Parking des Arts : c’est dégoûtant !

A la demande de quelques personnes, je suis allé me promener dans le Parking « Les Arts » situé dans la rue du Christ.

On m’avait prévenu que je serais surpris mais je ne m’attendais toutefois pas à un tel spectacle. J’étais abasourdi, j’avais tout simplement envie de faire demi-tour !

Après en avoir visité tous les étages, il faut reconnaître qu’il faut un sacré courage pour y garer sa voiture.

Gilbert Bécaud chantait « L’important c’est la rose ». On est loin de ce parfum délicat en parcourant ce parking souterrain.

Il y règne une puanteur indescriptible. Une odeur d’urine vous prend les narines comme ce n’est pas possible. Une puanteur fétide, nauséabonde, écœurante, à vous donner la nausée. Je me suis revu pas mal d’années en arrière où j’avais visité un bidonville à Jakarta.

Un effluve âcre vous prend à la gorge et imprègne vos vêtements sans coup férir.

C’est bien simple, à peine rentré chez moi, ce fut la douche, le brossage des dents et un bon chewing-gum à la menthe. Beurkkkkkk!

Ce n’est pas tout !

Quasi dans quasi chaque coin de ce garage on retrouve une merde… Oui, vous avez bien lu, de la merde !

On pourrait penser que des chiens viennent s’y soulager, mais lorsque l’on voit du papier autour de ces monticules de caca il n’y a pas photo, on devine d’où elle provient..

Comme on me l’avait rapporté, certains SDF y passeraient la nuit.

Bref, à quelques heures de la fête des Hurlus où il sera, si le beau temps est de la partie, très difficile de trouver une place pour se garer dans le centre ville, il est fort probable que pas mal de personnes venant de l’extérieur trouveront refuge dans le parking jouxtant le Centre Marius Staquet.

Je n’ose imaginer la tête de ces visiteurs et ce qu’ils penseront de l’accueil mouscronnois …

Pour la petite info, j’ai croisé deux stewards venus faire une petite ronde dans le parking. Je leur ai demandé s’ils avaient une pince à linge pour se boucher le nez et leur ai souhaité bien du plaisir.

Oyé oyé braves gens, le parking est gratuit à Mouscron

Certains me diront que contrairement à Tournai et Courtrai le parking à Mouscron est gratuit. La gratuité ne peut justifier ces conditions inadmissibles. Et ce n’est pas les nouveaux bacs à fleurs aux alentours qui amélioreront cette situation surréaliste.

Des travaux pour 826.000 € !

On se demande à quoi a servi cette somme car il y a toujours autant d’humidité. Le parking a été fermé quelques mois en 2019 pour effectuer des travaux. Et dire que notre bourgmestre déclarait à l’époque « Ce parking sera beaucoup plus propre et plus accueillant ».

Je veux bien l’inviter à y faire un tour mais je crains fortement qu’elle refuse mon invitation…

Encore une Ministre à Mouscron

On espérait qu’Annelies Verlinden, la Ministre de l’Intérieur et son équipe, de passage sur la Grand–Place ce mardi fasse un détour par ce parking exemplaire… mais non, elle avait d’autres projets, à savoir les quartiers du Mont-à-Leux, du Risquons-Tout et du Tuquet avec une halte à l’antenne de Police.

Les riverains regretteront sans aucun doute qu’elle ne se soit rendue au Centre Fedasil afin de les rencontrer et discuter avec eux des problèmes qui les préoccupent.

Pour Fedasil, ce sera sans doute pour une prochaine fois.

Encore une visite ministérielle me direz-vous !  Une de plus avec à la clé de belles promesses…

Paroles, paroles, paroles … Encore …

D’autres infos sur www.ambition2000.be

Sale temps pour Brigitte Aubert, la bourgmestre de Mouscron

Un véritable séisme s’est abattu ces dernières heures sur Mouscron…

Depuis quelques jours, il se chuchotait qu’un ouvrier était décédé en travaillant dans une maison appartenant à la bourgmestre de Mouscron et/ou à son mari.

Ce matin, un gros titre barrait la première page de L’Avenir « « Madame Aubert faisait-elle travailler « au noir » » ?

Cette info circulant depuis quelques jours, on se demandait qui aurait le courage de lancer l’information. No Tele s’est lancé suivi par Sud Presse et ensuite L’Avenir.

Avant ce malheureux épisode où une personne a perdu la vie, madame Aubert a déjà dû faire face à pas mal de bruits ou rumeurs courant en ville.

