Polo et Lulu n’ont rien volé ni détourné, ils font leur job

Je fais suite à mon article d’hier et je me pose des questions.

Est-ce le titre ou la petite phrase reprise au-dessus de la photo du couple tournaisien qui ont provoqué des réactions si nombreuses, même s’il est vrai que la phrase mythique « On dit merci qui ? »  est ancrée dans pas mal de têtes.

Toujours est-il qu’après les quelques remarques reçues, je me dois d’apporter des infos supplémentaires.

Et pour agrémenter cet article, quoi de mieux qu’un petit montage réalisé avec une prise de vue de la rue de la Citadelle, celle où la caserne tournaisienne est située.

Il vaut mieux y passer en 4×4 plutôt qu’à vélo. Il est même étonnant que Tournai n’ait pas été reprise comme ville de passage pour le Tour de France avec les pavés de cette rue… il est vrai qu’ils sont mieux entretenus sur les tronçons du Nord… Le Bourgmestre de Tournai, présent aujourd’hui sur le secteur n°3, y était sans doute également pour étudier comment entretenir ses pavés tournaisiens.

Est-ce un crime de faire jouer ses relations pour faire vivre honnêtement sa région quand on a eu un mandat des électeurs ? Négatif à mon humble avis.

Le gâteau doit toujours se partager. Tant chez les humains que chez les animaux, et plus encore chez les politiques, on sort les crocs pour satisfaire sa faim.

Ce n’est également pas un crime que de se voir mandater si on a une bonne bouille sans forcément en avoir les compétences et qu’on se présente aux élections. La fonction peut créer l’orga(sm)ne.

Dans certaines familles politiques, surtout au niveau communal, on a parfois l’art d’établir des listes électorales ressemblant fortement au scénario de la 7ème compagnie. Et quand elle perd ses chefs, le scénario prend parfois une tournure frisant le ridicule.

Mouscron a perdu ses ténors capables de faire gagner la Ville. Force est de constater que la Cité des Hurlus a perdu son aura et n’a plus que ses troisièmes couteaux pour batailler en nageant dans la semoule.

Les Engagés risquent rapidement de devenir les futurs dégagés si un ténor régional débarquait en terres hurlues. Un Jean-Luc Crucke par exemple ?

Le tout serait de ne pas être parachuté bêtement comme ce fut le cas à Tournai en laissant tomber après maintes manœuvres maladroites en coulisses un nain dans un magasin de porcelaine qui a brisé du vieux Tournai frigide à tous changements.

Alors oui, le duo Polo-Lulu dérange le pauvre Francken qui pour exister ne le ménage guère.

Les chars de Lulu n’ont pas encore déraciné les vieux pavés tournaisiens, ce qui dans la rue de la Citadelle -voir photo- ferait probablement l’affaire de Polo qui solliciterait, peut-être, un dédommagement de La Défense.

Un conseil nocturne en aparté réglerait certainement et rapidement l’affaire. Mais cela ne nous regarde pas, affaire privée !

Ces deux-là ont remis Tournai au premier plan. Chacun, dans leur fonction respective, collectionne de nombreuses réussites… et … sans scandale… Ça redonnerait presque confiance au « politique » … Pourvu que cela « doure » pour cette grande ville qui avait perdu beaucoup de sa superbe.

Il n’empêche que pour l’instant Tournai bouge, Ath vit et Mouscron donne l’impression de stagner, voire de sombrer. Même si Lulu faisait débarquer l’unité cycliste à Mouscron, elle ne pourrait pas circuler sur la Grand-place ni dans la Petire-Rue.

Circulez, il n’y a rien à voir dirait la 7ème compagnie.

D’autres infos sur www.ambition2000.be

Allô Polo, Allô Lulu

Loin des chamailleries qui foisonnent dans la presse sur leur couple, Paul-Olivier Delannois, bourgmestre de Tournai, profite aujourd’hui d’une belle journée sur le Tour de France alors que sa moitié, Ludivine Dedonder donnait hier des coups de pioche pour l’installation du futur complexe destiné à abriter, sur la base aérienne de Florennes, les drones pour effectuer des missions de reconnaissance.

