes : « Rire en famille, c’est mettre une belle cerise sur le gâteau de la vie. »

D’autres infos sur www.ambition2000.be

Polo et Lulu n’ont rien volé ni détourné, ils font leur job

Je fais suite à mon article d’hier et je me pose des questions.

Est-ce le titre ou la petite phrase reprise au-dessus de la photo du couple tournaisien qui ont provoqué des réactions si nombreuses, même s’il est vrai que la phrase mythique « On dit merci qui ? »  est ancrée dans pas mal de têtes.

Toujours est-il qu’après les quelques remarques reçues, je me dois d’apporter des infos supplémentaires.

Et pour agrémenter cet article, quoi de mieux qu’un petit montage réalisé avec une prise de vue de la rue de la Citadelle, celle où la caserne tournaisienne est située.

Il vaut mieux y passer en 4×4 plutôt qu’à vélo. Il est même étonnant que Tournai n’ait pas été reprise comme ville de passage pour le Tour de France avec les pavés de cette rue… il est vrai qu’ils sont mieux entretenus sur les tronçons du Nord… Le Bourgmestre de Tournai, présent aujourd’hui sur le secteur n°3, y était sans doute également pour étudier comment entretenir ses pavés tournaisiens.

Est-ce un crime de faire jouer ses relations pour faire vivre honnêtement sa région quand on a eu un mandat des électeurs ? Négatif à mon humble avis.

Le gâteau doit toujours se partager. Tant chez les humains que chez les animaux, et plus encore chez les politiques, on sort les crocs pour satisfaire sa faim.

Ce n’est également pas un crime que de se voir mandater si on a une bonne bouille sans forcément en avoir les compétences et qu’on se présente aux élections. La fonction peut créer l’orga(sm)ne.

Dans certaines familles politiques, surtout au niveau communal, on a parfois l’art d’établir des listes électorales ressemblant fortement au scénario de la 7ème compagnie. Et quand elle perd ses chefs, le scénario prend parfois une tournure frisant le ridicule.

Mouscron a perdu ses ténors capables de faire gagner la Ville. Force est de constater que la Cité des Hurlus a perdu son aura et n’a plus que ses troisièmes couteaux pour batailler en nageant dans la semoule.

Les Engagés risquent rapidement de devenir les futurs dégagés si un ténor régional débarquait en terres hurlues. Un Jean-Luc Crucke par exemple ?

Le tout serait de ne pas être parachuté bêtement comme ce fut le cas à Tournai en laissant tomber après maintes manœuvres maladroites en coulisses un nain dans un magasin de porcelaine qui a brisé du vieux Tournai frigide à tous changements.

Alors oui, le duo Polo-Lulu dérange le pauvre Francken qui pour exister ne le ménage guère.

Les chars de Lulu n’ont pas encore déraciné les vieux pavés tournaisiens, ce qui dans la rue de la Citadelle -voir photo- ferait probablement l’affaire de Polo qui solliciterait, peut-être, un dédommagement de La Défense.

Un conseil nocturne en aparté réglerait certainement et rapidement l’affaire. Mais cela ne nous regarde pas, affaire privée !

Ces deux-là ont remis Tournai au premier plan. Chacun, dans leur fonction respective, collectionne de nombreuses réussites… et … sans scandale… Ça redonnerait presque confiance au « politique » … Pourvu que cela « doure » pour cette grande ville qui avait perdu beaucoup de sa superbe.

Il n’empêche que pour l’instant Tournai bouge, Ath vit et Mouscron donne l’impression de stagner, voire de sombrer. Même si Lulu faisait débarquer l’unité cycliste à Mouscron, elle ne pourrait pas circuler sur la Grand-place ni dans la Petire-Rue.

Circulez, il n’y a rien à voir dirait la 7ème compagnie.

D’autres infos sur www.ambition2000.be

Allô Polo, Allô Lulu

Loin des chamailleries qui foisonnent dans la presse sur leur couple, Paul-Olivier Delannois, bourgmestre de Tournai, profite aujourd’hui d’une belle journée sur le Tour de France alors que sa moitié, Ludivine Dedonder donnait hier des coups de pioche pour l’installation du futur complexe destiné à abriter, sur la base aérienne de Florennes, les drones pour effectuer des missions de reconnaissance.