Le premier en date fut celui de son couple qui était au plus mal. Certains parlaient de séparation, de divorce, … et j’en passe. Notre bourgmestre aurait d’ailleurs fait une mise au point à ce sujet au sein du CAM. Vinrent ensuite les tribulations de sa belle-fille relayées par la presse. Cette dernière a eu le courage de mettre les points sur les i et c’est tout à son honneur.

Bref, arrêtons de tirer sur les poules, le verger est plein.

L’impartialité de la presse

Comment la presse écrite allait-elle relayer l’info d’une bourgmestre prise dans la tourmente et qui doit sans aucun doute être très mal dans sa peau en ce moment.

Le journal télévisé de No Télé de ce jeudi 18 heures présenta un reportage d’un peu moins de 6 minutes donnant même la parole à Charles-Eric CLESSE, l’auditeur du travail du Hainaut pour travail illégal.

Un peu avant 20 heures, c’était au tour du Nord-Eclair de sortir son papier sur leur site internet. L’information de la télévision locale est relayée ; ni plus ni moins. L’article n’est même pas signé ! L’auteur a-t-il eu peur de la réaction de notre Bourgmestre ou peut-être n’assure-t-il pas ses écrits ? A-t-il eu peur qu’on lui coupe le robinet des infos ?

Et L’Avenir me direz-vous ?

Très souvent premiers sur la balle, les journalistes tardaient à sortir l’info. Les empêcherait-on de sortir cette info ? Que nenni.

A 20.44, le billet tombait ! On comprend mieux le retard apporté tant l’information est détaillée. Un vrai travail de journalisme, de fouine avec des mots très durs de Thomas Turillon pour commencer « Même s’il faut que l’enquête puisse être menée sereinement, c’est à nouveau du grain à moudre qui est donné aux détracteurs qui estimeront notamment que la bourgmestre n’était pas à la rue au point de faire travailler gratuitement un senior parcourant 100 kilomètres aller-retour à chaque fois, qu’elle avait quand même les moyens de trouver un autre entrepreneur et surtout, en guise d’exemplarité prônée à la Ville, de faire travailler de façon officielle de l’entreprenariat régional qui souffre déjà d’une terrible crise actuellement traversée… ».

Pour sa part, son collègue, Géry Eykerman titrait. « Sans contrepartie ? L’étrange défense de la bourgmestre de Mouscron » en rajoutant une fameuse couche « Alors qu’est-ce qui peut pousser une femme politique, pas tout à fait démunie, à insister sur le fait que l’homme qui travaillait chez elle le faisait « gratuitement », « par amitié » ? Qu’est-ce qui peut la pousser à préférer se faire passer pour profiteuse plutôt que pour quelqu’un qui a eu recours à une personne travaillant au noir ? »

Bref, on lit, on relit, on écarquille les yeux et on compare… et on se pose également des questions.

Depuis combien d’années cette personne travaillait-elle pour le couple Aubert ? Quid des dédommagements si la culpabilité est prouvée ? Madame Aubert ne devrait-elle pas faire un pas de côté le temps que cette affaire soit traitée et classée ?  

Le prochain conseil communal risque d’être chaud. Si elle est présente et qu’on la questionne sur le sujet elle lancera certainement qu’on ne parle pas de problèmes privés au sein du conseil communal.

Pourquoi deux tons différents pour un même fait ?

Les anciens Mouscronnois ne sont pas dupes. Ils n’ignorent pas que le Nord-Eclair a toujours été très/trop proche du pouvoir à Mouscron.

Qui ne se souvient pas d’André Losfeld, dit Nounours dont le bureau était alors planté sur la Grand-Place de Mouscron, à un jet de stylo de notre administration communale ? D’une nature grande gueule, gros cigare au bec, pas toujours très clean sur lui. C’est sa plume qui faisait la pluie et le beau temps à Mouscron. Toujours aux basques de feu l’ancien bourgmestre Jean-Pierre Detremmerie et de sa cour pour ne pas dire sa clique. Il ne fallait pas le contrarier car il vous rentrait dans le lard. Si vous touchiez à feu l’Excelsior vous étiez impardonnable !

Je peux en témoigner pour avoir essuyé les foudres de sieur Losfeld. Toutefois, un petit recommandé envoyé dans les gencives le remettait vite à sa place même s’il essayait de faire bonne figure.

C’est certain que lui avait compris l’importance pour un journal d’être proche de l’Hôtel de ville, de sa majorité, du pouvoir en place. Mieux, même au sein de l’opposition il avait trouvé son rapporteur qui en plus occupait un poste d’administrateur au sein, du club de football local.

