Tournai vire au naturisme

Un proverbe dit qu’« il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis ». Si ce n’est pas toujours le cas, cette situation arrive pourtant plus souvent qu’on ne le croit.

Revenons un peu en arrière

Souvenez-vous il y a un peu moins d’un an… Paul-Olivier Delannois, le bourgmestre Tournaisien, refusait une manifestation de cyclistes naturistes dans sa ville.

Etonnant quand même comme position pour Polo qui est comme chacun le sait est un grand amateur de cyclisme, qui rêve toujours d’une arrivée du Tour de France à Tournai, et qui n’hésite pas d’interdire une manifestation cycliste sur ses pavés.

« Etant donné la présence d’enfants et les risques d’incidents potentiels liés à la manifestation (obligation/imposition de la vision de corps nus dans l’espace public), je ne peux marquer mon accord sur cet événement » soulignait le Shériff tournaisien.

Un peu légers comme arguments d’autant plus que le départ et le parcours auraient pu être revus et programmés dans d’autres endroits afin d’éviter certaines artères.

Nous aurions mieux compris la position du bourgmestre s’il avait invoqué l’état désastreux de certaines artères tournaisiennes pour les deux roues comme la rue St Martin ou de la Citadelle où à chaque coup de pédale le cycliste risque l’embardée.

Un rétropédalage

Bref, après mûre réflexion et à quelques encablures d’échéances électorales, le maïeur tournaisien semble revenir à de meilleurs sentiments.

C’est connu, un homme politique partageant la couette avec une Ministre ne passe pas inaperçu…

On apprend via certaines indiscrétions de son Cabinet que le couple politico/glamour Tournaisien avait d’abord passé quelques jours de vacances loin des regards et des objectifs sur une plage naturiste… et qu’ils y ont pris goût, un goût certain même.

Est-ce ce triptyque loin des terres tournaisiennes avec sa Lulu et en tenue d’Adam (et d’Eve) qui aurait fait changer d’avis Polo ? Il se chuchote en effet que le bourgmestre Tournaisien aurait pris goût à sentir un petit vent et le soleil lui caresser la peau.

Mieux, notre duo à la rose s’est essayé à la promenade à vélo (voir photo) …

Et comme bien souvent, un photographe traîne toujours dans le coin à l’affût d’un cliché qui pourrait être vendu dans un magazine à sensations tels « Voici » et autres revues du même ton.

Mais ici pas de chance pour le « voyeur » … car personne ne semblait intéressé d’acheter le cliché et les journaux locaux ont sans doute craint de trouver portes closes pour leurs bonnes infos locales en cas de diffusion du cliché assez chaud. Pour preuve ? Souvenez-vous de la page « Regard » qui paraissait chaque samedi dans le journal L’Avenir qui égratignait de temps en temps et gentiment nos politiciens… Cette page fait désormais partie du passé. Et dans le même registre, la page « Une semaine de sport » qui paraissait le samedi et qui donnait un autre regard sur l’actualité sportive du même journal ne fait plus que des apparitions sporadiques …  Etrange n’est-ce pas ?

J’ai donc le privilège de publier en primeur une photo haute en couleurs du couple politico/glamour tournaisien.

En soutien aux Ecolos

Son Echevin de la mobilité Jean-François Letulle se dévouant corps et âme pour éjecter un maximum de voitures de sa ville (on n’est pas Ecolo pour rien), Polo ne voit pas pourquoi il ne lui donnerait pas un petit coup de rayon pour mettre en avant la mobilité douce dans sa chère ville d’autant plus qu’il y aurait 36 % de cyclistes en plus qui sont comptés aux entrées de la ville de Tournai. C’est donc une belle manne d’électeurs potentiels pour celui qui compte rempiler dans ses fonctions de maïeur en 2024.

Quand ?

Mais il faudra sans doute encore attendre quelques semaines et les beaux jours pour découvrir la date et le circuit qu’emprunteront nos joyeux cyclistes et amateurs de trottinettes qui déambuleront dans les artères tournaisiennes.

