NO TELE : A vos poches !

notele

A l’ère du numérique, j’ai souvent lancé sur mon blog l’espoir de voir diffuser nos conseils communaux en direct sur la toile …

Si les débats sont ouverts au public, la salle accueillant le public est bien souvent clairsemée sauf les rares fois où un point bien précis mis à l’ordre du jour retient l’attention d’une partie de la population.

Mais le passé est le passé et désormais, chaque demeure connectée devrait bientôt pouvoir suivre les débats communaux de sa commune en direct tout en lorgnant éventuellement son programme TV préféré. Les sportifs pourront ainsi regarder « la Tribune », les gourmands ne rateront plus une minute de « Top Chef » tout en suivant le conseil communal en direct de leur salon.

Les Montois, les Carolos et les Liégeois nous ont déjà devancé dans cette initiative et il ne fait aucun doute que d’autres communes après notre région suivront dans les semaines, les mois à venir…

Proche de nous, Estaimpuis semble vouloir se baser sur la future expérience mouscronnoise avant d’aller plus loin.

Le choix pour la diffusion et la retransmission des conseils semble s’être porté sur la télévision locale No Télé et répondra ainsi aux souhaits des politiciens locaux …

On peut se demander si un appel d’offre sera lancé afin de savoir quelle société aura l’occasion de diffuser ces images sur le Facebook de la ville ou sur le site même de la commune.

Si pour notre zone aucun chiffre n’est encore sorti, Olivier Delannois, le nouveau bourgmestre de Tournai qui a évincé la mouche cycliste lors du dernier scrutin communal déclarait dans la Dernière-Heure que « L’installation de l’infrastructure nécessaire à la diffusion en streaming des conseils fait partie intégrante du dossier de rénovation de la salle du conseil qui reprend une refonte complète du système audio et la création d’un système de prise de vue et de projection de documents. Ce dossier a d’ailleurs été inscrit au budget extraordinaire de 2019 pour un montant de 60 000€. ».

Le tout nouveau centre administratif mouscronnois (CAM) devrait selon toute logique éviter des travaux dans la salle du conseil …

L’arrivée de No Télé à Mouscron sur fond de polémique

Rappelons quand même les péripéties de l’arrivée de No Télé à Mouscron.

La majorité en place avait exceptionnellement demandé l’avis de la population pour savoir si les Mouscronnois souhaitaient puiser dans leur portefeuille pour découvrir les images de la TV locale basée à Tournai …

Dans l’attente des résultats du vote, les responsables de No Télé n’ont évidemment pas manqué de marquer le coup par une forte présence dans la Cité des Hurlus. Les reportages ont été diffusés gratuitement pendant quelques temps et le bon classement du club de football local pouvaient jouer en faveur de la télévision tournaisienne et jouer ainsi sur la corde sensible des futurs votants…

Et pourtant, à la clôture du résultat des urnes et au grand dam d’une majorité des décideurs politiques, les Mouscronnois rejetèrent la présence de No Télé à Mouscron !

Mais la démocratie tourna vite en Demokratur. Trouvant le résultat injuste à leurs yeux on refait voter avec en filigrane cette petite phrase désormais inoubliable dans pas mal de cœurs Mouscronnois « Qui ne dit mot consent » …  C’est dire que ceux qui n’iraient pas voter seraient considérés comme donnant leur accord « Pour la présence de No Télé en terre hurlue » …

Je fis évidemment parvenir un « Courrier des lecteurs » au journal local (Sud Presse) où jamais plus je ne fus aussi bien accueilli. J’argumentais en résumé que même si « Les chiens aboient » et que « la caravane passe », il ne fallait pas prendre les Mouscronnois pour des cons.

Lors de ce deuxième vote, les abstentions firent évidemment pencher la balance du côté du « Oui » … Mais si mes souvenirs sont exacts, je pense qu’encore une fois, le « Non » devança le « Oui » dans les urnes…

La démocratie ne sortit pas grandie de cette parodie de consultation populaire !

Une nouvelle cotisation revue … à la hausse ?

Si donc aujourd’hui, chaque foyer mouscronnois peut visionner les images de No Télé (pas -toujours- en HD !!!), il semblerait bien qu’après les élections une nouvelle cotisation sera proposée et passera de 5,5 € à 10 € par habitant en Wapiland. … 

Il faut savoir que si on coupe les subventions de No Télé, il ne leur reste que 35% pour vivre … C’est beau la « professionnalisation » avec l’aide des subventions !

La diffusion des conseils communaux ne coûte pas cher à produire et ça peut rapporter gros. Sachant que No Télé bénéficie des subventions communales, ne pourrait-elle s’engager à diffuser nos conseils communaux gratuitement ? 

A titre de comparaison, pour 10,99 € par mois on peut avoir Netflix sur deux écrans simultanés et en haute définition. Si les « cochons de payeurs » pouvaient choisir, on peut se demander qui de Netflix ou No Télé, aurait le plus de succès …

« Tournez manège »

fillesCi-dessous, courrier transmis ce jour à Madame Bianca De Baets, Secrétaire d’Etat.