Lorsque Alfred Gadenne fut élu bourgmestre, c’est Jean-Michel Soupart alors chef d’édition du Nord-Eclair et aujourd’hui chef de bureau à … l’administration communale de Mouscron qui s’empressa d’offrir un gsm au nouveau bourgmestre.

Pour obtenir des infos en primeur, il est indéniable qu’il faut très souvent caresser le pouvoir dans le sens du poil et être très gentil avec les membres de la majorité.

Quelques « anciens » n’hésitent pas à se confier en précisant que c’est une coutume hurlue d’avoir à sa solde des journaleux. Certains auraient même eu, à une certaine époque, des privilèges princiers en logeant gratis à l’hôtel. Il y a prescription ! 

« On a les politiques qu’on mérite » dit-on… mais qu’ai-je fait pour mériter ça, moi ?

Bref, en attendant, des enfants pleurent leur papa et personne ne le leur rendra.

D’autres articles sur www.ambition2000.be

Crise : Qui est le dindon de cette « farce » ?

Chaque jour, l’actualité du monde remplit les pages des journaux ou les infos télévisées.

Après la Covid et la guerre en Ukraine nous voici avec la crise de l’énergie et ses dérives.

Nous qui pensions (à tort ?) que pas mal de produits venaient de Chine, nous croyons (à tort ?) que depuis la guerre en Ukraine, la quasi-totalité des produits alimentaires ou autres proviennent de ce pays.

Gaz, électricité, carburant

Les factures d’énergie grimpent en flèche et certains y laisseront leur mois.

Que dire de certains petits indépendants (boulangers, secteur HORECA, …) qui se demandent comment tenir le coup sans trop répercuter ces augmentations sur la facture du client …

Car ne vous méprenez pas, au final, ce sera toujours le consommateur qui sera le dindon de la farce.   

Comme écrit précédemment, c’est la ruée vers l’or noir en France à tel point qu’il arrive fréquemment que les pompistes doivent fermer leur station faute de carburant.

En bout de course, le consommateur belge gagne quelques euros en traversant la frontière pour faire le plein et l’Etat perd des entrées d’argent (TVA, accises, taxes, …).

Tel est pris qui croyait prendre ? A vous de juger …

De qui se moque-t-on ?

Alors que l’on demande à chaque Belge de faire attention, d’économiser l’énergie, ORES (Opérateur des réseaux gaz et électricité) dont le siège mouscronnois se situe dans la rue du gaz ne trouve rien de mieux que de laisser ses loupiotes allumées la nuit pour éclairer son parking. Même topo dans la rue de la Bouverie. (Photos 1 & 2).

De son côté, la Police mouscronnoise montre l’exemple. Ce samedi soir, il n’y avait que quelques lumières allumées dans leur bâtiment et à l’extérieur, une lumière sur deux était allumée (photo 3)

Bravo pour cette initiative ! A contrario, l’IEG et notre administration communale, n’hésitent pas à laisser les énormes spots du parking stade de foot allumées alors qu’il n’y a plus âme qui vive sur le site.

En âme et conscience …

Comme écrit précédemment, effectuer ses achats de l’autre côté de la frontière reste très intéressant.

Evidemment, il ne faut pas y aller pour un morceau de fromage, une bouteille d’eau ou de Tavel.

Même en habitant à 100 kms de la frontière française, de très belles économies sont possibles.

Ce n’est pas une ancienne ministre socialiste Mouscronnoise croisée avec sa fille au Carrefour Market de Tourcoing ce 14 septembre qui vous dira le contraire !

Comme quoi, même chez ces gens qui ont très bien gagné leur vie sur le compte des Belges et qui jouissent d’une pension confortable, il n’y a pas de petits profits.

Serait-il inconvenant de suggérer que les personnes qui ont joui pendant des années des largesses de l’Etat (salaires douillets, pension significative et autres avantages …) favorisent l’économie belge et en même temps l’Etat qui les a nourris et les dorlote encore ?

Vaste débat n’est-il pas !

D’autres infos sur www.ambition2000.be 

Une cohabitation piétons / deux roues est-elle possible ?

La saga des trottinettes et des vélos dans le centre-ville de Mouscron a déjà fait et fera sans doute encore couler pas mal d’encre et de salive.