Si Théo Francken rugit sur le couple Polo/Lulu, il n’hésite cependant pas à lancer « J’aime la Wallonie et les Wallons ».

Mais au-delà de ces polémiques politiciennes, peut-on reprocher au couple Polo/Lulu de favoriser leur ville ?

Il convient néanmoins de se poser quelques questions sur cet adage « Charité bien ordonnée commence par soi-même ».

Le couple tournaisien ne s’inspire-t-il pas d’un autre socialiste qui à l’époque fit d’Ath ce qu’elle est aujourd’hui ? Ath, que certains avaient même rebaptisé « Spit City », doit beaucoup si pas tout à Spitaels que certains surnommaient « Dieu ».

Un Paul-Olivier Delannois qui n’hésite d’ailleurs pas à avancer que son modèle politique n’était autre que Guy Spitaels. Le modèle politique de Lulu est très différent. Sa source d’inspiration est Michel Daerden, l’amuseur public. « En politique je lui dois tout ce que je suis devenue » déclare-t-elle après avoir appris la disparition de « papa ».

On le sait, le maïeur tournaisien n’a pas la langue en poche et après le décès de Detremmerie, il était évident que ses successeurs ne devaient pas s’attendre à des cadeaux venant de sa part.

Delannois n’avait d’ailleurs pas tourné autour du pot la veille des élections d’octobre 2018 : « J’assume mes choix pour Tournai », « Je pense d’abord pour Tournai », « j’agis pour Tournai », « se battre pour Tournai », … Le ton était donné !

Certains me rétorqueront qu’il a aussi déclaré « Les relations avec Rudy Demotte sont bonnes et le resteront ». On sait ce qu’il en est advenu… Le petit Rudy s’est tout simplement fait bouffer par le couple Delannois/Dedonder. Ciao Rudy.

Et Mouscron dans tout ça ?

Une seule réponse : On se fait dévorer !

Si grâce à ses nombreux mandats politiques Guy Spitaels avait mis en avant sa ville, Detrem de son côté avait réussi à mettre Mouscron sur la carte du monde grâce au foot. La suite de l’histoire est moins sexy …

A cette époque, Tournai vivait quasi dans l’ombre de ses villes voisines : l’une gérée par les socialistes (Ath), l’autre (Mouscron) par le cdH devenu depuis peu « Les Engagés ».

Mais la roue a bien tourné, même si c’est dans le mauvais sens pour les Mouscronnois.

Les chats sont partis, les souris dansent

Après le décès de Detrem et ensuite la perte de son poulain Damien Yzerbyt emporté par la maladie, les Tournaisiens n’allaient pas manquer de faire payer aux Hurlus leur mise à l’ombre…

Aujourd’hui, le duo Polo/Lulu s’en donne à cœur joie pour redonner ses lettres de noblesse à la Cité de Clovis.

D’un côté un bourgmestre défendant SA commune becs et ongles, de l’autre une compagne parachutée Ministre de la Défense par Polleke (Magnette). Il n’en fallait pas plus pour promouvoir Tournai tous azimuts.

De Mouscron on n’en parle plus. A l’image de l’Eurométropole Lille-Courtrai-Tournai

Si à Mouscron on grince des dents devant la fuite des institutions, aujourd’hui les Tournaisiens jubilent devant les actions du « couple royal de Picardie ».

Si tout va pour le mieux dans le ménage glamour tournaisien, certains se demandent s’il y a un futur divorce fracassant dans l’air dans le couple de Wallonie picarde ? L’avenir nous l’apprendra…

D’autres infos sur www.ambition2000.be 

Tournai … manège ! Allô Marie-Christine ?

mcm tournaiDepuis le départ de son colistier Jean-Louis Claux qui a préféré rejoindre les rangs du parti socialiste pour les prochaines communales, Marie-Christine Marghem se fait discrète, très discrète même.