Madame la secrétaire d’Etat,

La réponse apportée à mon récent courrier me laisse très perplexe, sans voix oserais-je ajouter …

Dans votre réponse apportée dans la foulée de mon courrier vous déclarez: « Cette interdiction ne compte en principe que pour les kermesses sur le territoire bruxellois, étant donné que ces environnements sont connus pour beaucoup de bruit, ce qui nuit aux animaux. » alors que vous déclariez en décembre 2017  « Au niveau de mon cabinet, nous avions reçu plusieurs plaintes de citoyens et d’organisations de défense des animaux évoquant des conditions totalement irrespectueuses réservées aux poneys de foire. C’est évidemment important que des enfants, dès leur plus jeune âge, puissent entrer en contact avec des animaux mais, pour ce faire, il existe des lieux appropriés. Je pense par exemple à des fermes urbaines. On ne peut plus tolérer aujourd’hui que des poneys doivent tourner en rond très longtemps dans un contexte de musique très forte et de bruit assourdissant des autres attractions. C’est en contradiction totale avec l‘environnement naturel des chevaux ou poneys ».

Le site Chevalmag.com se réjouissait de votre prise de position en déclarant le 21 décembre 2017 « Bruxelles interdit ENFIN les manèges forains ».

Vous ne semblez donc pas condamner le fait que ces animaux déambulent dans quelques m², le nez dans le postérieur de leur congénère, mais UNIQUEMENT le bruit intempestif de la musique qui dérange les équidés.

Je pense que nous avons une idée diamétralement différente du bien-être animal !

Les défenseurs de la cause animale apprécieront votre prise de position qui semble vouloir ménager le chèvre et le chou.

Pour info, si un décret wallon interdira ce type d’attraction à partir de l’année 2022, la ville de Nivelles a déjà pris les devants en interdisant ces « manèges » après la foire du carnaval de cette année. Namur a également déjà anticipé le décret wallon.  Et pour clôturer le sujet, la ville de Gand met fin aux tours de calèche touristique dès 2020.

La saga de l’Eden

demotteSi les commerces semblent déserter de plus en plus le centre-ville (le bâtiment du Canard Bizarre est également en vente), les ouvriers s’affairent chaque jour un peu plus sur le renouveau de la Grand-Place …

Une fois ces énormes travaux terminés, les commerçants « rescapés » qui ont tenu le coup jusque maintenant reverront-ils les surfaces commerciales désertées se repeupler ? Qui vivra verra…

Ce jeudi matin, du haut de la Tour de St Barthelemy, un faucon prend le chaud au soleil en veillant sur ses petits mais aussi sur la devanture de l’Eden dont l’avenir est toujours aussi incertain…

En janvier 2015, dans la DH, Brigitte Aubert notre actuelle bourgmestre alors échevine des travaux déclarait : « Il faut faire quelque chose, surtout avec la rénovation de la Grand-Place. Je n’imagine pas que l’on puisse terminer cette rénovation sans que des travaux n’aient été effectués à l’Eden. Ce n’est pas une fois tout terminé que l’on ira creuser sur la Grand-Place quand même. »

Entre-temps, le propriétaire de l’Eden et du bâtiment Selosse de la rue de Tournai s’appropriait le bâtiment Wibra situé dans la même rue.

Brigiette AubertMme Aubert aujourd’hui candidate sur la liste Européenne du cdH déclare que quoiqu’il arrive elle ne quittera pas son poste de Bourgmestre. Si elle défendait le dossier de la famille Verzele à 400 % auprès du Collège, on peut quand même s’étonner de retrouver à quelques jours du prochain scrutin des affiches électorales du… PS sur la façade de ce bâtiment désaffecté depuis de nombreuses années. Rappelons que le PS est dans l’opposition dans la Cité des Hurlus ! Les rouches ont vraiment décroché le jackpot en apposant leurs affiches sur ce bâtiment. Par la même occasion, ils ont fait là un fameux pied de nez à leur très ancien partenaire de majorité !

Si on ne peut que lire dans les différentes gazettes le tintamarre de Rudy Demotte,  l’ex-bourgmestre empêché de Tournai sur, entre autres, les subsides qu’il arrive à débloquer (comme par hasard et évidemment juste avant les élections), peut-on imaginer un projet sur la Grand-Place de Mouscron où la Fédération Wallonie-Bruxelles mettrait ses € … (avec notre argent) ?