De débats en débats, La dernière décision en date serait d’: « Interdire la circulation des trottinettes et des vélos sur l’esplanade de la Grand-Place et dans la Petite-Rue. Des contrôles seront organisés pour la faire respecter et la situation sera évaluée dans 6 mois » peut-on lire sur le site de la RTB en date du 25 mai dernier.

La bourgmestre a notamment suivi l’avis du commissariat indiquant que les incivilités sont légion au point qu’il faudrait une surveillance permanente pour réprimander si pas verbaliser.

Notez bien la conjugaison du verbe falloir. « Il faudrait » et non pas « On va faire ».

Mouscron et Dalida pourrait s’accorder sur un point « Paroles, paroles, paroles » Quant aux actes… on patientera.

Le GRACQ (Groupe de Recherche et d’Action des Cyclistes Quotidiens) s’offusque de la décision de madame Aubert. On peut se demander si ses membres ont déjà mis le bout du nez dans l’hypercentre ou même dans nos artères où les trottinettes défilent à la vitesse grand V sur les trottoirs. Il faudra peut-être un grave accident pour avoir une réaction communale.

Loin de moi l’idée de défendre notre bourgmestre, mais s’il y a des fous du volant, il existe des tarés sur 2 roues, au mépris total des piétons. Lorsqu’en plus on constate l’état de nos trottoirs et de nos routes, les cyclistes mais surtout les utilisateurs de trottinettes – et ils sont légion- risquent leur vie à chaque tour de roue.

Ce matin, sur le marché communal, des dizaines de vélos et trottinettes déambulaient. OK, leur vitesse était pour certains limitée… mais où est l’interdiction prônée ?

Comme bien souvent, à Mouscron on pond des lois, des règlements -sans doute pour se donner bonne conscience-, mais on ne fait rien respecter ou si peu. Il y a très loin de la coupe aux lèvres.

D’autres infos sur www.ambition2000.be 

Le foot mouscronnois déjà dans la tourmente ?

Qui a dit qu’il n’y a jamais de fumée sans feu ?

Alors que l’on semblait de plus en plus repartir sur des bases résolument saines pour relancer le foot à Mouscron avec des Mouscronnois, il semblerait qu’à peine mis sur les fonds baptismaux, le nouveau club de football local (Stade Mouscronois Squadra)  doive déjà faire face à quelques soucis … Le foot à Mouscron ne sera donc jamais un long fleuve tranquille.

Rien n’est clair depuis quelques temps. Malgré l’investissement de pas mal de personnes pour relancer le foot mouscronnois, notre Bourgmestre Brigitte Aubert et son acolyte l’Echevin David Vaccari semblent vouloir à tout prix retrouver du foot professionnel à Mouscron.

Vite largué de feu l’Excel, Mbo MPenza voulait à nouveau se mettre en avant. Pari réussi car il devient le président de Mandel, un club basé à Izegem mais qui jouerait à Mouscron… Dans la foulée, on peut raisonnablement envisager qu’Mbo emmènera son frère Emile dans ses bagages.

Malgré les 25 minutes de route et un peu moins de 30 kms qui séparent les deux villes, nous savions que ce club flandrien souhaitait venir jouer à Mouscron mais là, les responsables semblent bel et bien vouloir éjecter les vrais Mouscronnois de leur stade. N’est-ce pas madame Aubert ? N’est-ce pas monsieur Vaccari ?

Ne serait-ce pas couper l’herbe sous le pied des dirigeants Hurlus qui aujourd’hui ne savent toujours pas où ils pourront jouer lors de la prochaine saison et à quelles conditions.

Dans le pire des cas, n’est-il pas possible de faire cohabiter ce club flamand avec le club mouscronnois ? Rappelons qu’à Bruges, deux clubs de 1ère division partagent le stade.

Ce qui est possible à Bruges ne pourrait pas l’être à Mouscron ?

Une décision aujourd’hui ?

Une entrevue avec le véritable club de foot mouscronnois, et les autorités politiques prévue ce jour devrait nous éclairer un peu plus sur les intentions de notre administration et de l’IEG quant à l’avenir du Stade Mouscronnois Squadra. Après les nombreuses promesses de rendez-vous, mieux vaut tard que jamais diront certains.

Il reste à espérer que le Stade Mouscronnois Squadra ne soit pas le cocu du ballon rond à Mouscron comme le fut Péruwelz.

Et le Futurosport ?

A ce propos, la Bourgmestre semble se réjouir des subsides obtenus et de la série d’investissements qui les accompagnent… Sauf que cela ne concerne – quand on lit et relit bien – qu’UN SEUL SPORT … Devinez ! Le football, évidemment ! 