On ne peut évidemment que féliciter le bourgmestre Tournaisien de son initiative et de ce revirement inattendu.

Même si elle a été invitée, aucun écho venant de Mouscron et de sa bourgmestre Brigitte Aubert pour savoir si elle participera à ce défilé de beaux … mollets et si une telle initiative se tiendra dans la foulée dans la cité des Hurlus ! Madame Aubert attend sans doute de voir si la randonnée tournaisienne remportera un beau succès.

Polo et Lulu n’ont rien volé ni détourné, ils font leur job

Je fais suite à mon article d’hier et je me pose des questions.

Est-ce le titre ou la petite phrase reprise au-dessus de la photo du couple tournaisien qui ont provoqué des réactions si nombreuses, même s’il est vrai que la phrase mythique « On dit merci qui ? »  est ancrée dans pas mal de têtes.

Toujours est-il qu’après les quelques remarques reçues, je me dois d’apporter des infos supplémentaires.

Et pour agrémenter cet article, quoi de mieux qu’un petit montage réalisé avec une prise de vue de la rue de la Citadelle, celle où la caserne tournaisienne est située.

Il vaut mieux y passer en 4×4 plutôt qu’à vélo. Il est même étonnant que Tournai n’ait pas été reprise comme ville de passage pour le Tour de France avec les pavés de cette rue… il est vrai qu’ils sont mieux entretenus sur les tronçons du Nord… Le Bourgmestre de Tournai, présent aujourd’hui sur le secteur n°3, y était sans doute également pour étudier comment entretenir ses pavés tournaisiens.

Est-ce un crime de faire jouer ses relations pour faire vivre honnêtement sa région quand on a eu un mandat des électeurs ? Négatif à mon humble avis.

Le gâteau doit toujours se partager. Tant chez les humains que chez les animaux, et plus encore chez les politiques, on sort les crocs pour satisfaire sa faim.

Ce n’est également pas un crime que de se voir mandater si on a une bonne bouille sans forcément en avoir les compétences et qu’on se présente aux élections. La fonction peut créer l’orga(sm)ne.

Dans certaines familles politiques, surtout au niveau communal, on a parfois l’art d’établir des listes électorales ressemblant fortement au scénario de la 7ème compagnie. Et quand elle perd ses chefs, le scénario prend parfois une tournure frisant le ridicule.

Mouscron a perdu ses ténors capables de faire gagner la Ville. Force est de constater que la Cité des Hurlus a perdu son aura et n’a plus que ses troisièmes couteaux pour batailler en nageant dans la semoule.

Les Engagés risquent rapidement de devenir les futurs dégagés si un ténor régional débarquait en terres hurlues. Un Jean-Luc Crucke par exemple ?

Le tout serait de ne pas être parachuté bêtement comme ce fut le cas à Tournai en laissant tomber après maintes manœuvres maladroites en coulisses un nain dans un magasin de porcelaine qui a brisé du vieux Tournai frigide à tous changements.

Alors oui, le duo Polo-Lulu dérange le pauvre Francken qui pour exister ne le ménage guère.

Les chars de Lulu n’ont pas encore déraciné les vieux pavés tournaisiens, ce qui dans la rue de la Citadelle -voir photo- ferait probablement l’affaire de Polo qui solliciterait, peut-être, un dédommagement de La Défense.

Un conseil nocturne en aparté réglerait certainement et rapidement l’affaire. Mais cela ne nous regarde pas, affaire privée !

Ces deux-là ont remis Tournai au premier plan. Chacun, dans leur fonction respective, collectionne de nombreuses réussites… et … sans scandale… Ça redonnerait presque confiance au « politique » … Pourvu que cela « doure » pour cette grande ville qui avait perdu beaucoup de sa superbe.

Il n’empêche que pour l’instant Tournai bouge, Ath vit et Mouscron donne l’impression de stagner, voire de sombrer. Même si Lulu faisait débarquer l’unité cycliste à Mouscron, elle ne pourrait pas circuler sur la Grand-place ni dans la Petire-Rue.