Si Théo Francken rugit sur le couple Polo/Lulu, il n’hésite cependant pas à lancer « J’aime la Wallonie et les Wallons ».

Mais au-delà de ces polémiques politiciennes, peut-on reprocher au couple Polo/Lulu de favoriser leur ville ?

Il convient néanmoins de se poser quelques questions sur cet adage « Charité bien ordonnée commence par soi-même ».

Le couple tournaisien ne s’inspire-t-il pas d’un autre socialiste qui à l’époque fit d’Ath ce qu’elle est aujourd’hui ? Ath, que certains avaient même rebaptisé « Spit City », doit beaucoup si pas tout à Spitaels que certains surnommaient « Dieu ».

Un Paul-Olivier Delannois qui n’hésite d’ailleurs pas à avancer que son modèle politique n’était autre que Guy Spitaels. Le modèle politique de Lulu est très différent. Sa source d’inspiration est Michel Daerden, l’amuseur public. « En politique je lui dois tout ce que je suis devenue » déclare-t-elle après avoir appris la disparition de « papa ».

On le sait, le maïeur tournaisien n’a pas la langue en poche et après le décès de Detremmerie, il était évident que ses successeurs ne devaient pas s’attendre à des cadeaux venant de sa part.

Delannois n’avait d’ailleurs pas tourné autour du pot la veille des élections d’octobre 2018 : « J’assume mes choix pour Tournai », « Je pense d’abord pour Tournai », « j’agis pour Tournai », « se battre pour Tournai », … Le ton était donné !

Certains me rétorqueront qu’il a aussi déclaré « Les relations avec Rudy Demotte sont bonnes et le resteront ». On sait ce qu’il en est advenu… Le petit Rudy s’est tout simplement fait bouffer par le couple Delannois/Dedonder. Ciao Rudy.

Et Mouscron dans tout ça ?

Une seule réponse : On se fait dévorer !

Si grâce à ses nombreux mandats politiques Guy Spitaels avait mis en avant sa ville, Detrem de son côté avait réussi à mettre Mouscron sur la carte du monde grâce au foot. La suite de l’histoire est moins sexy …

A cette époque, Tournai vivait quasi dans l’ombre de ses villes voisines : l’une gérée par les socialistes (Ath), l’autre (Mouscron) par le cdH devenu depuis peu « Les Engagés ».

Mais la roue a bien tourné, même si c’est dans le mauvais sens pour les Mouscronnois.

Les chats sont partis, les souris dansent

Après le décès de Detrem et ensuite la perte de son poulain Damien Yzerbyt emporté par la maladie, les Tournaisiens n’allaient pas manquer de faire payer aux Hurlus leur mise à l’ombre…

Aujourd’hui, le duo Polo/Lulu s’en donne à cœur joie pour redonner ses lettres de noblesse à la Cité de Clovis.

D’un côté un bourgmestre défendant SA commune becs et ongles, de l’autre une compagne parachutée Ministre de la Défense par Polleke (Magnette). Il n’en fallait pas plus pour promouvoir Tournai tous azimuts.

De Mouscron on n’en parle plus. A l’image de l’Eurométropole Lille-Courtrai-Tournai

Si à Mouscron on grince des dents devant la fuite des institutions, aujourd’hui les Tournaisiens jubilent devant les actions du « couple royal de Picardie ».

Si tout va pour le mieux dans le ménage glamour tournaisien, certains se demandent s’il y a un futur divorce fracassant dans l’air dans le couple de Wallonie picarde ? L’avenir nous l’apprendra…

D’autres infos sur www.ambition2000.be 

Brigitte Aubert omniprésente ou propagande électorale …

Faut-il encore s’étonner de la présence de madame Brigitte Aubert, bourgmestre Mouscronnoise, dans le dossier du « football mouscronnois » lorsque l’on voit son omniprésence dans la revue communale Vivre dans ma ville de juin 2022 où elle n’apparaît pas moins de 17 fois sur 24 pages.

Allez Brigitte, encore un petit effort pour avoir 100 % de présence photogénique dans la prochaine parution.

Il va sans dire que cette revue est pour notre bourgmestre une très belle tribune de politique électorale à défaut des travées des tribunes de foot… ?