Sur le site Internet de la Ville de Mouscron un gros titre saute aux yeux « Un subside de 2,5 millions € pour les aménagements du Futurosport » … En parcourant cette page on peut découvrir que « Pour le projet concernant des aménagements divers au pôle football du centre sportif de la Barrière Leclercq, mieux connu sous le nom de Futurosport, c’est un subside provisoire de 2.430.280 euros qui est annoncé ! ». 

Certaines personnes rient jaune en faisant remarquer que « Futurosport » s’écrit sans S …. On ne peut donc y favoriser qu’une seule discipline.

En aparté, les langues se délient et expriment des déceptions quant à la différence de traitement des élèves logeant à l’internat selon le sport pratiqué. Rien que les moyens de transport proposés décourageraient les non-footeux…

Le niveau de discipline par rapport au concept « école » serait également problématique pour ceux qui désirent s’épanouir au-delà d’une ligne tracée à la chaux….

Bref, la presse et quelques politiques locaux font la publicité d’une belle manne promise. Ils feraient également bien d’évaluer le concept avec TOUS les acteurs avant qu’il ne soit trop tard et qu’ils se retrouvent avec une maison à moitié vide sur les bras car les perles encore présentes aujourd’hui auront quitté l’endroit.

Repartira-t-on vers de nouvelles aventures nébuleuses avec le ballon rond à Mouscron ? Quel rôle jouera Michel Franceus, l’ancien vice-président de feu Royal Exel Mouscron mais également encore pour quelques temps président de l’IEG ? Poste où il s’accroche très fort, financièrement parlant.

Et bientôt le tour du cyclisme ?

Si ici on parle plus spécialement de la saga du ballon rond mouscronnois, un autre dossier pourrait sans doute également faire parler de lui, une maison du cyclisme devrait en effet voir le jour en 2023.

Nul doute qu’on en reparlera et qu’ici également, on risque de bien rigoler, car ce sera sans doute une nouvelle histoire familiale.

D’autres infos sur www.ambition2000.be 

Allô Polo, Allô Lulu

Loin des chamailleries qui foisonnent dans la presse sur leur couple, Paul-Olivier Delannois, bourgmestre de Tournai, profite aujourd’hui d’une belle journée sur le Tour de France alors que sa moitié, Ludivine Dedonder donnait hier des coups de pioche pour l’installation du futur complexe destiné à abriter, sur la base aérienne de Florennes, les drones pour effectuer des missions de reconnaissance.

Si Théo Francken rugit sur le couple Polo/Lulu, il n’hésite cependant pas à lancer « J’aime la Wallonie et les Wallons ».

Mais au-delà de ces polémiques politiciennes, peut-on reprocher au couple Polo/Lulu de favoriser leur ville ?

Il convient néanmoins de se poser quelques questions sur cet adage « Charité bien ordonnée commence par soi-même ».

Le couple tournaisien ne s’inspire-t-il pas d’un autre socialiste qui à l’époque fit d’Ath ce qu’elle est aujourd’hui ? Ath, que certains avaient même rebaptisé « Spit City », doit beaucoup si pas tout à Spitaels que certains surnommaient « Dieu ».

Un Paul-Olivier Delannois qui n’hésite d’ailleurs pas à avancer que son modèle politique n’était autre que Guy Spitaels. Le modèle politique de Lulu est très différent. Sa source d’inspiration est Michel Daerden, l’amuseur public. « En politique je lui dois tout ce que je suis devenue » déclare-t-elle après avoir appris la disparition de « papa ».

On le sait, le maïeur tournaisien n’a pas la langue en poche et après le décès de Detremmerie, il était évident que ses successeurs ne devaient pas s’attendre à des cadeaux venant de sa part.

Delannois n’avait d’ailleurs pas tourné autour du pot la veille des élections d’octobre 2018 : « J’assume mes choix pour Tournai », « Je pense d’abord pour Tournai », « j’agis pour Tournai », « se battre pour Tournai », … Le ton était donné !

Certains me rétorqueront qu’il a aussi déclaré « Les relations avec Rudy Demotte sont bonnes et le resteront ». On sait ce qu’il en est advenu… Le petit Rudy s’est tout simplement fait bouffer par le couple Delannois/Dedonder. Ciao Rudy.

Et Mouscron dans tout ça ?

Une seule réponse : On se fait dévorer !