Circulez, il n’y a rien à voir dirait la 7ème compagnie.

D’autres infos sur www.ambition2000.be

Allô Polo, Allô Lulu

Loin des chamailleries qui foisonnent dans la presse sur leur couple, Paul-Olivier Delannois, bourgmestre de Tournai, profite aujourd’hui d’une belle journée sur le Tour de France alors que sa moitié, Ludivine Dedonder donnait hier des coups de pioche pour l’installation du futur complexe destiné à abriter, sur la base aérienne de Florennes, les drones pour effectuer des missions de reconnaissance.

Si Théo Francken rugit sur le couple Polo/Lulu, il n’hésite cependant pas à lancer « J’aime la Wallonie et les Wallons ».

Mais au-delà de ces polémiques politiciennes, peut-on reprocher au couple Polo/Lulu de favoriser leur ville ?

Il convient néanmoins de se poser quelques questions sur cet adage « Charité bien ordonnée commence par soi-même ».

Le couple tournaisien ne s’inspire-t-il pas d’un autre socialiste qui à l’époque fit d’Ath ce qu’elle est aujourd’hui ? Ath, que certains avaient même rebaptisé « Spit City », doit beaucoup si pas tout à Spitaels que certains surnommaient « Dieu ».

Un Paul-Olivier Delannois qui n’hésite d’ailleurs pas à avancer que son modèle politique n’était autre que Guy Spitaels. Le modèle politique de Lulu est très différent. Sa source d’inspiration est Michel Daerden, l’amuseur public. « En politique je lui dois tout ce que je suis devenue » déclare-t-elle après avoir appris la disparition de « papa ».

On le sait, le maïeur tournaisien n’a pas la langue en poche et après le décès de Detremmerie, il était évident que ses successeurs ne devaient pas s’attendre à des cadeaux venant de sa part.

Delannois n’avait d’ailleurs pas tourné autour du pot la veille des élections d’octobre 2018 : « J’assume mes choix pour Tournai », « Je pense d’abord pour Tournai », « j’agis pour Tournai », « se battre pour Tournai », … Le ton était donné !

Certains me rétorqueront qu’il a aussi déclaré « Les relations avec Rudy Demotte sont bonnes et le resteront ». On sait ce qu’il en est advenu… Le petit Rudy s’est tout simplement fait bouffer par le couple Delannois/Dedonder. Ciao Rudy.

Et Mouscron dans tout ça ?

Une seule réponse : On se fait dévorer !

Si grâce à ses nombreux mandats politiques Guy Spitaels avait mis en avant sa ville, Detrem de son côté avait réussi à mettre Mouscron sur la carte du monde grâce au foot. La suite de l’histoire est moins sexy …

A cette époque, Tournai vivait quasi dans l’ombre de ses villes voisines : l’une gérée par les socialistes (Ath), l’autre (Mouscron) par le cdH devenu depuis peu « Les Engagés ».

Mais la roue a bien tourné, même si c’est dans le mauvais sens pour les Mouscronnois.

Les chats sont partis, les souris dansent

Après le décès de Detrem et ensuite la perte de son poulain Damien Yzerbyt emporté par la maladie, les Tournaisiens n’allaient pas manquer de faire payer aux Hurlus leur mise à l’ombre…

Aujourd’hui, le duo Polo/Lulu s’en donne à cœur joie pour redonner ses lettres de noblesse à la Cité de Clovis.

D’un côté un bourgmestre défendant SA commune becs et ongles, de l’autre une compagne parachutée Ministre de la Défense par Polleke (Magnette). Il n’en fallait pas plus pour promouvoir Tournai tous azimuts.

De Mouscron on n’en parle plus. A l’image de l’Eurométropole Lille-Courtrai-Tournai

Si à Mouscron on grince des dents devant la fuite des institutions, aujourd’hui les Tournaisiens jubilent devant les actions du « couple royal de Picardie ».