Sauf erreur de ma part, jamais ses prédécesseurs au poste de bourgmestre ne se sont permis autant de largesses.

Madame Aubert veut-elle concurrencer son homologue Estaimpuisien Daniel Senesael qui était apparu 30 fois dans le bulletin communal et ce à quelques semaines des élections d’octobre 2018, ce qui lui a valu quelques ennuis après un dépôt de plainte ?

Vous remarquerez que ces deux revues communales « Estaimpuisiennes » ne sont plus en ligne !!

Madame Aubert, constatant comme beaucoup d’autres ce que devient notre ville, peut-être serait-il intéressant de rappeler certaines règles (stationnement, propreté et autres incivilités…) dans votre revue ?

D’autres infos sur www.ambition2000.be

L’ « action Excel » : un bon placement ?

Après les différentes sagas du foot mouscronnois et le dernier épisode en date, on semble enfin vouloir repartir sur des bases plus saines« les jeunes, les filles et une équipe P3 qui remonte à son rythme en s’appuyant sur le vivier des joueurs du cru ».

Bizarrement, depuis l’aveu de la dernière faillite du club, certains politiques sont aux abonnés absents, c’est l’omerta totale.

Dans mon dernier article je faisais allusion à un courrier transmis à Michel Franceus, président de l’IEG mais également vice-président du feu Royal Excel Mouscron ainsi qu’à Mathilde Vandorpe, députée wallonne qui a pris la place de Damien Yzerbyt décédé, tous deux membres du Cdh ou plutôt « Les Engagés ».

Dans cet article, je m’interrogeais à propos des révélations d’un journaliste de la Dernière-Heure qui écrivait que des actionnaires mouscronnois (dont les deux politiciens -cités ci-dessus-) avaient empoché une somme de 150.000 € pour une mise initiale de … 2.000 €.

Malgré mes nombreuses recherches, je n’ai trouvé aucune banque ayant un tel rendement sur un investissement de 5 à 6 années.

Réponse ou pas de réponse de nos politiciens ?

J’avoue que je ne m’attendais pas à recevoir une réponse aux mails adressés aux deux politiciens concernés.

Et pourtant, ce 21 juin, une réponse de Mathilde Vandorpe atterrit dans ma boîte mail « Bonjour Dominique. J’ai bien lu l’article de la dernière heure. Il serait bon que la presse vérifie ses sources avant de faire des publications de ce genre. Je ne manquerai pas d’en faire part à Julien Parzynski, qui est un de mes anciens élèves ».

Surpris du retour que m’a adressé notre députée, je suis encore plus interloqué par son contenu … N’aurait-il pas été intéressant de savoir ce qui la chagrine réellement dans cet article rédigé par son ancien élève d’autant plus que je n’ai lu aucun droit de réponse dans la Dernière-Heure, ce qui aurait pu être demandé.

Je n’irais pas jusqu’à reprendre les propos d’un ancien conseiller communal de l’époque et proche du pouvoir Cdh qui avait lancé « qui ne dit mot consent», pour implanter coûte que coûte une télévision locale dans la cité hurlue sur fond de Demokratur mais il aurait été intéressant de savoir ce que Mathilde voulait exactement dire.

Dès lors, plusieurs questions peuvent être posées :

  1. Elle n’a rien reçu.
  2. Elle a tout reçu et a tout gardé.
  3. Elle a tout reçu mais a quand même remboursé les 2.000 € à la veuve de Damien Yzerbyt.
  4. Elle a tout reçu et a tout donné à la veuve de Damien Yzerbyt.
  5. Elle a tout reçu mais a versé tout ou partie au Futurosport.
  6. L’agent de football Pini Zahavi n’a pas remboursé les parts aux 9 personnes ayant investi chacun 2.000 €
  7. toute autre solution …

Quant à Michel Franceus… il avait sans aucun doute d’autres chattes à fouetter que de prendre le temps de me répondre … Dès lors Monsieur Franceus, qui ne dit mot consent ?

Si un tel investissement venant de privés (avocat, comptable, et autres professions libérales) pourrait paraître moins choquante (encore que …), n’est-il pas inadmissible que des politiciens payés avec les deniers publics -notre argent-, fassent preuve d’opportunisme pour se sucrer parce qu’ils sont au bon endroit au bon moment ?