Si grâce à ses nombreux mandats politiques Guy Spitaels avait mis en avant sa ville, Detrem de son côté avait réussi à mettre Mouscron sur la carte du monde grâce au foot. La suite de l’histoire est moins sexy …

A cette époque, Tournai vivait quasi dans l’ombre de ses villes voisines : l’une gérée par les socialistes (Ath), l’autre (Mouscron) par le cdH devenu depuis peu « Les Engagés ».

Mais la roue a bien tourné, même si c’est dans le mauvais sens pour les Mouscronnois.

Les chats sont partis, les souris dansent

Après le décès de Detrem et ensuite la perte de son poulain Damien Yzerbyt emporté par la maladie, les Tournaisiens n’allaient pas manquer de faire payer aux Hurlus leur mise à l’ombre…

Aujourd’hui, le duo Polo/Lulu s’en donne à cœur joie pour redonner ses lettres de noblesse à la Cité de Clovis.

D’un côté un bourgmestre défendant SA commune becs et ongles, de l’autre une compagne parachutée Ministre de la Défense par Polleke (Magnette). Il n’en fallait pas plus pour promouvoir Tournai tous azimuts.

De Mouscron on n’en parle plus. A l’image de l’Eurométropole Lille-Courtrai-Tournai

Si à Mouscron on grince des dents devant la fuite des institutions, aujourd’hui les Tournaisiens jubilent devant les actions du « couple royal de Picardie ».

Si tout va pour le mieux dans le ménage glamour tournaisien, certains se demandent s’il y a un futur divorce fracassant dans l’air dans le couple de Wallonie picarde ? L’avenir nous l’apprendra…

D’autres infos sur www.ambition2000.be 

Brigitte Aubert omniprésente ou propagande électorale …

Faut-il encore s’étonner de la présence de madame Brigitte Aubert, bourgmestre Mouscronnoise, dans le dossier du « football mouscronnois » lorsque l’on voit son omniprésence dans la revue communale Vivre dans ma ville de juin 2022 où elle n’apparaît pas moins de 17 fois sur 24 pages.

Allez Brigitte, encore un petit effort pour avoir 100 % de présence photogénique dans la prochaine parution.

Il va sans dire que cette revue est pour notre bourgmestre une très belle tribune de politique électorale à défaut des travées des tribunes de foot… ?

Sauf erreur de ma part, jamais ses prédécesseurs au poste de bourgmestre ne se sont permis autant de largesses.

Madame Aubert veut-elle concurrencer son homologue Estaimpuisien Daniel Senesael qui était apparu 30 fois dans le bulletin communal et ce à quelques semaines des élections d’octobre 2018, ce qui lui a valu quelques ennuis après un dépôt de plainte ?

Vous remarquerez que ces deux revues communales « Estaimpuisiennes » ne sont plus en ligne !!

Madame Aubert, constatant comme beaucoup d’autres ce que devient notre ville, peut-être serait-il intéressant de rappeler certaines règles (stationnement, propreté et autres incivilités…) dans votre revue ?

D’autres infos sur www.ambition2000.be

Les Mouscronnois sont-ils invités à un « Dîner de Cons » ?

Que dire et que penser du départ de nos valeureux pompiers vers le minuscule village d’Evregnies ?

Certains prétexteront que ce n’est pas un choix politique mais un choix purement rationnel, au regard du périmètre de la zone, et que cette rationalisation des casernes a été réalisé pour améliorer l’efficacité et en réduire les coûts. Mais que dire alors, lorsque pour conforter leurs décisions, ils semblent forcer d’ajouter que ce choix d’implantation de la nouvelle caserne avait été avalisé par feu Alfred, alors Bourgmestre de Mouscron…

Pour notre part et pour pas mal d’autres personnes, le sourire narquois est de circonstance, surtout que le dernier argument vaut son pesant d’or !!

Dépouiller les communes voisines

Que chaque municipaliste désire le meilleur pour sa commune, on peut le comprendre. Que l’on veuille faire un petit cadeau aux amis proches, pourquoi pas …

Bien évidemment quand cela se fait au bénéfice de la naïveté voire même de la complicité passive d’édiles d’autres municipalités voisines dépouillées, cette démarche peut prendre un caractère malsain… Mais ne dit-on pas « Bien(s) mal acquis… »

Des exemples existent et en pagaille. Prenons la ville d’Ath qui comptait en 2021 un peu moins de 30.000 habitants. Cette ville serait-elle devenue ce qu’elle est sans la présence de Guy Spitaels qui fut président du Parti socialiste de 1981 à 1992, plusieurs fois ministre, vice-Premier ministre, président de la région Wallonie et ministre d’État belge ?

