On ne change pas une équipe qui gagne

cdhUne des grandes inconnues du scrutin communal mouscronnois concernait les 10.000 voix d’Alfred Gadenne et de Damien Yzerbyt disparues avec les deux candidats. Ces voix, contre toute attente, ne se sont pas dispersées et sont restées dans le giron Humaniste. On peut dès lors se demander si les voix d’Alfred Gadenne n’étaient tout simplement pas celles du cdH dont les partisans accordent très souvent la préférence à la tête de liste.

La deuxième inconnue résidait dans l’attribution du mayorat. En 2.012, 307 voix séparaient Brigitte Aubert d’Ann Cloet. Aujourd’hui, le fossé semble s’être creusé. Brigitte Aubert qui a remplacé au pied levé Alfred Gadenne a sans conteste bénéficié de plus de visibilité comme bourgmestre pendant un an ainsi que sa présence à la tête de la liste cdH. Le côté pas assez « politicienne » d’Ann Cloet a sans doute joué en défaveur de la parfaite bilingue.

Quelle coalition ?

Certains rêvaient de mettre le cdH sur la touche ; mal leur en pris. Cependant, malgré sa majorité absolue, le cdH ne gouvernera pas seul.

Les Humanistes continueront-ils à jouer avec les Libéraux qui se sont montrés très disciplinés pendant ces six dernières années et qui malgré la perte de voix de leur tête de liste ont conservé leurs 5 sièges ? Les caresses de L’Echevin de l’instruction publique envers le président de l’IEG allaient clairement dans ce sens lors du (non) débat électoral sur No-Télé. L’avocat Bleu entrevoyait-il déjà une entrée comme Administrateur à l’IEG en cas de perte de son mandat d’Echevin ?

Au cdH, certains élus ou sympathisants se demandent également quel sort sera réservé à Michel Franceus, l’Echevin de la culture et président de l’IEG qui d’élection en élection voit ses voix de préférence fondre comme neige au soleil. Alors qu’il était à la deuxième place sur la liste, il ne se retrouve aujourd’hui qu’à la 10ième place en voix de préférence de son parti. Une Mathilde Vandorpe (5ième en voix de préférence) qui rêve de revenir sur Mouscron ne lorgnerait-elle pas sur la Présidence de l’IEG ?

Comme il fallait s’y attendre, le PS perd encore des plumes dans cette élection. Orphelins de leur Maison du Peuple, les socialistes s’étaient regroupés dans le bâtiment situé dans la cour de l’ancienne boulangerie. Les mauvaises langues murmureront qu’ils se retrouvent aujourd’hui dans le pétrin. Les défections des faiseurs de voix n’ont pas été compensées par les nouveaux venus… Grands perdants de cette élection, les rouches peuvent-ils espérer entrer à nouveau dans la majorité en ayant perdu 4 élus ? Ce serait plus qu’étonnant ! Et pourtant, selon Christiane Vienne, leur cheffe de file, le PS a pourtant « fait une bonne campagne » alors qu’il a réalisé son plus mauvais score depuis sa création !

Christiane Vienne en est sans doute la seule convaincue ! Rendez-vous dans 6 ans… avec ou sans Annick Saudoyer qui aujourd’hui doit sans doute avoir toutes les peines du monde à cacher son sourire.

Quant aux Ecolos, habitués à l’effet yoyo et grands vainqueurs de ces élections, ils cartonnent en doublant leurs sièges passant de 3 à 6. Entreront-ils pour la première fois dans une majorité en sachant qu’ils seront sans aucun doute beaucoup moins manipulables que les autres formations ? J’en doute… S’ils sont les grands gagnants de cette élection il est à craindre que leur cure d’opposition se prolonge. Le beau sourire de leur chef de file deviendra sans doute jaune après les discussions… Le parti écologique est sans doute la formation la plus proche des convictions philosophiques du cdH mais leur côté rigoriste, sans concession, pourrait se retourner contre eux au décompte final. Le cdH prendra-t-il le risque de mettre trop en valeur le chef de file Ecolo qui n’arrête pas d’améliorer ses résultats lors de chaque scrutin ?

Bref, le cdH a plus que jamais la main et pourra faire valoir son autorité là où le MR devra sans doute baisser pavillon s’il veut rester dans la majorité. Quel sera le prix à payer pour rester en coalition ?

Relevons l’entrée au conseil communal du PP qui sans programme, avec peu de candidats sur la liste et sans aucune visibilité tant à la TV (locale) ni dans les quotidiens, entre au conseil par l’entremise de l’indépendant Pascal Loosvelt.

Tournai : Le Roi déchu !

Sur Tournai, les choses ont été claires. On a assisté au bal des faux-culs car oui, il y avait un accord préélectoral entre PS et Ecolo ou en tout cas entre Rudy Demotte et Coralie Ladavid ! Preuve s’il en est le mail de De Greef !

On peut quand même se demander ce que donnera cette coalition entre le PS et Ecolo qui ressemble étrangement à un mariage entre l’eau et le feu.

Sans la libérale Marie-Christine Marghem, la Ministre de l’énergie, il ne fait aucun doute que le PS rempilait avec les Bleus !

Même dans ses cauchemars les plus noirs, il ne fait aucun doute que Rudy Demotte n’avait pas prévu que Paul-Olivier Delannois ferait plus de voix que lui et s’accaparerait ainsi l’écharpe mayorale.

L’horizon communal semble donc bel et bien bouché à Tournai pour Demotte et ce pour sans doute très longtemps.

On peut se demander si Rudy Demotte ne se lancerait pas un autre défi en s’implantant à… Mouscron.

Depuis hier, Christiane Vienne a définitivement prouvé qu’elle ne pouvait pas mener ses troupes vers la victoire. Reléguée au deuxième rang des voix de préférence de son parti au profit de Guillaume Farvacque qui la devance de plus de 200 voix, va-t-elle en tirer les conséquences et prendre ses responsabilités ?

La descente aux enfers du PS mouscronnois continue mais à entendre les louanges adressées par celle qui fut imposée au PS par Rudy Demotte et Elio Di Rupo aux Ecolos après leur victoire, on pourrait se demander si elle ne retournerait pas à ses premiers amours.

En politique, tout est possible … et il ne faut jamais dire jamais… encore que cette fois-ci …