De même, lors de la constitution de cette société coopérative à responsabilité limitée à finalité sociale, pourquoi ne pas avoir défini cette finalité et fait appel aux supporters pour prendre des parts dans cette société surtout qu’un ancien président de l’Excel avait un jour déclaré « Une manière de permettre aux supporters de se réapproprier le club » ?

Et maintenant ?

Pour en revenir au nouveau club de football local -Stade Mouscronnois Squadra- il se chuchote également que madame Aubert, aidée de l’ancien joueur local et Internaltional MBo MPenza, négocierait avec Dubaï pour ramener un club pro au plus vite au stade afin d’assumer le loyer. Est-ce dire que voir évoluer le nouveau club dans la rue du Stade est déjà compromis ?

Au CAM l’orthographe fout l’camp !

Il ne fait pas bon dévoiler des plaques commémoratives ou d’inauguration dans la Cité des Hurlus …

Petit retour en arrière

Le 3 septembre 2011 c’était la deuxième inauguration de la piste d’athlétisme du complexe de la Barrière de Fer à Dottignies et ce après une première qui s’était déroulée en décembre 2008.

Afin sans doute de supprimer le nom de Jean-Pierre Detremmerie, une nouvelle plaque était en effet dévoilée en 2011. On y retrouvait même le nom de personnes absentes et le nom d’un échevin y était écorné (Michel devenant Francis).

Régis GhesquièreMonsieur Athlétisme de Mouscron n’était pas repris sur la plaque et n’avait même pas été invité à la cérémonie !

Pour couronner le tout, Gaëtan Vanneste, alors échevin des sports n’y était pas repris non plus. Une absence sans aucun doute volontaire…

Et oui, on retrouve ici toute la bassesse du monde politique… mouscronnois pour l’occasion.

Ce vendredi, inauguration de la statue d’Alfred Gadenne

Après avoir enlevé, non sans mal, le drap recouvrant le bronze qui devait représenter Alfred, on passa au dévoilement de la plaque commémorative.

Nouvelle surprise. Une nouvelle coquille était présente : il manquait un accent à « décédé », une erreur d’orthographe de plus. On peut se demander s’il y a un correcteur d’orthographe dans les logiciels du CAM (Centre Administratif Mouscronnois) et qui a signé le « bon à tirer » …

Il est à espérer que pour ce genre de plaque, nous ne sommes pas soumis à la loi sur les facilités linguistiques, sans quoi, le commissaire d’arrondissement n’aurait pas non plus vérifié.

Faut-il en rire ou en pleurer ? 

D’autres infos sur http://www.ambition2000.be  

Alfred statufié

Si pour beaucoup le 11 septembre évoque les attentats de 2001 dont quatre attentats-suicides perpétrés le même jour aux Etats-Unis   provoquant la mort de 2.977 personnes dans le centre de Manhattan à New York, il n’en va pas de même pour certains Mouscronnois pour qui cette date rappelle la disparition tragique du bourgmestre Alfred Gadenne.

Lorsque ce mercredi on m’a invité à regarder le JT du mardi sur le site internet de la télévision locale je suis (presque) tombé de ma chaise quand j’ai entendu madame Aubert annoncer qu’une statue, ni plus ni moins que ça, à l’effigie de monsieur Gadenne sera érigée sur la Grand-place ce vendredi. « Rendre hommage au bourgmestre Alfred Gadenne était nécessaire, indispensable il fallait le faire, … ». 

Dans la foulée de cette exclusivité, le journaliste de la TV locale demanda à Madame Aubert si quelque chose est prévu pour Jean-Pierre Detremmerie « On aura maintenant une statue en mémoire d’Alfred Gadenne, un espace au CAM et une esplanade en l’honneur de Damien Yzerbyt. Est-ce qu’on peut imaginer un jour un endroit, une rue qui rendrait hommage au travail de Jean-Pierre Detremmerie aussi ? ». La réponse d’Aubert est bien préparée « Oui oui je le souhaiterais dans les années à venir. Chaque chose en son temps mais il y aura quelque chose pour Jean-Pierre Detremmerie. Il a été bourgmestre de Mouscron et il le mérite aussi. ».