Mouscron (ville de 60.000 habitants) n’a malheureusement plus une pointure politique capable de placer Mouscron sur la carte et de taper du poing sur la table pour ce faire. Damien Yzerbyt aurait pu être celui-là… Malheureusement, la maladie l’a emporté.

Pour en revenir au problème qui nous occupe, il est évident que lors des interventions des pompiers les médias évoqueront les départs de la caserne d’EVREGNIES de quoi ternir un peu plus l’image de Mouscron.

On se défend comme on peut

Si le choix opéré coule de source, pourquoi Daniel Senesael, Bourgmestre de la commune d’Estaimpuis (dont fait partie Evregnies) se sent-il obligé de justifier la présence de cette caserne sur son territoire. Il déclarera dans la presse : « Ce n’est pas pour les beaux yeux du bourgmestre que la caserne a été construite ici mais parce qu’elle se situe à un endroit stratégique. Dottignies est en face et elle est à une encablure d’un nœud autoroutier ».

C’est faute de raison que l’intelligence a recours à un artifice pour se justifier. (Jacques Nteka Bokolo)

Olivier Lowagie va également dans ce sens : « Cette implantation s’inscrit dans la réalité sociétale, je suis convaincu que c’est une bonne décision du conseil de zone » rajoutant : « La caserne de Mouscron reste avec des volontaires et il y aura toujours une garde « Ambulances » 24/24. La densité de population et le nombre d’interventions là-bas sont tels que cela se justifie ». Mais là aussi dans cette déclaration, n’y a-t-il pas des arguments et des contre-arguments à ce choix de localisation ?

Alors oui, comme le dit si bien Daniel Senesael « Dottignies est en face » …  Rappelons toutefois les soucis de circulation fréquents et le chaos de la semaine dernière entre Dottignies et Mouscron. Certains automobilistes ont passé des heures dans leur voiture… Une amie reliant régulièrement Mouscron à la banlieue tournaisienne, a mis 2 heures 40’ ce jour-là pour parcourir la soixantaine de kilomètres aller-retour, soit une heure et quarante minutes de plus qu’en temps normal.

Dès lors doit-on risquer une catastrophe pour consolider la notoriété d’Evregnies et aviver le copinage entre élus ?

Il reste tout simplement à espérer que les environs du quartier du Risquons-Tout seront épargnés des flammes. Les assureurs risquent de la trouver mauvaise en analysant le délai d’intervention, voire de demander une surprime comme cela est déjà le cas en matière de cambriolage…

Que dire des risques industriels comme évoqué dans l’Avenir du jour. Pour un incident mineur (heureusement) chez Flaurea, usine Seveso, à Ath, le délai d’intervention de 17 minutes pose question aux élus et plus particulièrement à Bruno Monatari qui a soulevé ce point lors du dernier conseil communal qui s’est tenu mardi.

Espérons que les investisseurs potentiels ne se poseront pas les mêmes questions au moment de faire leur futur choix d’implantation en terres hurlues.

Alors oui, certains s’offusqueront peut-être de l’image et du texte incrusté pourtant amusant illustrant cet article : les élus Mouscronnois applaudissant et saluant le passage des véhicules de secours… Il y a même des élus qui croient que les pompiers possèdent un hélicoptère et que celui-ci devait également défiler… ou peut-être regardent-ils vers le ciel en signe de résignation ?

Sur les réseaux sociaux, une personne se demandait même si ces « édiles communaux vont faire la même chose demain pour nos footballeurs et après-demain pour les employés des contributions » en terminant quand même par un « MERCI aux pompiers » bien mérité.

Et oui, et bientôt ils nous diront à nouveau « Votez pour moi, je pense pour vous ».

D’autres infos sur www.ambition2000.be

Une femme prendra le pouvoir à Mouscron… Mais laquelle ?

Le combat de coqs de Rémy Cogghe Mouscron« Le combat de coqs » de Remi Cogghe, célèbre peintre mouscronnois, illustre à la perfection la prochaine campagne électorale.

A lire l’excellente analyse parue sous la plume de Mr Turillon dans l’Avenir du 9 juin, il apparaît une évidence : une femme sera à la tête de la Ville de Mouscron lors de la prochaine législature !

Selon toute vraisemblance, ce sera Ann Cloet ou Brigitte Aubert. Il ne faut pas s’appeler Madame Soleil pour confirmer ces dires et affirmer que le CDH sera de nouveau aux commandes de notre Ville dès octobre prochain.

