Pour qui voter à Mouscron ?

La polémique créée par le survol d’un petit avion de tourisme sur fond électoral lors de la « Fête de la main » à Dottignies a bien fait parler mais également rigoler d’elle.

Paul-Olivier Delannois jamais le dernier pour faire parler de lui a bien récupéré cette « histoire » mouscronnoise.

Dans la foulée, j’ai également joué de la récupération en m’inspirant du « Shérif » Tournaisien en réalisant ce petit montage mais à la sauce hurlue.

Certains apprécieront, d’autres moins … mais Alphonse ALLAIS ne disait-il pas « A quoi bon prendre la vie au sérieux, puisque de toute façon nous n’en sortirons pas vivants ? ».

je vote à mouscron

Les Z’inconnu(e)s du scrutin communal

acDans toutes les villes du Royaume, la fièvre électorale monte… Le personnel communal s’affaire aux quatre coins des Communes pour rendre celles-ci présentables. On rebouche un trou par ci, on taille les plantations, on refait les marquages routiers, … Bref, il faut que tout soit impeccable à la vue des électeurs pour le jour J !

A Mouscron, les dés ne sont pas encore jetés, mais le tapis est bien en place. Cinq listes essaieront de séduire les électeurs Mouscronnois, le 14 octobre prochain. Mais on peut d’ores et déjà avancer qu’il y a peu mystère quant à l’issue des résultats du scrutin.

Première inconnue

Malgré la disparition de leurs ténors, le cdH semble incontournable pour rempiler dans la majorité pour 6 ans… mais avec qui ? Seul ou (mal) accompagné ?

C’est sans doute la première grande inconnue de ces élections. Un pactole de près de 10.000 voix, héritage des votes de préférences d’Alfred Gadenne et de Damien Yzerbyt, devront trouver preneurs.

Ces voix resteront-elles au sein du parti démocrate humaniste mouscronnois ?  Si oui, vers quels candidats vont-elles se reporter ? Ou au contraire ces voix vont-elles s’éparpiller vers d’autres formations politiques ?

S’il obtient la majorité absolue, le cdH dirigera-t-il seul la commune ou va-t-il préférer s’associer à une autre formation ?

Le MR qui a été très docile pendant ces 6 ans au pouvoir se verrait bien continuer à siéger dans la majorité. Les socialistes, éjectés dans l’opposition il y a 6 ans suite à des dissensions internes, ne pensent qu’à retrouver le Pouvoir… Mais son bilan dans l’opposition est faible voire même inexistant. Le parti à la rose pourrait même se voir dépasser par les Ecolos -seuls dynamiques opposants- au nombre de sièges. Ces mêmes Ecolos qui claironnent comme il y a quelques années qu’ils se verraient bien rejoindre également la majorité… Tous les rêves sont permis ! Dernier parti en lice, le PP ne doit pas rêver de rejoindre une éventuelle majorité. Il devra se contenter tout au plus d’un ou deux mandats en récoltant les voix des mécontents du système ou des indécis.

Deuxième inconnue

Une autre question revient le plus souvent sur le tapis électoral ! Qui sera le ou la prochaine Bourgmestre dans la cité des Hurlus ? Faut-il être devin pour affirmer dès à présent qu’une femme devrait sans aucun doute porter l’écharpe maïorale pour 6 ans ?

Deux femmes pour un fauteuil. Mais… laquelle choisir ?

Deux dames sortent indéniablement du lot…

Brigitte Aubert, 2.375 voix de préférence en 2012, actuelle Bourgmestre, nommée au pied levé suite au décès d’Alfred Gadenne, et Ann Cloet, 2.068 voix de préférence au dernier scrutin.

Si des tensions existent au sein du cdH quant au poste du futur leader du parti, rien ne filtre au sein de la population… Tout au plus, constate-t-on que des clans ou des affinités se dessinent. Affirmer le contraire serait mentir !

