Une cohabitation piétons / deux roues est-elle possible ?

La saga des trottinettes et des vélos dans le centre-ville de Mouscron a déjà fait et fera sans doute encore couler pas mal d’encre et de salive.

De débats en débats, La dernière décision en date serait d’: « Interdire la circulation des trottinettes et des vélos sur l’esplanade de la Grand-Place et dans la Petite-Rue. Des contrôles seront organisés pour la faire respecter et la situation sera évaluée dans 6 mois » peut-on lire sur le site de la RTB en date du 25 mai dernier.

La bourgmestre a notamment suivi l’avis du commissariat indiquant que les incivilités sont légion au point qu’il faudrait une surveillance permanente pour réprimander si pas verbaliser.

Notez bien la conjugaison du verbe falloir. « Il faudrait » et non pas « On va faire ».

Mouscron et Dalida pourrait s’accorder sur un point « Paroles, paroles, paroles » Quant aux actes… on patientera.

Le GRACQ (Groupe de Recherche et d’Action des Cyclistes Quotidiens) s’offusque de la décision de madame Aubert. On peut se demander si ses membres ont déjà mis le bout du nez dans l’hypercentre ou même dans nos artères où les trottinettes défilent à la vitesse grand V sur les trottoirs. Il faudra peut-être un grave accident pour avoir une réaction communale.

Loin de moi l’idée de défendre notre bourgmestre, mais s’il y a des fous du volant, il existe des tarés sur 2 roues, au mépris total des piétons. Lorsqu’en plus on constate l’état de nos trottoirs et de nos routes, les cyclistes mais surtout les utilisateurs de trottinettes – et ils sont légion- risquent leur vie à chaque tour de roue.

Ce matin, sur le marché communal, des dizaines de vélos et trottinettes déambulaient. OK, leur vitesse était pour certains limitée… mais où est l’interdiction prônée ?

Comme bien souvent, à Mouscron on pond des lois, des règlements -sans doute pour se donner bonne conscience-, mais on ne fait rien respecter ou si peu. Il y a très loin de la coupe aux lèvres.

D’autres infos sur www.ambition2000.be 

Mouscron, l’endroit où il faut être ?

2 € 40, tel est le prix pour parcourir la gazette Nord-Eclair du dimanche … C’est quand même cher payé pour un journal léger, léger, léger dont cinq ½ pages de pubs, une de mots croisés et 2 réservées aux programmes TV.

OK, il n’y aurait rien à redire si on n’avait pas l’impression qu’on se fiche des lecteurs, le cochon de payeur.

Ce dimanche matin, si le soleil n’était pas aussi chaud et présent, je me serais cru quelques mois plus tôt, plus précisément au 1er avril dernier…

C’est un article non-signé repris en page 7 sous le titre « Mouscron, the place to be ? », traduction « Mouscron, l’endroit où il faut être » qui a particulièrement suscité ma curiosité.

Alors là, le journal m’est tombé des mains ! Je n’en croyais pas mes yeux ! Ils ont osé !

Explications ?

Est-ce un article qui devait paraître il y a une bonne dizaine d’années et qui on ne sait par quel miracle a été publié dans les pages de ce dimanche ? Le journal local a-t-il fait appel à un étudiant venu dont ne sait où pour combler le manque d’inspiration des journaleux de service ? L’auteur du texte a-t-il trop forcé sur l’alcool attablé avec un journaliste au « Brasseur » ou au « Georgy’s Bar » ?  Un petit malin s’est-il amusé à créer le buzz ? Je ne vois que cette dernière explication tellement la ficelle est grosse …

Les quelques extraits ci-dessous devraient vous donner la banane pour quelques heures car même nos élus politiques n’auraient pas osé sortir de tels bobards. Encore que …

Lisez plutôt : « Mouscron attire et continue d’attirer, un fait dont personne ne doit douter. Alors que la partie flamande de la région a le plus grand mal à attirer les touristes d’un jour dans les centres villes. », « Mouscron reste une attraction pour beaucoup de gens », « Du shopping, une journée de lèche-vitrines ou simplement une soirée de détente ? Tant les Wallons que les Flamands se retrouvent à Mouscron. », « L’afflux d’excursionnistes est un atout majeur pour ceux qui souhaitent investir et faire des affaires à Mouscron. », « Les commerces traditionnels d’antan côtoient des activités ultramodernes dignes d’une métropole », « 7700 (lisez Mouscron) s’impose aisément comme le code postal le plus branché de Wallonie picarde ». N’en jetez plus, la coupe est pleine.

Non, vous ne rêvez pas, l’article version méthode Coué est paru dans le Nord-Eclair de ce 10 juillet 2022 et pas dans Le Gorafi, un site d’information parodique français ni dans le Canard Enchaîné qui comme chacun le sait est un hebdomadaire français satirique.

Ce rédacteur s’est-il projeté en l’an 3022 après Jésus-Christ ? A moins qu’il ne cherche également et tout simplement à se caser dans le Cabinet de notre Bourgmestre ou chez un Echevin, comme d’autres l’ont fait avant lui ?

Les optimistes (et les autres !) ne manqueront pas de nous faire remarquer qu’il vaut mieux lire ce genre de chronique qui nous fait rire aux larmes que des articles sur les bagarres et autres faits divers qui empoisonnent la vie des Mouscronnois et qui reflètent tristement la réalité du terrain.

On devrait lire plus souvent ce genre de chronique dans le quotidien régional car comme l’affirme Christine Jammes : « Rire en famille, c’est mettre une belle cerise sur le gâteau de la vie. »

D’autres infos sur www.ambition2000.be

Changements sur le blog…

Vous avez sans doute remarqué quelques changements sur le blog…

A l’avenir, et ce depuis le 25 mars, je commenterais personnellement les articles de presse qui me semblent intéressants avec un lien direct vers le journal où vous pourrez lire l’article concerné entièrement.

Ceci évitera une saturation du blog et l’allègera de la même façon.

Des modifications ou suppressions (dans les anciens articles) auront donc encore lieu dans les heures qui viennent.

Merci pour votre patience, votre participation et vos encouragements… !