Celle qui s’était présentée sur le liste du PSC (Parti Social Chrétien) aux élections communales de 1994 avant de rejoindre Gérard Deprez lorsque celui-ci fonde le MCC (Mouvement des Citoyens pour le Changement) n’est que très peu sortie de sa réserve en commentant très peu la « trahison » de Jean-Louis Claux …

Un silence qui interpelle pour une Ministre qui devrait être pleine d’énergie et qui plus est exerce la profession d’avocate ! Et pourtant, on s’attendait à des réponses cinglantes lorsque jean-Louis Claux lance « À part son plan de carrière, elle (Marie-Christine Marghem) n’a rien apporté à la cité des Cinq clochers » mais d’un autre côté il vantait les mérites de Demotte « Depuis son arrivée à Tournai, Rudy Demotte a apporté beaucoup à la commune. Plus de 220 millions d’euros ». Beaucoup s’attendaient à une réponse telle que : « Et vous Monsieur Claux, qu’avez-vous apporté à Tournai » … Mais non, même pas !

Et demain ?

Certains se demandent où siègera Jean-Louis Claux ce prochain lundi, lors d’un des derniers conseils communaux de cette législature… A côté de Marie-Christine comme c’est le cas aujourd’hui, à un bout de table ou déjà du côté des rouches ? Les paris sont ouverts !

Et après-demain ?

Il est à espérer que Marie-Christine Marghem trouvera quelqu’un pour pallier la dégringolade d’Armand Boite car elle est dans le déni complet…  Tous les échevins qui sont passés par ce poste l’ont payé cher et vilain : les travaux et la mobilité, ce sont les postes pourris par excellence…

A titre d’exemple, il faut parfois plus d’une demi-heure pour aller des Bastions au centre-ville…

Et pourtant, si le PS avait eu le choix, n’aurait-il pas préféré récupérer l’échevin des travaux plutôt que Jean-Louis Claux tant Armand Boite semble bien estimé par certains socialistes ?

Un échevin des travaux qui n’a pourtant pas encore eu le temps de placer des places PMR (emplacements pour les personnes à mobilité réduite) dans les villages du Tournaisis aux abords des écoles, églises, … !

Allez Armand, il te reste quelques mois avant les élections pour réaliser ces petits travaux.

Oserons-nous dire crûment que le bilan du MR à Tournai est inodore, incolore et insipide ?

Le PS a une série de trophées indiscutables : le skate park, la rénovation du conservatoire, l’adhésion des villages au Parc Naturel (là c’est maigre, mais il y a au moins ça…) et le clou : la stabilisation des finances via Laetitia Liénard, celle qui dribbla Vandecauter Jean-Michel dans la course pour un échevinat.

Fort de ses 1.023 voix de préférence contre 627 voix pour la protégée de Demotte, Jean-Michel Vandecauter, l’homme proche des commerçants, préféra quitter la politique avant de revenir pour ces futures élections sur la liste Ensemble.

Tout n’est pas mauvais… (même si Rudy Demotte exagère en s’attribuant les mérites de ce qui a été fait par le privé (Bastions, zoning Froyennes, rénovation des immeubles) ou de la Région Wallonne et de la Province (autoroute, Cathédrale) ou mieux encore se vanter de projets… qui sont à l’état de projets (Maison de la Culture, Tournai Expo, Anciens Prêtres, Musée des Beaux-Arts))

Si on prend le MR : mobilité désastreuse, travaux à n’en plus finir et foireux… il n’y a que les quais du côté d’Ideta qui sont une réussite => c’est maigre de chez maigre… (et en plus Demotte s’en attribue les mérites)

Et la cerise sur le gâteau… c’est que Marie-Christine Marghem se tait dans toutes les langues…

Tout n’est pas « rose » au PS

Rudy demotteA voir la réponse apportée à une personne ayant partagé mon dernier article sur son Facebook, Rudy Demotte, le Ministre-Président de la Fédération Walbanie-Bruxelles et bourgmestre empêché de Tournai, n’aurait que moyennement apprécié la teneur de mon dernier article !

