Mondial de football : Les polémiques sont loin de s’éloigner

A fan looks at the Germany flag before the 2014 World Cup final between Germany and Argentina at the Maracana stadium in Rio de Janeiro July 13, 2014. REUTERS/Darren Staples (BRAZIL – Tags: TPX IMAGES OF THE DAY SOCCER SPORT WORLD CUP) – RTR3YEJ8

Il y a 10 ans, le Qatar était désigné pour organiser la Coupe du Monde de football 2022

Passons sur les polémiques de son attribution. Les faits sont là et le coup d’envoi sera donné dans quelques heures.

10 ans de préparation et on croyait que tout était au point … Et bien non…

En dernière minute, et malgré le fait que les hauts cadres de la FIFA eussent déclaré « Les possesseurs de billets auront accès aux produits de Budweiser (…) à l’intérieur du périmètre du stade. », contre toute attente (?) l’alcool ne pourra pas être vendu aux abords du stade…

Le plus grand cocu dans l’aventure ? Sans aucun doute la firme Budweiser qui a investi 85 millions d’€ dans l’aventure.

Deuxième cocu : les supporters qui avant ou après une rencontre aiment bien en siroter une ou plusieurs …

Troisième cocu : les supporters invités qui ne seront pas défrayés

Et ensuite, qui d’autre ?

Faut-il revenir sur ce qu’ont déjà vécu certains journalistes : un Danois menacé en plein tournage, un Hollandais contraint de supprimer des photos de son téléphone… Il semblerait que les organisateurs feront tout leur possible pour museler la presse.

Ce ne sont pas les propos -hypocrites- de Gianni Infantino, le patron de la FIFA qui empêcheront certaines questions qui nous turlupinent.

Une chose est quasi certaine ! Malgré les températures élevées pendant les rencontres, on ne risquera pas de voir de jolies créatures garnir les travées des stades qataris.

D’ici dimanche, doit-on encore s’attendre à de nouvelles règles ?

Boycott ou pas ?

Dans un tout autre domaine, certains par principe (écologique ou autre) ne regarderont pas cette Coupe du Monde.

Si je vais regarder ce Mondial ou du moins certaines rencontres, j’ai bien apprécié la remarque de Michel Vuylsteke, gérant du café le Point B’arts, à Fratin. Sa décision est claire : même si les Diables se hissent au sommet de la compétition, il ne retransmettra pas les matches. « Je résumerais cela très simplement : j’aime la nature, j’aime les femmes, donc je boycotte cette compétition ! »

Pour terminer, oserais-je dire que là-bas, au Qatar, tout est malheureusement possible aussi bien positivement que négativement ? Je le crains.

D’autres infos sur www.ambition2000.be