Un mal étrange touche-t-il nos politiciens ?

Ces derniers temps, une maladie étrange semble en effet toucher pas mal de nos politiciens : le Covid. Un fameux retour de manivelles pour certains qui en général préfèrent plutôt toucher à notre portefeuille.

Sophie Wilmès n’est pas la première et ne sera sans doute pas la dernière politique à être testée positive au sein de ce nouveau gouvernement.

D’aucuns en ont eu la primeur…

Citons par ordre alphabétique !

Commençons par le fils à papa : Frédéric Daerden, puis Valérie De Bue suivie de Caroline Désir la ministre de l’Éducation. Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet est atteint du même mal. Cas surprenant, Christie Morreale qui n’est autre que … ministre de la Santé devance le frère de l’autre … Mathieu Michel qui à peine nommé secrétaire d’état fait déjà son entrée fracassante parmi les grands. Elke Van den Brandt et Rudi Vervoort ferment pour le moment la marche.

Revenons un instant à Mathieu Michel le nouveau secrétaire d’Etat. Certains se demandent si après Louis Michel, Charles Michel et la nomination du frérot, le trublion Georges-Louis Bouchez ne créera pas bientôt un poste de ministre ou de secrétaire d’Etat pour la Mère Michel.

Tous ces grands donneurs de leçon n’ont-ils pas respecté les distanciations sociales en s’adonnant à de petites soirées privées sans pour autant, comme tout citoyen lambda, se taper une amende ?

Et pour corser le tout, les amateurs de cyclisme qui ont regardé le Tour des Flandres n’ont pas manqué de constater qu’Herman De Croo, ancien député et sénateur mais également le papa d’Alexander notre premier ministre était un spectateur attentif sur le bord de la route du Ronde. Si quelques minutes plus tôt, les commentateurs de la RTBF n’avaient pas manqué de souligner que le masque était obligatoire pour les riverains venus applaudir nos valeureux cyclistes lors du passage de la course, ils ont étrangement omis de signaler que papy De Croo ne portait pas le masque.

La caméra de l’hélicoptère n’a pas manqué de nous montrer les grandes affiches apposées dans la campagne environnante par l’ancien politicien belge mais s‘est également attardée longuement sur papy non masqué.

Bref, l’adage « faites comme je dis mais pas comme je fais » sied à merveille à nos suceurs de fric.

David Clarinval : « L’Horeca est une cible facile et je le regrette » …

Au MR, dans le style faux-cul David Clarinval est exemplaire !

On apprend dans la Presse de ce dimanche 18 octobre que le grand ami de Georges-Louis Bouchez -bouillant Président du MR- affirme « L’horeca est une cible un peu facile et je le regrette ».

J’adore les contorsions langagières utilisées par notre politicard de service pour faire comprendre à ses électeurs en puissance que lui n’y est pour rien dans les décisions prises et qu’il s’est battu jusqu’au bout pour obtenir des compensations ! Il est le Sauveur des causes perdues. Vive Clarinval !

Découvrez le florilège clarinvalien…

« Dans un débat, on ne peut pas toujours être d’accord (C’est moi !) et il a fallu une décision (Ce sont les autres !). J’AI pris acte et J’AI obtenu 500 millions de compensation. »

« Il faut un acte très fort, un soutien important pour ce secteur… (C’est encore moi !) »

« J’AI tenu personnellement à ce que les mesures ne soient pas prises… (C’est toujours moi !) ».

« Le Ministre de la Santé a apporté des études universitaires qui montrent que c’est dans l’Horeca qu’il y a une propagation importante… (Ce sont les autres !) ».

L’Agence wallonne pour une qualité de la vie souligne : « On voit que les clusters principaux sont dans les écoles et au sein des familles » (C’est moi !)

Braves gens, vous avez compris j’espère ! C’est pas moi, c’est les autres mais « L’horeca est une cible un peu facile et JE le regrette mais la décision est collégiale et JE me dois de l’assumer ».

Il ne manquerait plus que ça. A plus de 10.000 euros nets par mois

Il aurait pu ajouter la larme à l’œil : « J’ai le cœur qui saigne … » … mais il ne voulait sans doute pas reprendre à son compte ces petits mots désormais devenus célèbres vomis de la bouche d’Elio Di Rupo… le grand mage socialiste.

La réaction de Marc Carnevale, le patron d’un restaurant situé à Liège ne s’est pas faite attendre.

D’autres infos sur www.ambition2000.be