Un mal étrange touche-t-il nos politiciens ?

Ces derniers temps, une maladie étrange semble en effet toucher pas mal de nos politiciens : le Covid. Un fameux retour de manivelles pour certains qui en général préfèrent plutôt toucher à notre portefeuille.

Sophie Wilmès n’est pas la première et ne sera sans doute pas la dernière politique à être testée positive au sein de ce nouveau gouvernement.

D’aucuns en ont eu la primeur…

Citons par ordre alphabétique !

Commençons par le fils à papa : Frédéric Daerden, puis Valérie De Bue suivie de Caroline Désir la ministre de l’Éducation. Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet est atteint du même mal. Cas surprenant, Christie Morreale qui n’est autre que … ministre de la Santé devance le frère de l’autre … Mathieu Michel qui à peine nommé secrétaire d’état fait déjà son entrée fracassante parmi les grands. Elke Van den Brandt et Rudi Vervoort ferment pour le moment la marche.

Revenons un instant à Mathieu Michel le nouveau secrétaire d’Etat. Certains se demandent si après Louis Michel, Charles Michel et la nomination du frérot, le trublion Georges-Louis Bouchez ne créera pas bientôt un poste de ministre ou de secrétaire d’Etat pour la Mère Michel.

Tous ces grands donneurs de leçon n’ont-ils pas respecté les distanciations sociales en s’adonnant à de petites soirées privées sans pour autant, comme tout citoyen lambda, se taper une amende ?

Et pour corser le tout, les amateurs de cyclisme qui ont regardé le Tour des Flandres n’ont pas manqué de constater qu’Herman De Croo, ancien député et sénateur mais également le papa d’Alexander notre premier ministre était un spectateur attentif sur le bord de la route du Ronde. Si quelques minutes plus tôt, les commentateurs de la RTBF n’avaient pas manqué de souligner que le masque était obligatoire pour les riverains venus applaudir nos valeureux cyclistes lors du passage de la course, ils ont étrangement omis de signaler que papy De Croo ne portait pas le masque.

La caméra de l’hélicoptère n’a pas manqué de nous montrer les grandes affiches apposées dans la campagne environnante par l’ancien politicien belge mais s‘est également attardée longuement sur papy non masqué.

Bref, l’adage « faites comme je dis mais pas comme je fais » sied à merveille à nos suceurs de fric.

CEBEO : Polo qui rit, Brichitte qui pleure …

Le 12 février de cette année, je publiais un article « CEBEO : une parodie de démocratie ».

Depuis quelques jours, CEBEO a choisi de quitter Mouscron.

Ce 9 octobre L’Avenir annonçait que CEBEO partait s’agrandir à Tournai. Une semaine plus tard, Sud Presse revient également sur ce dossier relevant les propos de notre bourgmestre « Je suis vraiment déçue et désolée de voir qu’elle va migrer du côté de Tournai », elle poursuit « On avait proposé des modifications, mais l’entreprise a finalement trouvé ailleurs et n’a pas voulu tenter de déposer un nouveau permis ».

Les riverains apprécieront.

Pauvre Mouscron

Et voilà que nos édiles communaux se mettent à pleurer sur cette manne financière envolée. Le problème à Mouscron, c’est qu’il y a des zonings partout, entrecoupés de zones résidentielles et on s’étonne que cela puisse susciter des réticences. ‌

Aucune cohérence stratégique : on veut tout et son contraire. On se désole de la désertification du centre ville mais on encourage la multiplication des galeries commerciales en périphérie et on piétonise la Grand-Place du côté opposé à celui où se trouvent les cafés, boutiques et restaurants…

Quand donc se pointera le personnage providentiel qui saura redonner un peu de lustre et d’attractivité à cette ville et susciter l’envie d’y vivre ?

Alors qu’une bonne partie du secteur public (pompiers, Consulat,…) est transféré à Tournai, voici que le privé trouve également refuge dans la Cité des 5 clochers.

D’autres infos sur www.ambition2000.be

Vivaldi : une blonde remplace une brune

Hier, on apprenait que les Trappistes de Rochefort sortaient une nouvelle bière… Une blonde tirée à 8,1 % allait compléter la vaste gamme de brunes.