Avec la disparition d’Alfred Gadenne, chaque candidat (même ceux de l’opposition) a sorti sa photo où il pavanait avec l’ancien bourgmestre. C’est de bonne guerre, un peu de marketing nostalgique pour récupérer quelques voix ! Pourquoi pas…

Du côté de Brigitte Aubert, notre actuelle Bourgmestre, on sait qu’elle peut compter sur l’omniprésence de son mari qui parsème les affiches de sa bien-aimée auprès de ses fidèles patients, telle la bonne parole… Difficile pour eux de ne pas mettre une photo de Brigitte à la fenêtre; ça ferait mauvais genre auprès du Docteur !

Si sa présence aux quatre coins de la ville ne passe pas inaperçue, ses retards notoires font par souvent jaser de même que sa manière de réagir pas toujours en adéquation avec sa fonction actuelle.

Ann Cloet n’a pas un conjoint aussi présent mais elle pourra sans aucun doute bénéficier d’un autre appui de taille en la personne d’Anne Bovin, l’épouse de feu Damien Yzerbyt et collègue de l’échevine dans le Cabinet notarial CLOET.

Je pensais que le cdH allait recruter l’ex épouse de Damien Yzerbyt pour la mettre sur sa liste afin qu’elle ramène les voix de son défunt mari au parti. Il n’en sera rien. Est-ce dire qu’elle fera campagne pour sa collègue et amie Ann Cloet ? Il y a un pas que… j’ose franchir !

Autre atout majeur pour Ann Cloet… Elle est parfaite bilingue, chante « la Dottignienne » là où Brigitte Aubert ne jongle qu’avec le français et un peu de patois mouscronnois. Alors que Mouscron vit repliée sur elle-même depuis de trop nombreuses années, le bilinguisme d’Ann Cloet pourrait, comme au « bon vieux temps », refaire les yeux doux aux investisseurs néerlandophones. Un élu libéral local le confirme d’ailleurs dans la DH du jour « La plupart des entreprises qui viennent s’installer sont des entreprises flamandes qui sont trop à l’étroit chez elles ».

Alfred Gadenne aurait souhaité qu’Ann Cloet prenne sa succession. Une preuve écrite existe… Aurais-je la possibilité de remettre la main sur ce document qui m’est un jour parvenu ? Ce n’est pas évident lorsqu’on est bordélique !

Une tempête dans un verre d’eau ou un nuage dans le ciel ?

Airplane with a bannerL’image de cette dernière a pourtant été écorchée ces derniers jours… En cause le survol de Dottignies de l’avion d’un ami avec sa banderole publicitaire électorale « Ann Cloet cdH » …

Depuis la sortie d’un journaliste du Nord Eclair qui a foncé tête baissée sur l’info sans connaître le fond du problème, les « Ann Cloet s’envoie en l’air » ou « Ann Cloet parachutée Bourgmestre » circulent en ville.

« Voilà qui démontre bien que c’est l’image, ou plutôt le buzz en résulte qui prime sur un véritable contenu rédactionnel. » termine le journaliste du Nord-Eclair dans son article relatant ce fait divers. C’est assez culotté pour un journal qui recherche chaque jour du sensationnel tant dans son édition papier que sur son site Internet …

N’est-ce pas Léon Zitrone qui paraphrasait : « Qu’on parle de moi en bien ou en mal, peu importe. L’essentiel, c’est qu’on parle de moi ! ». Et pourtant, je ne crois pas qu’Ann Cloet ait pris ces remarques à la rigolade.

Sachant qu’Ann Cloet, Echevine de l’Environnement, roule depuis plus de 10 ans avec une Toyota Hybride alors que bon nombre de ses détracteurs préfèrent parader avec de grosses cylindrées… on peut se poser pas mal de questions sur le bien-fondé de leurs interventions. Les belles berlines ont plutôt la cote chez certains élus, candidats ou même dans leur famille proche.