Alors ! Ann ou Brigitte à la manoeuvre ?

Elles ont toutes deux quelques atouts même si de nombreuses personnes songent à porter Mme Cloet au pinacle ! Comme le souligne le journaliste, « elle semble avoir une maîtrise certaine des dossiers ». J’ajouterai qu’elle apparaît comme une femme réfléchie ayant beaucoup de bon sens. Elle est discrète ce qui n’est pas forcément un défaut alors que d’autres veulent occuper le terrain à tout prix de manière très politicienne par une multitude de manœuvres fusant dans tous les sens et abusant d’une communication forcenée.

Concernant le PS, passera ou cassera ? Ça risque de casser car la liste me semble assez légère. S’il manque encore deux candidats pour la compléter, il reste à espérer pour le parti à la rose que les deux absents soient de grosses pointures qui ramèneront un maximum de voix ! Ce n’est pas Christiane Vienne en excellente politico politicienne toujours prête, la bouche en cœur, à commenter, féliciter, d’une docilité parfaite qui parviendra à sauver le navire ! A force de cirer le ponton…

Et chez les autres ?

Le MR souhaiterait certainement poursuivre sa nuit de noce avec son partenaire quitte à  y perdre son âme … Ah… ! Goûter au pouvoir même s’il faut avaler de nombreuses couleuvres ! L’appétit ne vient-il pas en mangeant ?

A Mouscron, on pourrait peut-être faire preuve d’originalité en créant une nouvelle coalition inédite ?

Ecolo met le doigt là où ça fait mal ! « La mobilité, le dynamisme commercial et le cadre de vie ! » Trois gros cailloux dans les chaussures de la majorité actuelle. Simon Varrasse et les acolytes qui l’entourent pourraient peut-être donner un souffle nouveau à la politique mouscronnoise …

Sachant que Mme Cloet est relativement sensible à l’aspect écologique dans la société, elle pourrait si elle est élue Bourgmestre inviter les écologistes à la table des négociations. Viendront-ils  à n’importe quel prix ? Pas sûr !

PTB et PP qui aux deux extrêmes s’annulent auront peut-être l’occasion de faire entendre leur voix ce qui en saine démocratie n’est pas forcément une mauvaise affaire ! Mais pas trop n’en faut surtout que la communication du PP local ne semble pas être très appropriée ! Comme me le signalait un ami et je le cite : « Ça sonne comme des Calimero qui veulent qu’on parle d’eux. Un type de com’ digne des années 70… (sans FuckBook ) ». Bref, leur crédibilité en prend un sérieux coup.

Bon ! Arrêtons de lire l’avenir dans le marc de café !

Souhaitons que les Mouscronnois et Mouscronnoises auront suffisamment d’intelligence et de bon sens pour élire les personnes les plus susceptibles de les accompagner. Elles mettront leur compétence, leur intelligence, leur empathie, leur ouverture et leur écoute au service de la  population mouscronnoise.

Et puis, après tout, à la fin, qui c’est le cochon de payeur ?!

Tous à l’apéro de notre nouvelle Bourgmestre

Aubert, MouscronImpossible de rater l’apéro de madame Brigitte Aubert, notre nouvelle Bourgmestre… Quelques affiches collées sur certaines fenêtres de « patients », des bâches disséminées aux quatre coins de la Ville sont là pour rappeler qu’elle donne rendez-vous à son fan-club le dimanche 3 juin dans la Salle … bleue du Centr’Expo !

Les habitués du chM qui passent régulièrement à l’ombre du Château des Comtes et donc du domicile de notre Bourgmestre ne peuvent ignorer la belle bâche aux couleurs du cdH invitant à son apéro qui trône dans son jardin jouxtant un joli petit espace vert toujours bien entretenu…

Ce que les passants ne ratent pas non plus depuis quelques jours, c’est le nouveau lifting du trottoir de notre Bourgmestre, tout refait à neuf et encore interdit à la circulation (attention aux vélos) à cause des barrières nadar … qui pourraient bien être communales… 🙂

Et pourtant, à quelques pas de là, dans la Cité des « vieux conjoints » du Petit-Pont, les personnes âgées doivent, au péril de leur vie, zigzaguer sur des trottoirs qui n’en ont plus que le nom (voir photos) … et où l’éclairage est également souvent hors-service.

Maigre consolation, il n’y a pas que dans ce quartier qu’il y a des soucis de voiries.

Bref, comme Bourgmestre, on se doit de se fixer des priorités !

« Allô… Marie-Hélène… »