Dans le paysage politique, c’est une autre blonde qui fait son apparition. Ici, pas question de rajouter une blonde aux brunes dans la vaste panoplie de politiciens.

Ludivine Dedonder, la blonde socialiste remplacera en effet la brune libérale Marie-Christine Marghem comme ministre tournaisienne dans ce Concerto Vivaldien.

Une surprise ? Disons plutôt une demie-surprise car celle qui partage la vie du sheriff tournaisien était citée depuis pas mal de temps dans le casting ministériel -socialiste-.

 Comme en politique rien n’est jamais acquis, c’est en dernière minute que son nom fut officiellement dévoilé. La nuit fut courte et sans doute très agitée pour certains Tournaisiens.

Si son Polo (aujourd’hui au garde-à-vous devant sa dulcinée ?) utilise depuis toujours des balles contre certains hurluberlus, ce sont désormais des roquettes (rouges) que Lulu emploiera comme première femme ministre de la défense de l’histoire de la Belgique.

Quant aux Tournaisiens, ils ont déjà au coin de l’œil la caserne Saint Jean et ses abords plus fréquentables pour les blindés que pour le véhicule de monsieur et madame tout le monde.

Un duo Demotte/Crucke à Mouscron ?

Cette promotion risque-t-elle d’écarter définitivement Rudy Demotte du paysage politique tournaisien ? On ignore s’il fait partie du clan de Polleke Magnette pour encore espérer être sur le devant de la scène politique mais hormis les € qu’il aura ramenés dans la Cité de Clovis, sa ville d’adoption, il n’a vraiment pas fait l’unanimité auprès des Tournaisiens en brillant trop souvent par ses absences.

Un espoir pour les élus socialiste Mouscronnois ? Ces derniers, de plus en plus transparents verraient sans doute d’un bon œil l’arrivée en terre hurlue de cet amoureux de la pédale si ce dernier avait envie de relever un nouveau et sans doute ultime défi.

Non repris dans le dernier casting gouvernemental, Jean-Luc Crucke mettra-t-il désormais le cap sur Mouscron ? Les élus du mouvement réformateur mouscronnois, à la botte d’Aubert, seraient sans aucun doute heureux de l’accueillir parmi eux.

Alors, un duo Demotte-Crucke lors des prochaines élections communales pour mettre fin à l’hégémonie du cdH ? Certains y croient, d’autres en rêvent, même debout.

Au CAM l’orthographe fout l’camp !

Il ne fait pas bon dévoiler des plaques commémoratives ou d’inauguration dans la Cité des Hurlus …

Petit retour en arrière

Le 3 septembre 2011 c’était la deuxième inauguration de la piste d’athlétisme du complexe de la Barrière de Fer à Dottignies et ce après une première qui s’était déroulée en décembre 2008.

Afin sans doute de supprimer le nom de Jean-Pierre Detremmerie, une nouvelle plaque était en effet dévoilée en 2011. On y retrouvait même le nom de personnes absentes et le nom d’un échevin y était écorné (Michel devenant Francis).

Régis GhesquièreMonsieur Athlétisme de Mouscron n’était pas repris sur la plaque et n’avait même pas été invité à la cérémonie !

Pour couronner le tout, Gaëtan Vanneste, alors échevin des sports n’y était pas repris non plus. Une absence sans aucun doute volontaire…

Et oui, on retrouve ici toute la bassesse du monde politique… mouscronnois pour l’occasion.

Ce vendredi, inauguration de la statue d’Alfred Gadenne

Après avoir enlevé, non sans mal, le drap recouvrant le bronze qui devait représenter Alfred, on passa au dévoilement de la plaque commémorative.

Nouvelle surprise. Une nouvelle coquille était présente : il manquait un accent à « décédé », une erreur d’orthographe de plus. On peut se demander s’il y a un correcteur d’orthographe dans les logiciels du CAM (Centre Administratif Mouscronnois) et qui a signé le « bon à tirer » …

Il est à espérer que pour ce genre de plaque, nous ne sommes pas soumis à la loi sur les facilités linguistiques, sans quoi, le commissaire d’arrondissement n’aurait pas non plus vérifié.