Ok pour l’Ecologie ! Un avion consomme évidemment bien plus qu’un vélo. Je suppose donc que les Ecolos banniront toute campagne d’affichage pour ne pas consommer du papier fusse-t-il recyclable ! Et si une campagne d’affichage a bien lieu, je suppose que les affiches seront « collées » avec des punaises pour ne pas détériorer la planète avec une colle fut-elle écologique.

C’est connu ! En période électorale il faut bien que certains trouvent un os à ronger.

Bref, il ne reste plus à Ann Cloet qu’à demander à son ami de mettre son hobby du pilotage de côté jusqu’au 15 octobre, date à laquelle il pourra peut-être survoler la Cité des Hurlus avec une banderole où il serait indiqué « Merci ! Ann Cloet. CdH ».

Si certains avancent que la campagne électorale pourrait se jouer sur les réseaux sociaux, on peut conclure par la phrase « Heureux le politicien qui n’a pas connu l’ère d’Internet ».

Affichage électoral – Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre…

RadikovPour la cinquième fois cette année, Marc Duquesnoy et son équipe organisaient une course cycliste. Profitant de la Fête de la Main, l’homme au verbe haut profitait de cette occasion pour clôturer sa saison de la Ronde de Dottignies. Si la répétition de ces courses cyclistes dans la Cité de La main ne fait pas l’unanimité, nul n’ignore l’investissement humain de tous ces bénévoles qui consacrent une partie de leur temps libre pour redonner vie à des quartiers et par la même occasion, permettre à de jeunes hommes ou femmes de pratiquer leur sport favori en toute sécurité.

Et pourtant, si tout semble être au point pour garantir la sécurité des coureurs et des suiveurs nous avons quand même assisté à des scènes cocasses ou même plutôt dangereuses ce samedi à Dottignies.

A la quête d’un encouragement envers ces jeunes sportifs ou d’un bon cliché, nous aimons aller à leur rencontre, eux qui se dépensent sans compter sur leurs deux roues en semaine pour faire bonne figure lors des compétitions organisées le week-end.

Si les circuits empruntés ne sont pas fermés à la circulation, les automobilistes sont, vous vous en doutez, invités à circuler dans le sens de la course pour éviter de se retrouver face à face avec les coureurs.

Malgré toutes les précautions prises (stationnement interdit dans les rues empruntées, signaleurs bénévoles ou même policiers aux carrefours stratégiques, …) il reste malgré tout quelques irréductibles chauffards pour qui le respect des injonctions émises par ces « signaleurs » n’a aucun sens.

Dans le désordre rencontré ce samedi, relevons celui engendré par ce chauffard à bord d’une camionnette qui coupa la route à… une voiture de police ouvrant la route aux coureurs alors que le signaleur lui avait bien demandé de s’arrêter. A quelques mètres près, c’était la collision assurée.

Vint ensuite ce brave signaleur posté non loin du cimetière, en face d’un bistrot. Mal positionné, il fut souvent surpris par des voitures qui tout naturellement voulaient s’engager dans la rue en contre-sens de la course. S’il parvint, le temps où nous étions présents à éviter aux conducteurs de s’engouffrer là où c’était interdit, l’insistance d’un automobiliste permit à ce dernier de s’aventurer dans cette artère à contre-sens de la course. Devant l’étonnement des « supporters » et autres badauds présents, il répliqua « il n’habite pas loin » rajoutant quand même qu’il ne le connaissait pas et ne savait pas où il habitait. Bref, heureusement qu’aucun coureur attardé n’arrivait sans quoi c’était la catastrophe ! Pour seule remarque de ce brave monsieur, j’eus droit à un « Plutôt que de faire des photos faites le signaleur » …

Dernier fait du jour et pas le moins cocasse, cet autre automobiliste au volant d’une grosse berline allemande qui s’arrêta tout bonnement en face d’un panneau électoral pour y coller ses affiches. Lorsqu’on lui fit remarquer que des coureurs ne tarderaient pas d’arriver, force fut de constater qu’il n’en avait rien à foutre et c’est tout naturellement qu’il récupéra une affiche dans son coffre avec l’envie de l’apposer sur une panneau « humaniste » où… la place semblait cependant manquer pour y ajouter la sienne.

