Brigitte -Aubert- « on » a soif

Sur l’air de chef un p’tit verre on a soif

Ce matin, deux ouvriers communaux s’affairaient aux bacs à fleurs de la Grand-Place afin d’enlever les mauvaises herbes, abreuver les plantes.

Si la Grand-Place est privilégiée, il n’en est pas de même pour certains quartiers.

Les 9 bacs à fleurs décorant le parvis de l’église du quartier du Nouveau-Monde sont très bien entretenus. Par contre, Il n’en est pas de même pour le bac abandonné à côté des PAV (points d’apport volontaire) qui se trouve sur le parking du Bon-Pasteur. Le pauvre a vraiment triste mine et crie désespérément à boire.

Détail amusant… On peut lire sur les deux beaux autocollants apposés sur ce bac à fleurs « Toutes les choses grandissent avec amour » et « les plantes c’est joli, c’est bon pour la santé et ça favorise la diversité »

Joli contraste !! Faut-il en rire ou en pleurer ?  

Point positif, et c’est à souligner, aucun dépôt clandestin à côté des PAV !

Certains de nos aïeux doivent se retourner dans leurs tombes en voyant ce qu’il reste de leurs principes d’éducation au respect des structures collectives. Que ce soit pour les biens ou pour les personnes, certains ne les portent plus du tout dans leur échelle de valeurs ! Font-ils encore partie de l’Humanité ? 

D’autres infos sur www.ambition2000.be

Bancs publics mouscronnois

A Mouscron, l’automobiliste ne ressent que les nids-de-poule, ne supporte que les bouchons et les travaux qui sont légion. Il n’a qu’une vision étriquée de sa ville.

Il n’en va pas de même pour le piéton qui découvre malheureusement ce que devient chaque jour Mouscron.

Qu’il est loin le refrain de la chanson Les Amoureux des bancs publics de Georges Brassens qui fredonnait « Les gens qui voient de travers pensent que les bancs verts Qu’on voit sur les trottoirs – Sont faits pour les impotents ou les ventripotents – Mais c’est une absurdité car à la vérité, ils sont là c’est notoire – Pour accueillir quelque temps les amours débutants – Les amoureux qui s’bécotent sur les bancs publics – Bancs publics, bancs publics – En s’foutant pas mal du regard oblique des passants honnêtes —
Les amoureux qui s’bécotent sur les bancs publics – … »

A voir la crasse qui entoure les bancs publics mouscronnois on doute fortement que de jeunes amoureux puissent conter fleurette sur la place de Mouscron.

Si comme partout ailleurs l’arrivée de la pluie est attendue pour raviver les pelouses, les plantes, les légumes et même redonner vie à nos rivières et plans d’eau, les Mouscronnois aspirent à l’arrivée de cette pluie pour nettoyer leurs rues et la Grand-Place.

Début juillet, un journaliste se foutait vraiment de la gueule du monde en titrant « Mouscron, the place to be ? ». A le lire, on pourrait croire que Mouscron est comparable à Monaco par sa propreté, son côté sécurisant, … Nous sommes loin, même très loin de la coupe aux lèvres car la vérité est toute autre.

La ville est chaque jour de plus en plus sale. La sécurité ? Faut-il en parler ? Les quelques articles de presse traitant le sujet ne sont que la face visible de l’iceberg car les infos sont sans doute distillées avec parcimonie.

Heureusement à Mouscron il n’entre pas encore dans les intentions de notre bourgmestre de rebaptiser notre Grand-Place « Place Georges Brassens » comme le fut le Parc Communal tournaisien. Mais qui sait, dans un avenir proche et de manière démocratique (à la sauce Aubert -qui aime s’inspirer de son collègue Tournaisien-) la Grand-Place sera-t-elle baptisée du nom de son chanteur ou sa chanteuse préféré(e) !

D’autres infos sur www.ambition2000.be