Faut-il en rire ou en pleurer ? 

D’autres infos sur http://www.ambition2000.be  

Le grand cirque des masques

« Ras-le-bol » … c’est l’expression qui revient le plus souvent lorsque l’on parle du Coronavirus et du port du masque. Et oui, comment s’y retrouver avec cette masqu’arade ?

Un petit retour en arrière

Au tout début de cette pandémie il ne fallait pas en mettre mais… c’était évident car on n’en trouvait pas. Une fois les grandes surfaces bien fournies, d’autres recommandations voyaient le jour, plus loufoques les unes que les autres.

Aujourd’hui porter un masque devient obligatoire à tel endroit. Moins d’un mètre avant, il ne sert à rien.

Les experts Belges et étrangers se contredisent sur bien des points et cette petite guéguerre fait rage. Il faut croire que le coronavirus est différent dans chaque pays !

Comment voulez-vous que le commun des mortels s’y retrouve ?

 Ne dit-on pas qu’une image vaut mieux qu’un long discours ?

Masque MouscronLa photo prise dans le Centre-ville de Mouscron  a été faite ce 26 août peu avant midi … Dans la Cité d’Aubert Academy, le port du masque est obligatoire à de nombreux endroits même si on n’y croise bien souvent que trois pelés et deux tondus tant la ville se déserte chaque jour un peu plus.

Hormis le Lecteur, je vous laisse le soin de constater par vous-même si la règle est bien respectée ! lol

L’autre photo montre une vue d’Eindhoven (à 200 kms de Mouscron) faite ce samedi après-midi. Même s’il faisait plus calme que d’habitude dans le centre-ville, la retransmission du Tour de France et les magasins bondés à cause des soldes en est certainement la cause, on ne peut que constater l’absence du masque.

Masque Eindhoven centre ville Il est très rare de croiser une personne le portant. Si le gel est bien présent à l’entrée des établissements, le personnel des restaurants et magasins est dépourvu de masque. Tout juste demande-t-on nos coordonnées avant de prendre place au resto.

En France, pays bien connu pour sa discipline légendaire​ (exemple Puy du Fou), on joue avec même des crayons de couleurs​ pour déterminer les zones à risques 

Bref, où se trouve la vérité de cette pandémie ? 

Extermination à la rue des Garennes ?

Poules Mouscron Dominique VERCRUYSSEA la rue des Garennes… on pourrait plutôt penser y croiser des « lapins » mais aujourd’hui, on y découvre plutôt des coqs et quelques poules en errance.

Des gallinacés squattaient depuis des lustres la déchetterie et ses alentours en toute tranquillité. 

Evidemment, il ne venait à personne l’idée de s’approprier ces volatiles pour en faire du « coq au vin » … Même avec un bon Petrus ces coqs auraient probablement eu un goût étrange ! Ma main à couper que personne ne leur aurait décerné le label bio !

Avec la fermeture du site de la déchetterie, Silence Animal se lançait à la chasse pacifique aux oiseaux domestiques afin de leur donner une nouvelle vie. Ce 10 juillet, il dénonçait cependant : « Extermination a commencé à la déchetterie de Mouscron »

Voulant en avoir le cœur net, je me suis donc rendu sur le site de la rue de Rolleghem … Et là, un triste spectacle saute aux yeux… Si quelques Cocorico isolés résonnent encore de-ci de-là, 2 cadavres de volatiles gisent entre différentes canettes de bière sur les bas-côtés de la route. Quelques mètres plus loin, deux superbes coqs se méfient de mon arrivée… En voulant se redresser, ils s’effondrent sur le sol. Force est de constater qu’ils ont de gros problèmes aux pattes…

Scène désolante …

Alors, je pose la question : empoisonnement, maladie ou … ?

« Faites comme je dis … »

aubert edito« Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais » … Cette expression cadre bien avec pas mal de nos politiciens.  

A force d’entendre tout et son contraire concernant les mesures à adopter pour contrer le Coronavirus, il arrive que des gens pètent un plomb et en oublient même les gestes barrières à adopter.

Ne dit-on pas que l’exemple doit venir d’en haut ?

Ce n’est pourtant pas le cas à Mouscron.