Devant nos remarques de plus en plus pressantes et les coups de sifflet du signaleur posté non loin de là lui signalant le danger de plus en plus imminent et l’invitant à partir le plus vite possible, il répliqua « on m’a laissé passer ». Son je- m’en-foutisme et sa désinvolture étaient criants. Seulement candidat et pas encore élu, on peut se demander quelle forme prendra son égo s’il devient un jour conseiller communal ou même échevin. Comme le disait une personne proche de l’action « On peut se demander ce qu’il fera une fois élu si déjà maintenant il ne respecte rien. Ça promet ». S’il est vrai que cette pratique « se garer n’importe où et n’importe comment » est un sport national dans son pays d’origine d’où est originaire mon ex compagne, il est néanmoins regrettable qu’une personne dont le quotidien est de « donner la vie » mette en danger par son comportement inconscient celle d’adolescents s’adonnant juste à leur sport favori.

Terminons par une petite note humoristique ! Sans doute novice en matière de collage « électoral », c’est avec un tube de colle « Pritt » et un petit rouleau de collant qu’il allait apposer son affiche. Les responsables du cdH auraient-ils oublié de briefer leurs candidats sur la manière de coller efficacement les affiches ? Reconnu comme un excellent « praticien », nous espérons néanmoins qu’il ne suture pas les incisions de ses patientes avec du sparadrap !

Madame la Bourgmestre, Madame la future Bourgmestre, un petit cours de collage s’impose pour vos candidats.

Circulez, mais à vos risques et périls

routes flandreMon article précédent consacré à La réfection des routes à la sauce belge a donné lieu à pas mal de réactions.

Plusieurs personnes m’ont demandé si je pouvais également consacrer quelques lignes sur mon blog aux deux roues … Et comme il m’est difficile de dire non … voici quelques lignes dédiées spécifiquement aux vélos.

Mobilité douce, S.U.L, … qui n’a jamais lu ou même entendu parler de ces expressions …

Et pourtant, il y a loin de la coupe aux lèvres !

Ne dit-on pas que quelques images valent bien mieux que mille mots ? Ici on pourrait plutôt parler de maux

Les clichés qui se trouvent sur ce post ont été faits hier.

Sur la route menant de Dottignies à Pecq (près du restaurant Les Quatre Saisons) il faut vraiment zigzaguer pour y rouler. Toutefois vous ne serez pas pris au dépourvu car des panneaux installés de part et d’autre de la route indiquent « piste dégradée ».

Pour le cliché volé à Estaimpuis on peut constater que les deux roues de même que les piétons doivent être de véritables acrobates pour circuler sur la piste cyclable.

La dernière photo a été prise à Lauwe, une petite commune de Flandre Occidentale située à quelques encablures de Mouscron.

La réfection des routes à la sauce belge !

RoutesLa gastronomie belge n’est plus à vanter…

Aujourd’hui et depuis pas mal de temps déjà, la cuisine belge ne doit plus faire le gros dos et ne vit plus dans l’ombre nos voisins français.

D’un côté comme de l’autre de notre frontière linguistique, il y a moyen de faire plus que bonne chère avec des plats typiques régionaux.

Aux fameux waterzooi, hotch-potch flamand, stoemp et carbonades flamandes de nos voisins néerlandophones, la Wallonie met en avant les boulets sauce lapin du côté de Liège, le fameux lapin perdu tournasien, etc …

 A ces nombreux plats, nous pourrions évidemment ajouter le chocolat, les gaufres de Liège, les cuberdons et encore bien d’autres spécialités de bouche.

Je ferais injure à pas mal de monde si je ne citais nos fameuses bières qui en plus de nous désaltérer, servent aussi à mijoter de très bons plats !

Il y a cependant un point sur lequel la Wallonie ne peut rivaliser avec la Flandre : l’état des routes !