Un ange passe …

A cet effet il est bon de savoir qu’en France « Aucune disposition législative ou réglementaire ne fait obligation d’une consultation ou d’une demande d’autorisation à un éventuel héritier ou descendant d’une personnalité dont le nom va être utilisé pour dénommer un lieu public ». C’est probablement la même chose en Belgique. Par contre, ses proches savent qu’un tel hommage n’aurait pas été dans les volontés de Jean-Pierre Detremmerie. Dont acte.

Tant qu’on y est, on peut également dresser un monument en l’honneur d’Alfred étant donné que les mots ne manquent pas dans la bouche d’aucuns pour le qualifier de grand homme ! A Luingne, son pays, peut-être.

 Maintenant, la question se pose ! Est-il judicieux de placer des statues d’hommes politiques sur les lieux publics ?  Pourquoi ne pas mettre une statue de Georges Leekens ? En plus, même si le CDH a la majorité absolue à Mouscron, ça ne concerne pas 100 % de la population … 

Je n’imagine même pas un instant qu’à Tournai, Paul-Olivier Delannois fasse installer une statue de Roger Delcroix, de Christian Massy ou pire de Rudy Demotte sur la Grand-Place tournaisienne…

Pour ma part, je pense qu’un buste (ressemblant à Alfred) à l’Hôtel de Ville aurait été plus approprié ou même plus sobrement un portrait côtoyant celui des autres bourgmestres …

Inauguration de la statue d’Alfred Gadenne

Rendez-vous donc sur invitation ce vendredi 11 septembre à 17 heures 30 sur la Grand-place de Mouscron. Enfin un peu d’animation sur ce lieu trop souvent désert ! Avec un retard de 10 minutes, la Brabançonne retentit. Heureusement le soleil est de la partie ! Premier discours de la Bourgmestre qui pour l’occasion nous fait admirer sa nouvelle coupe de cheveux ou à tout le moins un brushing tout récent.

Pour ceux qui n’auraient pas reçu le précieux sésame permettant d’assister à la cérémonie, noN télé avait annoncé une retransmission en direct sur son site internet, sur celui de la ville de Mouscron et sur le Facebook de cette dernière … Finalement, la cérémonie ne fut retransmise que sur le Facebook de la ville de Mouscron.. La Ville n’a-t-elle pas suffisamment délié les cordons de la bourse au profit de la télévision locale ?

Du haut de ses 2 mètres 50, c’est donc sous ses anciens bureaux que la statue d’Alfred trônera pour admirer un Centre-ville séduisant mais de plus en plus dépourvu de vie et de commerces.

Il reste à espérer que les pieds de ce grand homme ne recueillent pas autant de pipis de chiens que l’Ours qui se trouve dans la Petite Rue.

Une statue dont la ressemblance avec Alfred ne semble pas faire l’unanimité. Je lui trouve plutôt un air de ressemblance avec Cloclo (Claude-François). Mais encore une fois, chacun jugera…

On parie sur des pleurs ?

Emotion émotion émotion … Pas de larmes cette fois-ci, mais quelques trémolos dans la voix à la fin de son discours. Une ritournelle bien huilée ou quand certain(e)s politicien(ne)s jouent sur la corde sensible pour asseoir leur pouvoir… et laisser par la même occasion une trace pour la postérité …

Passe, passe le temps…

Quelle belle initiative sur les deniers publics ! Plusieurs statues de grands hommes … et femmes animeront bientôt la Place de Mouscron et ouvriront ainsi la porte à la statufication de la première grande dame de la ville des Hurlus. Ne dit-on pas « on n’est jamais mieux servi que par soi-même ». Nul n’en doute ! Mme Aubert est une fine et redoutable politicienne. Elle a l’art de faire jouer les violons … Emotion, émotion, émotion au programme.

Après l’inauguration de la statue et les quelques mots de circonstance accompagnés de quelques sanglots de notre Brichitte communale, la soirée se termina par le défilé des invités qui avaient quasi tous oublié les gestes barrières … Si tous étaient masqués… la majorité serra ou déposa sa main sur celle d’Alfred … Bravo pour la propagation du virus.