Le 1er avril 2019, la DH titrait « Infirmière de formation, Brigitte Aubert s’est notamment épanouie comme Echevine de la Santé ».  Pourtantissue du domaine médical, notre bourgmestre en titre semble assez souvent oublier les gestes barrières préconisés. Le 27 mars de cette année, ne déclarait-elle pas « il faut que chacun se sente responsable et solidaire. Si tout le monde fait attention, nous allons surmonter cette épreuve ».

Premier couac fin mars ! Notre bourgmestre assistée de son bras droit Didier Mispelaere s’affairait au sein du Centre Administratif mouscronnois à une distribution de masques. Malgré leur proximité et le fait qu’ils soient tous deux issus du milieu médical, les deux compères ne portaient pas de masque. Quelques jours plus tard, on apprenait que l’Echevin était atteint du Covid-19.

Toujours pas de masque

Ce matin, je reçois, via un médecin, une photo de notre Bourgmestre en compagnie de ses compagnes du service-club Inner Wheel du district 62.

La photo a été prise ce dimanche à La Prairie. Les membres se réunissaient afin de poser un geste en faveur de l’alphabétisation. Pour l’occasion, via L’Avenir, on apprenait que l’illettrisme est malheureusement encore fortement présent à Mouscron.  Madame Aubert ne manqua pas de souligner : « elle touche une personne sur dix ».

Bref, que du positif dans cette action sauf que la photo aurait pu être titrée « Bas les masques » alors que dans le dernier « Vivre dans ma Ville » de juillet elle nous fait quasi la leçon (voir photo illustrant cet article) … Une brochure Mouscron Covid-19 avait même été éditée et distribuée pour nous rappeler les précautions à prendre pour lutter contre ce virus.

On nous dira sans doute que les masques ont été enlevés pour la photo, mais en feuilletant la presse, vous pourrez constater que d’autres bourgmestres ne retirent pas leur protection pour la photo de circonstance.

Bas les masques : Brigitte Aubert, notre Mireille Dumas !

Sacrée Mathilde puisque … te v’là !

Mathilde Vandorpe« Souviens-toi, c’était un jeudi
Souviens-toi, on avait suivi
Le chemin des amoureux
C’était il était une fois nous deux
Souviens-toi, c’était le grand jour
Le grand pas vers le grand amour
C’était encore mieux que ça
C’était nous deux il était une fois »
 …

C’est en effet ce dernier jeudi que sous la plume de Loïc Defoort de L’Avenir que notre Mathilde communale est mise en avant d’une page sportive pour annoncer que Mathilde Vandorpe devient Présidente des Dauphins mouscronnois.

Disparu bien trop tôt, Jacques Brel ne l’a pas connue, sans quoi il y a fort à parier qu’elle aurait pris la place d’Adrienne de Montalant dans une de ses chansons.

Non Mathilde, tu n’es pas la Georges-Louis Bouchez de Mouscron. Tu es son sosie mais en moins arrogant, en plus discret, en plus finaud ! Néanmoins, tu es très politique; mot que tu n’apprécies pas dans la bouche du journaliste et que tu utilises pas moins de trois fois en quelques lignes.

Une fois de plus tu utilises les bonnes vieilles ficelles politiciennes …

« J’ai toujours été très impliquée dans l’associatif … Je me suis bien plu dans mon rôle d’Echevine des sports … Je me suis beaucoup investie … Je le fais dans un but strictement personnel pas dans un but POLITIQUE … Je vais m’investir car j’aime ça … Le réseau personnel que j’ai pu tisser grâce à mon implication POLITIQUE …

Je vais agir en tant que présidente d’un club sportif, non en tant que femme POLITIQUE »

Et ça continue encore et encore sans omettre d’égratigner au passage GLB, le président sosie du MR !

Pour terminer en beauté, tu te fais toute petite, un vocabulaire d’une humilité déconcertante : « pas de certitudes … J’étais Echevine … Je suis devenue Députée … On m’a demandé de rester … on m’a proposé d’entrer … On m’a suggéré … J’ai réfléchi … »

Evidemment, cette humilité désarmante ne pouvait se traduire que par une dernière  flèche malthidienne visionnaire (sic)  : «Mouscron, une ville au très grand potentiel sportif qui a néanmoins besoin d’un réelle redynamisation » !