Je n’affirmerais jamais que tout est nickel au pays flamand… mais il faudrait être de très mauvaise foi pour affirmer que les routes sont en meilleur état en Wallonie qu’en Flandre. Dire le contraire serait déplacé !

On pourrait même se demander si la composition des revêtements (autoroutes) est pareil des deux côtés de notre frontière linguistique.

Au niveau local c’est pareil…

Les clichés qui décorent ce post ont été faites dans la rue du Marquis d’Ennetières à Mouscron et l’autre à Menin… Avouez qu’il n’y a pas photo !

Croyez-vous que l’on donne-t-on tous les moyens nécessaires au personnel communal qui bien souvent doit se contenter d’un emplâtre sur une jambe de bois ?

Les faits… rien que les faits – La saga CORA n’est pas (encore) terminée

CoraDepuis près de 20 longues années, le projet CORA fait parler de lui… La presse nous apprend que la région wallonne vient de refuser à nouveau le permis au promoteur du projet, un énième rebondissement dans ce dossier.

Certains s’en réjouiront, d’autres moins …

Les riverains ont gagné une nouvelle bataille, mais remporteront-ils la guerre ?

L’avocat des riverains se réjouit de cette bataille en lançant « Il y a pléthore d’implantations commerciales dans le triangle Courtrai-Mouscron-Lille qu’est l’Eurométropole, ainsi que dans le Tournaisis ».

Mais faut-il rappeler que pendant que les anti-CORA mettaient toute leur énergie et investissaient « leurs deniers » pour contrecarrer ce mégaprojet commercial hurlu et l’empêcher voir le jour, ils ont surtout fait les beaux jours des villes avoisinantes qui se sont réjouies de cette passe d’armes. En effet, celles-ci ont eu beaucoup moins d’états d’âme à voir sortir de leurs terres des implantations tels que K in Kortrijk à Courtrai, La Promenade des Flandres à Roncq sans oublier l’agrandissement des Bastions à Tournai qui ont doublé leur superficie…

Mais le plus étonnant reste sans aucun doute le fait que ces mêmes opposants ne se sont pas ligués contre l’implantation de Mains et Sabots, d’une surface de 10.000 m² dans la même zone du Quevaucamps. De plus, ils n’ont même pas dénoncé la non-conformité du projet. Ce fut pareil pour Les Dauphins, construit par le même groupe financier à proximité de la piscine…

On ne peut dès lors que féliciter ces riverains qui se battent moralement et financièrement aux côtés de leurs avocats pour l’unique principe fondamental de défense du petit commerce de proximité… Car on n’ose imaginer qu’une association familiale internationale concurrente du groupe « Cora » ait pu financer une telle initiative citoyenne locale belge dans l’unique but de ralentir l’aboutissement du projet …

Bref, pour le moment, les seuls gagnants dans cette affaire en matière d’emploi sont sans nul doute les architectes qui se sont occupés de gérer ce dossier et les avocats qui depuis 20 ans se bagarrent dans les prétoires pour défendre leurs clients respectifs.

Et du côté de l’I.E.G ?

L’actuel président de l’IEG doit par contre se réjouir de savoir que le promoteur introduira un recours contre cette décision car si CORA jette l’éponge définitivement, il devra impérativement trouver l’argent pour rembourser le montant du terrain vendu après 2011, soit 14 hectares à 50 ou 60€ le m²… plus de 7 Millions €.

« On » vous invite au verre de l’amitié …

aalbekeJ’ai changé d’avis … mais il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas !

Ce n’est pas tous les 4 ans qu’il faudrait voter mais bien TOUS LES ANS !! 🙂

La preuve …

J’apprends par le site Internet de Marie-Hélène Vanelstraete, notre Echevine des travaux,  que le VERRE DE L’AMITIE sera proposé ce mercredi à tous les mouscronnois intéressés par les travaux de réfection des revêtements de la chaussée de Lille et de la chaussée de Gand. Ces travaux seront entrepris par le SPW (Service Public de Wallonie) dès ce mois d’août ainsi qu’au mois de septembre !