Se serait-il mis sur les pointes de ses molières pour dire que le chef n’apprécie pas… Il paraît qu’il va faire campagne aux ballets du Hainaut … comme petit rat …

Est-ce de ma faute monsieur Demotte :

  • Si l’actualité ne tourne pas très rond autour de votre parti ?
  • Si vous n’avez pas (encore) eu le temps de briefer la communication de vos dernières recrues ?
  • Si Marie-Line Colin, secrétaire régionale de la FGTB, se retire de votre liste suite à l’arrivée du libéral Jean-Louis Claux ?

Non, Jef, t’es pas tout seul (Brel)

La célèbre réplique du film les Tuche 3 « Un pour (Jeff) Tuche, (Jeff) Tuche pour un » pourrait bien devenir culte dans la prochaine campagne électorale tournaisienne…

Que doivent penser vos (éventuels) électeurs lorsqu’ils apprennent que Jeff Danès, votre candidat mystère,  déclare dans L’Avenir du jour qu’il siégera s’il est élu. Ce même journaliste rajoute Du moins, jusqu’à ce qu’il obtienne enfin un poste au conservatoire de Tournai« Quinze ans que j’espère… » rajoute Jeff Danès. Et l’on peut supposer que le journaliste n’a pas sucé sa dernière phrase de son pouce où l’on peut tout simplement en déduire qu’après les élections, élu ou non, votre candidat prendra possession de son poste promis au conservatoire sans doute en échange de sa présence sur votre liste ! C’est tout simplement du donnant/donnant !

Et que pense Tarik Bouziane, l’actuel Echevin de la Culture de cette situation ubuesque et de son futur remplaçant ou remplacement ?

Allez mon vieux Jean-Louis, sers m’en donc une dernière

Revenons également un peu sur le cas de M. Jean-Louis Claux qui semble se plaindre de ne pas avoir eu les mandats qu’il désirait lorsqu’il militait au sein du MR … Le site Cumuléo semble quand même lui attribuer 4 mandats rémunérés en 2015 !

Sans juger de l’attitude de Jean-Louis Claux sur son transfert au PS, je retiendrai cependant les propos qu’il a tenus dans la presse : « Il reproche aussi à son ancienne leader d’être une « menteuse chronique » et d’avoir « pourri » sa campagne 2012. « Elle a interdit à des candidats de faire des tracts avec moi, elle m’avait promis un mandat à Ideta, la vice-présidence chez Ipalle. Et rien. Ce n’est pas là l’essentiel, mais des circonstances aggravantes » … Et s’il n’est pas intéressé par l’argent, il signale quand même « Il (Jean-Louis Claux) revient sur les mandats qu’il demandait, des mandats avec 50 € de présence, tandis que MCM, elle, cumule plusieurs mandats de plusieurs milliers d’Euros ». Jalousie ? Force est de constater que l’argent semble occuper une place très importante dans et pour la carrière politique de ce monsieur. 😉

Et comme vous, monsieur Demotte, je me suis permis d’ajouter également un petit smiley à la fin de cette phrase …

Les futurs électeurs peuvent-ils en déduire que ce qui aurait été refusé (?) à Jean-Louis Claux au MR pourrait lui être accordé de par sa présence sur votre liste ? Il sera évidemment plus facile pour ce transfuge bleu de recevoir des mandats en étant sur la liste rouge que de s’atteler à construire une liste DéFi à Tournai et d’en occuper la tête de liste comme le lui avait proposé Monsieur Maingain 😊

On laissera au moins à vos dernières recrues leur honnêteté dans leurs propos très clairs ! Pour une fois, on ne doit pas lire entre les lignes pour comprendre leurs attentes !

Et si monsieur Demotte estime ironiquement que mon article est orienté, je l’invite à parcourir mon blog afin de voir que je ne tire pas uniquement à boulets rouges sur le PS !