Si tout va pour le mieux dans le ménage glamour tournaisien, certains se demandent s’il y a un futur divorce fracassant dans l’air dans le couple de Wallonie picarde ? L’avenir nous l’apprendra…

D’autres infos sur www.ambition2000.be 

Les Mouscronnois sont-ils invités à un « Dîner de Cons » ?

Que dire et que penser du départ de nos valeureux pompiers vers le minuscule village d’Evregnies ?

Certains prétexteront que ce n’est pas un choix politique mais un choix purement rationnel, au regard du périmètre de la zone, et que cette rationalisation des casernes a été réalisé pour améliorer l’efficacité et en réduire les coûts. Mais que dire alors, lorsque pour conforter leurs décisions, ils semblent forcer d’ajouter que ce choix d’implantation de la nouvelle caserne avait été avalisé par feu Alfred, alors Bourgmestre de Mouscron…

Pour notre part et pour pas mal d’autres personnes, le sourire narquois est de circonstance, surtout que le dernier argument vaut son pesant d’or !!

Dépouiller les communes voisines

Que chaque municipaliste désire le meilleur pour sa commune, on peut le comprendre. Que l’on veuille faire un petit cadeau aux amis proches, pourquoi pas …

Bien évidemment quand cela se fait au bénéfice de la naïveté voire même de la complicité passive d’édiles d’autres municipalités voisines dépouillées, cette démarche peut prendre un caractère malsain… Mais ne dit-on pas « Bien(s) mal acquis… »

Des exemples existent et en pagaille. Prenons la ville d’Ath qui comptait en 2021 un peu moins de 30.000 habitants. Cette ville serait-elle devenue ce qu’elle est sans la présence de Guy Spitaels qui fut président du Parti socialiste de 1981 à 1992, plusieurs fois ministre, vice-Premier ministre, président de la région Wallonie et ministre d’État belge ?

Mouscron (ville de 60.000 habitants) n’a malheureusement plus une pointure politique capable de placer Mouscron sur la carte et de taper du poing sur la table pour ce faire. Damien Yzerbyt aurait pu être celui-là… Malheureusement, la maladie l’a emporté.

Pour en revenir au problème qui nous occupe, il est évident que lors des interventions des pompiers les médias évoqueront les départs de la caserne d’EVREGNIES de quoi ternir un peu plus l’image de Mouscron.

On se défend comme on peut

Si le choix opéré coule de source, pourquoi Daniel Senesael, Bourgmestre de la commune d’Estaimpuis (dont fait partie Evregnies) se sent-il obligé de justifier la présence de cette caserne sur son territoire. Il déclarera dans la presse : « Ce n’est pas pour les beaux yeux du bourgmestre que la caserne a été construite ici mais parce qu’elle se situe à un endroit stratégique. Dottignies est en face et elle est à une encablure d’un nœud autoroutier ».

C’est faute de raison que l’intelligence a recours à un artifice pour se justifier. (Jacques Nteka Bokolo)

Olivier Lowagie va également dans ce sens : « Cette implantation s’inscrit dans la réalité sociétale, je suis convaincu que c’est une bonne décision du conseil de zone » rajoutant : « La caserne de Mouscron reste avec des volontaires et il y aura toujours une garde « Ambulances » 24/24. La densité de population et le nombre d’interventions là-bas sont tels que cela se justifie ». Mais là aussi dans cette déclaration, n’y a-t-il pas des arguments et des contre-arguments à ce choix de localisation ?

Alors oui, comme le dit si bien Daniel Senesael « Dottignies est en face » …  Rappelons toutefois les soucis de circulation fréquents et le chaos de la semaine dernière entre Dottignies et Mouscron. Certains automobilistes ont passé des heures dans leur voiture… Une amie reliant régulièrement Mouscron à la banlieue tournaisienne, a mis 2 heures 40’ ce jour-là pour parcourir la soixantaine de kilomètres aller-retour, soit une heure et quarante minutes de plus qu’en temps normal.