Et qui va la redynamiser à la Georges-Louis Bouchez ?

Remarque pas très sympa pour Kathy Valcke ta collègue cdH Echevine des sports actuelle !

Lorsque tu déclares que « Bourgmestre de sa commune, le plus beau mandat du monde » doit-on s’attendre à ce que tu te décides également à lorgner à nouveau vers le mandat de Bourgmestre ?

Sacrée Mathilde, « Ma belle Mathilde puisque te v’là »

Lutte des classes

Dominique VERCRUYSSE corruption« Selon que vous serez puissant ou misérable les jugements de cour vous rendront blanc ou noir  ». La Fontaine 

Comment voulez-vous que le commun des mortels puisse encore croire en notre justice en sachant que dans notre pays dit démocratique, même celle-ci peut s’acheter ?

Dans le journal Le Soir de ce jeudi, Béatrice Delvaux, éditorialiste en chef revient sur la transaction financière de Dominique Leroy, l’ancienne CEO de Proximus qui a préféré payer 107.000 € (plus de 4 millions de francs belges) pour éviter la case prison qui dans ce cas-ci est bien plus élevée que celle que l’on retrouve sur notre Monopoly. Madame Dervaux n’hésite pas à dire que « Personne n’est dupe : la transaction financière ne grandit pas la Justice, elle comble juste ses lacunes ». 

Mais la justice n’est pas lente à cause du manque de moyens, mais bien par manque  d’organisation… C’est ça aussi la Belgique.

En cliquant sur la photo ci-dessus, je vous invite à découvrir une petite vidéo qui dure moins de deux minutes et qui « compare les condamnations dont ont écopé des individus aux antipodes sur l’échelle sociale ». Édifiant !

Proximus 

Le raccourci est peut-être un peu facile, mais en découvrant la transaction financière de Madame Leroy dans l’affaire Proximus, faut-il s’étonner du coût très élevé de nos abonnements téléphoniques ? C’est vous, c’est moi qui au travers des abonnements payons les salaires et autres avantages faramineux des pontes qui dirigent certaines de nos sociétés ?

Constatons que, comme frontaliers, nous sommes bien placés pour comparer certains prix et tarifs. 

L’eau, les alcools, les sodas venus en droite ligne de France garnissent les demeures de bien des ménages belges tant les prix sont intéressants. Les Français s’arrachent les paquets de cigarettes et viennent encore faire le plein de carburant en Belgique. 

Il est un autre produit encore bien plus intéressant au pays de Voltaire : les abonnements téléphoniques

On s’étonnera du peu d’engouement des gens pour l’Europe ! Si les citoyens, dans leur vie de tous les jours, observaient une harmonisation des prix et de la qualité des biens de consommation, un meilleur bien-être, ils applaudiraient des deux mains cette Europe sociale qui tarde à se dessiner. 

On est loin du compte avec l’Europe néo-libérale qu’on nous impose et qui engendre chômage de masse, délocalisations, inégalités, racisme, concentration de la richesse dans les mains d’une poignée d’individus. J’en passe et des meilleures…

Le « monde d’après » qui selon certains devrait être meilleur n’est pas pour demain !!

Signalisation routière abracadabrante

Dominique VERCRUYSSELes auto-écoles doivent sans doute se gratter les cheveux en parcourant les routes communales.

En plus de surveiller leurs candidats, ils doivent évidemment prêter une attention particulière à l’état de notre réseau routier jonché de nids-de-poule mais également à la signalisation parfois aberrante.

Si la circulation à double sens sur la grand-place a été -momentanément ?- abandonnée, il est toujours possible de descendre la grand-place en venant de la rue des Moulins.

Dernier exemple en date, un panneau vous signale une priorité de droite alors qu’un panneau se trouvant dans le Passage Saint Pierre interdit la circulation vers la grand-place.

Bref, même Dieu ne s’y retrouverait pas.

Non mais Allô quoi Marie…-Hélène, le masque se met sur la bouche et le nez, pas sur les yeux. 

Notre Échevine serait-elle jalouse de la signalisation routière tournaisienne ?