Le verre de l’amitié fut remplacé cette fois-ci par un jeton de boisson offert à tous les invités (triés sur le volet) et à dépenser dans les bistrots du centre.

Merci Brigitte pour ce formidable geste…

C’est quoi un grand homme… politique ?

Pour ma part, j’attends toujours qu’on me dise ce qu’Alfred a fait pour garder Mouscron sur la carte… ou, en d’autres termes, quelles sont ses réalisations ?

Lorsque l’on parle d’Alfred, chacun dit de lui qu’il était une bonne personne, gentil, aimable, qu’il disait bonjour à tout le monde, qu’il serrait bien la main de tous, … Si de tels actes sont évidemment de vrais atouts pour un homme politique est-ce vraiment cela qui fait progresser une ville ?

Moi j’aimerais bien qu’on me cite ce qu’il a fait pour Mouscron. Ne juge-t-on pas un homme politique sur ses actions au profit de sa ville, de sa région ou même pour son pays car il a également été député ?

Mouscron a-t-il évolué dans le bon sens depuis la fin de l’ère Detremmerie ? A vous de juger.

S’il est de bon ton de caresser dans le sens du poil et ne pas aller à contre-courant de la masse populaire, il faut peut-être un moment ouvrir les yeux. Bourgmestre de Luingne OK, de Mouscron… j’en doute…

D’autres infos sur www.ambition2000.be 

Le profit et le fric avant tout !

paribas DSC05939DES SOUS, DES P’TITS SOUS, TOUJOURS DES P’TITS SOUS … 

Un fidèle blogueur me fait parvenir un courrier transmis ce vendredi à une agence bancaire située dans la Chaussée de Lille à Mouscron. Avec son accord, je me permets de le partager. 

Suppression des agences de quartier et des distributeurs d’extraits de compte

« Je trouve scandaleux la suppression des agences. Dans ce cas-ci, une agence dans une rue commerciale proche de la frontière et drainant énormément de monde. 

Comment les personnes âgées et les gens défavorisés se débrouilleront-ils ? Tout le monde n’a pas internet ! Comment paieront-ils leurs factures ? Comment recevront-ils leurs extraits ? Mais en payant bien sûr ! Où avais-je la tête ? 

Je constate que nous allons vers une société de plus en plus déshumanisée avec seul leitmotiv : gagner le plus d’argent possible même si c’est au détriment de la population. 

Les banques ne sont pas des modèles de vertu ! 

Je ne me fais pas d’illusions… Mon avis n’est qu’une goutte d’eau dans un océan de profit ! Personne n’arrêtera la machine infernale mise en route pour favoriser les plus nantis. 

Permettez-moi quand même de rêver à une banque au service de l’homme et non pas le contraire. 

Une banque qui diminuera quelque peu les dividendes versés aux actionnaires afin d’augmenter les services aux clients. Une banque qui rémunérera correctement ses épargnants. Une banque qui … 

Un long débat sociétal en perspective, stérile j’en suis convaincu, les banques n’étant pas des modèles philanthropiques que je sache !! 

Bien à vous. » 

DU PAREIL AU MÊME … dans un autre domaine 

Le journal « L’Avenir » de ce samedi nous apprend qu’une maison de repos mettra la clé sous le paillasson fin juin…

Le journaliste Thomas TURILLON titre : « Les Amaryllis fermeront en juin : un drame humain et social ». Le complexe résidentiel « Domaine des Amaryllis » situé rue du Canada, dans le quartier populaire du Mont-à-Leux fermera ses portes : « le locataire mettait fin au bail le liant au propriétaire car les négociations avec lui se sont soldées par un échec ». 13 personnes composant le personnel se retrouveront sur le carreau et il faudra trouver une solution pour les 47 pensionnaires de l’établissement.

Les larmes aux yeux, le personnel signale que « le propriétaire aurait un projet de reconversion en… logements sociaux ».

Bref, de seniors calmes on pourrait bien passer avec un fameux bordel dans ce clos.

0n n’investit pas, on dissimule, on promet, on négocie en cachette, on projette de reconvertir, on licencie… A votre avis, pourquoi ? Poser la question c’est y répondre …

Bref, sous le soleil du libéralisme, rien de nouveau !