Dès lors doit-on risquer une catastrophe pour consolider la notoriété d’Evregnies et aviver le copinage entre élus ?

Il reste tout simplement à espérer que les environs du quartier du Risquons-Tout seront épargnés des flammes. Les assureurs risquent de la trouver mauvaise en analysant le délai d’intervention, voire de demander une surprime comme cela est déjà le cas en matière de cambriolage…

Que dire des risques industriels comme évoqué dans l’Avenir du jour. Pour un incident mineur (heureusement) chez Flaurea, usine Seveso, à Ath, le délai d’intervention de 17 minutes pose question aux élus et plus particulièrement à Bruno Monatari qui a soulevé ce point lors du dernier conseil communal qui s’est tenu mardi.

Espérons que les investisseurs potentiels ne se poseront pas les mêmes questions au moment de faire leur futur choix d’implantation en terres hurlues.

Alors oui, certains s’offusqueront peut-être de l’image et du texte incrusté pourtant amusant illustrant cet article : les élus Mouscronnois applaudissant et saluant le passage des véhicules de secours… Il y a même des élus qui croient que les pompiers possèdent un hélicoptère et que celui-ci devait également défiler… ou peut-être regardent-ils vers le ciel en signe de résignation ?

Sur les réseaux sociaux, une personne se demandait même si ces « édiles communaux vont faire la même chose demain pour nos footballeurs et après-demain pour les employés des contributions » en terminant quand même par un « MERCI aux pompiers » bien mérité.

Et oui, et bientôt ils nous diront à nouveau « Votez pour moi, je pense pour vous ».

D’autres infos sur www.ambition2000.be

A Mouscron : tout fout l’camp…

Mouscron Tournai.jpg« Tournai qui rit… Mouscron qui pleure » aurait aussi pu être le titre de ce post !

Chaque semaine nous apporte son lot de mauvaises nouvelles, des nouvelles qui, il faut bien l’avouer, deviennent de plus en plus dramatiques pour l’avenir de Mouscron qui est tombé bien bas depuis quelques temps.

Si la population hurlue est à la hausse (plus de 57.000 habitants) les services alloués aux Mouscronnois fondent comme neige au soleil…

Qui sera le suivant ?

On le sait, la caserne des pompiers de l’Avenue de Barry mettra le cap sur Evregnies. L’institut Condorcet est en stand-by et pourrait à plus ou moins court terme rejoindre également le Cité des 5 Clochers à moins qu’un bâtiment situé à Luingne ne vienne accueillir (avec l’aide de l’IEG) les pensionnaires de la Place de la Justice. La Chambre du Commerce et de l’Industrie migre également du côté du Pont des Trous. Les directions syndicales ont désormais leur siège à Tournai. Les mutuelles emboitent le pas, mais sur Ath pour la Mutualité Socialiste… Une partie du SPF Finances a également mis le cap sur Mons et… Tournai. Le Tribunal de Travail du Hainaut -division Mouscron- est temporairement fermé et l’adresse a été transférée à… Tournai !

J’allais compléter par n’en rajoutez plus, la coupe est pleine… sauf qu’on apprend aujourd’hui via le quotidien Le Courrier que le Consulat de France situé à l’ancien hôtel Splendid de la rue du Beau-Chêne fermera également ses portes d’ici mars.

Comme le signale Thomas Turillon dans l’Avenir du jour et je le cite « La situation est d’autant plus surréaliste que, proportionnellement, l’agence de Mouscron compte presque deux fois plus d’inscrits que Tournai… ». Plus ou moins 15.000 à Mouscron contre 5.905 à Tournai.

Mais que les Français de Tournai ne se réjouissent pas trop vite car si Paul-Olivier DELANNOIS ne semble pas craindre la disparition de l’Agence Consulaire de Tournai, il semblerait que cette dernière soit pourtant bel et bien en sursis.