A ce que je sache (vous me corrigerez si je me trompe), c’est une première à Mouscron !

Non pas le fait d’organiser une réunion de présentation du phasage des interventions du projet, encore que durant cette législature des réunions de ce genre n’ont pas été légion ou même inexistantes … mais là, offrir un petit verre à tous les participants après la réunion qui se déroulera au Centre Administratif Mouscronnois, reconnaissez que le Cdh ne manque pas d’idées … surtout que les élections communales approchent !

Mais rassurez-vous, ce n’est que le hasard !

D’autres fausses bonnes idées surgiront… Probablement avec des promesses tout azimut…

Et la Chaussée d’Aalbeke ?

Les riverains de l’ancienne chaussée d’Aalbeke doivent se sentir frustrés ! Voici pourquoi …

Depuis plus de 10 ans, avec la fermeture de la rue de la Royenne, ils luttent contre l’invasion des poids lourds et la vitesse excessive de certains automobilistes.

Lorsque les travaux de réfection d’une partie de la chaussée ont été envisagés, il n’y a pas eu de réunion d’information et en conséquence les riverains n’ont pas eu droit à la parole. Encore moins au VERRE DE L’AMITIE … Mais bon n’en faisons pas un fromage ! Encore qu’avec un petit verre au Rallye on ne dirait pas non …

Je dirais même plus. Si on avait voulu semer la zizanie, on ne s’en serait pas pris autrement…

Pas de réfection pour le haut de la chaussée ! Tous les électeurs ne sont pas égaux devant les réfections !! Certains riverains affirmaient même que maintenant que d’aucuns avaient obtenu en partie satisfaction, les instigateurs des pétitions, conférences de presse et autres actions fermeraient leur gu…. !! Ce qui de source sûre, n’est pas le cas !

Certaines personnes ont continué à interpeller l’Echevine des travaux, pour que cessent les infractions au code de la route sans grand succès et toujours sans verre de l’amitié …

De multiples excuses ont toujours été trouvées alors que les solutions simples et peu onéreuses étaient proposées. Il faut reconnaître que le SPW n’a pas été d’un grand secours pour régler le problème !

Passez par là et vous verrez dans quel état se trouve cette route bucolique ! Vous y rencontrerez également des poids lourds de toutes nationalités cherchant leur entrée dans le zoning, faisant marche arrière quand ils le peuvent, passant et repassant au dam des riverains concernés, arrachant même de temps en temps les panneaux de signalisation. Ne parlons pas des fous du volant qui à certaines heures et plus particulièrement le w-e se croient sur le circuit de Francorchamps !

Un des riverains pourrait écrire un roman sur la problématique de l’ancienne chaussée d’Aalbeke.  Quand je l’ai rencontré, il m’a expliqué que les édiles communaux durant ces années ont toujours botté en touche semblant ne pas vouloir régler le problème.

Je n’affirmerais pas que notre actuelle bourgmestre se fiche de cette situation comme de son premier string, mais elle semble cependant jouer au ping-pong avec son échevine des travaux dans ce dossier.

Il m’a aussi affirmé que le PS a été inexistant dans ce dossier même quand il était au pouvoir, que le MR s’en est soucié un brin lorsqu’il était dans l’opposition et qu’une fois dans la majorité est resté muet, sourd et aveugle ! Ecolo a aussi été quelque peu présent mais n’a pas approfondi le sujet …

Pourquoi ?

Cela s’appelle la démocratie participative !!!

A quelques mois des élections, dans les semaines à venir, les Politiques (oserais-je employer le terme politiciens ?) vont nous promettre la lune et proposer à tout va un semblant de démocratie participative, participation bien vite oubliée après le dépouillement des urnes.

Voilà pourquoi je propose de voter CHAQUE ANNEE lol car comme le dit très justement cet internaute anonyme J-l-M (retraité, la Vie, France 1956) : « La démocratie c’est quand le cul de l’élu reste à portée du pied de l’électeur ».