Le profit et le fric avant tout !

paribas DSC05939DES SOUS, DES P’TITS SOUS, TOUJOURS DES P’TITS SOUS … 

Un fidèle blogueur me fait parvenir un courrier transmis ce vendredi à une agence bancaire située dans la Chaussée de Lille à Mouscron. Avec son accord, je me permets de le partager. 

Suppression des agences de quartier et des distributeurs d’extraits de compte

« Je trouve scandaleux la suppression des agences. Dans ce cas-ci, une agence dans une rue commerciale proche de la frontière et drainant énormément de monde. 

Comment les personnes âgées et les gens défavorisés se débrouilleront-ils ? Tout le monde n’a pas internet ! Comment paieront-ils leurs factures ? Comment recevront-ils leurs extraits ? Mais en payant bien sûr ! Où avais-je la tête ? 

Je constate que nous allons vers une société de plus en plus déshumanisée avec seul leitmotiv : gagner le plus d’argent possible même si c’est au détriment de la population. 

Les banques ne sont pas des modèles de vertu ! 

Je ne me fais pas d’illusions… Mon avis n’est qu’une goutte d’eau dans un océan de profit ! Personne n’arrêtera la machine infernale mise en route pour favoriser les plus nantis. 

Permettez-moi quand même de rêver à une banque au service de l’homme et non pas le contraire. 

Une banque qui diminuera quelque peu les dividendes versés aux actionnaires afin d’augmenter les services aux clients. Une banque qui rémunérera correctement ses épargnants. Une banque qui … 

Un long débat sociétal en perspective, stérile j’en suis convaincu, les banques n’étant pas des modèles philanthropiques que je sache !! 

Bien à vous. » 

DU PAREIL AU MÊME … dans un autre domaine 

Le journal « L’Avenir » de ce samedi nous apprend qu’une maison de repos mettra la clé sous le paillasson fin juin…

Le journaliste Thomas TURILLON titre : « Les Amaryllis fermeront en juin : un drame humain et social ». Le complexe résidentiel « Domaine des Amaryllis » situé rue du Canada, dans le quartier populaire du Mont-à-Leux fermera ses portes : « le locataire mettait fin au bail le liant au propriétaire car les négociations avec lui se sont soldées par un échec ». 13 personnes composant le personnel se retrouveront sur le carreau et il faudra trouver une solution pour les 47 pensionnaires de l’établissement.

Les larmes aux yeux, le personnel signale que « le propriétaire aurait un projet de reconversion en… logements sociaux ».

Bref, de seniors calmes on pourrait bien passer avec un fameux bordel dans ce clos.

0n n’investit pas, on dissimule, on promet, on négocie en cachette, on projette de reconvertir, on licencie… A votre avis, pourquoi ? Poser la question c’est y répondre …

Bref, sous le soleil du libéralisme, rien de nouveau !