Il serait peut-être également intéressant de rafraîchir la mémoire de monsieur Rudy Demotte, notre Ministre-Président sur quelques démêlés qu’il a eus avec Philippe Mettens aujourd’hui bourgmestre de Flobecq. Et pour recadrer le tout, sachez que le cousin de l’épouse de Philippe Mettens est tout simplement… Rudy Demotte. L’épouse de Philippe Mettens est la fille de l’ancien bourgmestre de Flobecq Jacky Leroy (PS), … oncle de Demotte. Vous suivez ?

Hé oui, le PS est une grande famille 😊

Toutefois, les propos tenus en famille risquent d’en heurter plus d’un !

Il faut également préciser que M. Mettens a été bourgmestre faisant fonction de Flobecq pendant 12 ans en lieu et place de Rudy Demotte.

Venons-en à nos moutons… et … entrons dans le vif du sujet…

Voici quelques extraits recueillis à gauche et à droite que certains connaissent sans doute mais que d’autres seront très certainement très heureux de lire : je cite les propos de monsieur Mettens « Rudy Demotte a peur ! Il a toujours peur. J’ai de lui l’image d’un petit garçon tout nu, avec un petit maillot rouge sur le bord de la piscine. Un petit garçon qu’on a envie de prendre dans ses bras pour le rassurer. Un petit garçon qui a finalement trouvé refuge dans une armure. Il vit entouré d’une cour, un monde sans contradiction, dans lequel on ne lui parle qu’en des termes élogieux. Rudy Demotte ? On est derrière lui ou on est contre lui ». Et un peu plus loin « Durant 12 ans, j’ai été bourgmestre faisant fonction, une période où il n’était pas présent ou présent que pour les conférences de presse et les caméras. Il y a 12 et 6 ans, la campagne était axée sur lui, aujourd’hui elle est de groupe. J’ai toujours accompli le travail sur le terrain mais je ne pouvais pas lui prendre trop de place. Il ne fallait pas non plus que je comptabilise trop de voix, surtout pas plus que lui, cela aurait été inacceptable que je passe devant lui ». Monsieur Mettens termine par « Je lui ai dit un jour d’entrer dans un bistrot et d’aller à la rencontre des gens, de prendre conscience de la réalité du monde. Pas de celle des soirées mondaines. Ce que veulent les gens, c’est du sel sur les routes, des fossés propres ».

La fin de l’article mérite d’être bien ancrée dans la tête des Tournaisiens qui voudront voter socialiste mais surtout Rudy Demotte lors des prochaines élections communales : je cite le journaliste : « Selon Mettens, Demotte ne briguerait Tournai que pour faire comme d’autres collègues socialistes, à l’assaut de grandes villes wallonnes ».

Pour être complet dans mes propos, je préciserais qu’entretemps Rudy Demotte et Philippe Mettens se sont/seraient réconciliés fin 2017 lors de l’enterrement de Jacky Leroy, l’ancien bourgmestre de Flobecq.

Difficile aujourd’hui de savoir si leur réconciliation perdure et si elle a laissé des traces mais chacun jugera en âme et conscience cet épisode qui n’est sans doute pas terminé 😊

« Rouche un jour Rouche toujours » ?

Ceci est bien entendu vrai pour les supporteurs du Standard de Liège … mais est-ce que ça l’est également pour les électeurs socialistes ?

On ne peut présager de rien, mais il reste à espérer que depuis 6 ans les socialistes aient ouvert les yeux et compris le jeu de Demotte en reportant tout simplement leurs précieuses voix sur les autres candidats de la liste socialiste !

Jouant sur les habitudes et la fidélité de ses électeurs, le PS ne se donne-t-il pas finalement le bâton pour se faire battre dans ce cas-ci ?

Nul doute qu’en cas de victoire et de majorité absolue (le PS par la voix de son échevin Philippe Robert ne doute vraiment de rien), l’Internationale sera remplacée par une chanson du Grand Jojo « Jef un p’tit verre on a soif ».

Je terminerai en reprenant une phrase du talentueux humoriste Mouscronnois Fabian Le Castel parue dans L’Avenir du jour « A une époque où la censure est omniprésente, où l’on ne peut plus rien dire, j’ai décidé d’aller à contre-courant ».