Des affiches socialistes là où quelques mois plus tôt on retrouvait celles du cdH, on peut se demander la réaction de Mme Aubert en voyant qu’elle a été dribblée sur le coup. Dans la foulée, se demander si elle continuera à défendre le projet mis sur la table par Christian et ses proches qui lui est bien un homme d’affaires et non pas un homme politique … J’ignore si dans son milieu il doit composer avec des compromis comme ceux du monde politique …

Bien-être animal

marché d'anderlechtCi-dessous, copie du courrier transmis ce jour à Bianca Debaets Secrétaire d’état à la région Bruxelles-Capitale ainsi qu’à son porte-parole Stijn Van Eynde 

Bien Chère Madame,

Comme Secrétaire d’Etat à la Région Bruxelles-Capitale, vous avez en charge le bien-être animal.

Sur votre site Internet, vous annoncez que les poneys de foire seront interdits dès le … 1er janvier 2019. Je vous cite : « Un projet d’ordonnance interdisant l’utilisation de poneys sur des manèges forains dès janvier 2019, a été approuvé ce matin à l’unanimité en Commission Environnement du Parlement bruxellois. L’ordonnance instaure une interdiction qui sera d’application pour l’ensemble des communes bruxelloises. J’estime que l’utilisation des poneys dans un environnement bruyant avec des conditions de bien-être très limitées n’est plus de ce temps. » 

Comme résidente bruxelloise, vous n’êtes pas sans ignorer que les Abattoirs d’Anderlecht ou de Cureghem à Bruxelles sont une véritable institution.

Outre l’aspect architectural assez fantastique des lieux, les nombreux chalands y passent afin d’y effectuer leurs achats alimentaires en profitant de l’occasion pour découvrir d’autres produits, humer l’atmosphère conviviale et très colorée en flânant entre les très nombreuses échoppes. Quelle ne fut pas ma surprise de constater le dimanche 5 mai, en plein marché d’Anderlecht, qu’un manège avec des chevaux était bien présents et en activité !

En découvrant vos très nombreuses publications à ce sujet, je me demande si une telle attraction y a (encore) sa place aujourd’hui ! 

Je vous prie de croire, Madame, en mes sentiments les meilleurs.

Enfumage politique

cendrierClips vidéos, publicités et débats dans les médias, tracts déposés dans les boîtes aux lettres malgré les autocollants « STOP à la pub », rien ne nous est épargné à la veille des élections européennes, législatives et régionales pour tenter de nous faire avaler des couleuvres …

Du rouge, du vert, du bleu, et que sais-je encore … Heureux les daltoniens …  

Mais pour ceux que ça intéresse, vous avez encore le choix de lire les différents programmes proposés en format papier ou sur le site internet des différents partis en sachant qu’au final, et comme le disait Jacques Chirac, « les promesses des hommes politiques n’engagent que ceux qui les reçoivent » et qu’en Belgique, les compromis font évidemment partie des traditions politiques …

Si nos corbeilles à papier se remplissent aussi vite que les forêts perdent de leur superbe, nous sommes cependant encore très loin du battage médiatique des dernières communales. Aujourd’hui, certains candidats ne se cassent pas la tête pour investir l’espace électoral car ils sont persuadés de ne pas être élus. D’autres apprécient que leur présence en bonne place sur la liste les élira automatiquement !

En Belgique le vote est obligatoire. Des amendes sont prévues pour les abstentionnistes. Ils sont toutefois rarement sanctionnés ! On peut également se demander si chaque votant vote vraiment en âme et conscience, en pleine connaissance de cause … Les votes « blancs et nuls » risquent à nouveau de voir leur pourcentage grimper !

Les électeurs sont-ils naïfs à ce point en constatant que certains élus ayant de belles et grandes responsabilités arrivent à débloquer des dossiers ou même trouver de mirobolants subsides juste avant les élections … alors que les caisses sont vides ???

Alors, le 26 mai prochain, faut-il vraiment choisir entre la peste et le choléra ou s’abstenir … Choix cornélien n’est-il pas ! Dans l’Avenir du jour, Philippe Montjoie nous pose une question pertinente : « Alors que faire au milieu de ce panier de crabes ? »

Ancienne technique au goût du jour

tabacDrôle d’appareil et encore plus drôle destination Si ça n’a pas marché pour ce pourquoi c’était prévu, ça sert encore aujourd’hui pour d’autres pratiques bien connues.

 Savez-vous ce que c’est ???

Ceci est un Kit Médical utilisé pour les lavements de fumée de tabac (années 1750 – 1810).

Le lavement au tabac était utilisé pour souffler de la fumée de tabac dans le rectum d’un patient à diverses fins médicales, mais principalement pour la réanimation de victimes de noyade.

Un tube rectal inséré dans l’anus était relié à un fumigateur et à un soufflet qui forçait la fumée à pénétrer dans le rectum.

On pensait que la chaleur de la fumée favorisait la reprise de la respiration.

La pratique n’a pas été couronnée de succès et des doutes sur la crédibilité des lavements au tabac ont conduit à la phrase populaire « Se faire enfumer et l’avoir dans le cul ».

Comme vous le savez sans doute, cette procédure étrange est encore largement utilisée par tous les gouvernements et de nombreux politiciens.