A Mouscron tout fout l’camp

Faut-il encore revenir sur tout ce qui a définitivement disparu du paysage de notre bonne Cité des Hurlus pour migrer vers des cieux tournaisiens pas vraiment plus cléments ? Caserne des pompiers, Condorcet, Consulat de France, Chambre de commerce et d’industrie, rôle central au sein de l’Eurométropole … Et j’en passe !

Et depuis quelques jours, certains ministres (pour qui certains mouscronnois ont sans aucun doute voté), Jean-Luc Crucke (MR), Ludivine Dedonder (PS) et Bénédicte Linard (Ecolo) … invitent les intercommunales de notre région à … multiplier les synergies … Avouez que l’invitation est quand même bien formulée.

Connaissant l’appétit féroce des Tournaisiens qui montrent des dents plus longues et plus acérées que des requins à la vue du sang, il ne fait aucun doute que l’existence de l’Intercommunale IEG leur fait encore et toujours de l’ombre et ne fait qu’aiguiser un peu plus leur convoitise. Les irréductibles gaulois de Mouscron font de la résistance depuis bien trop longtemps à leur goût.

Histoire d’O

Mouscron ne s’en est jamais cachée, s’il y a de moins en moins de terrains disponibles dans les zones industrielles pour l’implantation de nouvelles entreprises, l’eau, pas encore aux mains de la SWDE, est, encore et toujours, la principale source de revenus de l’intercommunale mouscronnoise. L’IEG n’hésite d’ailleurs pas à encore investir dans cette manne financière. 

Exit Jean-Pierre Detremmerie et dans une moindre mesure Damien Yzerbyt, on ne voit pas trop aujourd’hui quel politicien hurlu pourra désormais empêcher l’IEG de disparaître et d’être absorbée par les cannibales tournaisiens, même si, en fin langage politicien, on parlera diplomatiquement d’un rapprochement ou même d’une fusion.  

Mais toujours est-il que la balance penchera toujours dans le giron tournaisien.

On pondra peut-être même un arrêté wallon obligeant la rationalisation des intercommunales, avouant la main sur le cœur que cela permettra à l’avenir de faire de merveilleuses économies pour nos malheureuses finances publiques.

Et si même une perte salariale pend au nez de quelques élus, un poste de président de la nouvelle intercommunale bien rémunéré pendant quelques mois, et sous le régime de la pseudo alternance, suffira aisément de convaincre les derniers récalcitrants sans réel pouvoir, de porter cette nouvelle entité sur les fonts baptismaux du progrès. D’autres organisations mouscronnoises ont connu le même sort sans vraiment déchaîner les passions, ni ébranler nos élus locaux …

Alors quand les Mouscronnois pourront-ils dire un jour à nouveau dire un NON ferme et définitif à des rapaces opportunistes et carriéristes venus de toute la Wallonie picarde ?

Une réflexion au sujet de « A Mouscron tout fout l’camp »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s