Tous les acquis obtenus et consolidés lors de l’ère Detrem ne sont ou ne seront bientôt plus que des souvenirs. Ce dernier parti… Damien Yzerbyt aurait pu être celui qui aurait osé taper du poing sur la table, pousser les portes pour porter un projet ou débloquer un dossier pour sa ville … Hélas… Damien n’est plus là !

Tournai peut aujourd’hui compter sur Demotte, Ministre-président de la Fédération Wallonie Bruxelles ou plus encore sur l’omniprésent Paul-Olivier Delannois, Bourgmestre ff de Tournai mais également Député qui n’hésite pas tel un coq à faire front à n’importe quel ministre. Les mauvaises langues ajoutant même que celui qui s’est incrusté à Tournai amène les sous que Polo gère ensuite. Dans une moindre mesure Marie-Christine Marghem, la Ministre fédérale de l’Energie, de l’Environnement et du Développement durable surnommée récemment MCM (Mentir C’est Maladif) par le shérif Tournaisien s’évertue surtout à tenter tant bien que mal de pousser les rouches Tournaisiens dans l’opposition. Bref, les élus Tournaisiens n’hésitent pas à porter les projets tournaisiens contre vents et marées.

Mouscron doit aujourd’hui se satisfaire de politiciens de moindre envergure. Une Mathilde Vandorpe propulsée Députée est très loin d’arriver à la cheville de ses prédécesseurs du cdH, Christiane Vienne se contente d’être les yeux d’Elio. D’après les dernières infos reçues, elle ferait assez bien la politique de la chaise vide dans certaines instances (tout en gardant les caisses pleines) et verra probablement bientôt des forces rouches migrer vers le PTB. Ah oui, il y a aussi le libéral Philippe Bracaval qui découvre les joies de la région namuroise …

Bref, pour nos élus Hurlus repris ci-dessus, hormis la course pour celle ou celui qui donnera le plus rapidement possible quelques infos aux journalistes… rien de bien neuf pour faire revivre la Cité des Hurlus qui, si les choses évoluent ainsi, ne sera malheureusement bientôt plus qu’un grand village.

« On dit merci qui ? »

Edith Piaf n’avait sans doute pas tort lorsqu’elle chantait « Et là-haut les corbeaux qui nous voient tout petit, si petits crient : les hommes sont fous ils se foutent de nous ! »

Les fêtes de fin d’année approchent… et ce sera bientôt le temps des cadeaux…

Polo delannois rouge PSSi de nombreux journaux ont déjà lancé la campagne électorale pour les prochaines « communales », le PS tournaisien jamais avare d’idées « novatrices », semble lui aussi avoir trouvé l’inspiration…

Une bonne âme nous a mis la puce à l’oreille et c’est donc en « exclusivité » que nous vous présentons le cadeau de fin d’année que les socialistes tournaisiens vous proposeront de découvrir sous leur sapin…

Un superbe POLO … rouge floqué « si bien… ENSEMBLE ! » sera proposé à la vente au public tournaisien … au prix de 14,18 € dès le 6  décembre.

Vous pourrez vous le procurer dans les nombreuses bonnes boutiques du Centre-ville mais également dans celles du Centre Commercial des Bastions.

Un stand vous en proposera également lors du prochain Marché de Noël.

Pour promouvoir le commerce du Centre-Ville, les élus Tournaisiens vous offriront également une heure de parking gratuit à l’achat de ce magnifique polo.

Pour ceux ou celles qui trouveraient ce polo trop « tendance socialiste », une version avec la photo du Pont des Trous sera également proposée au même prix !

Notez qu’exceptionnellement le PS donne 6 ans de garantie sur tous les vices possible, cachés, connus ou prévisibles sur la couleur rose.

Comme en cette fin d’année la « positive attitude » semble régner chez les Rouches, le stock sera limité à 7.912 exemplaires, de quoi démontrer que l’envie de la bande à Polo est bien de dépasser les voix de préférence de Marie-Christine MARGHEM qui avait obtenu 7.911 voix lors des dernières élections communales.