Le non-débat politique sur noN télé

aalbekeCombien d’Hurlus avaient les yeux rivés hier soir sur leur écran TV pour suivre le débat électoral consacré aux Communales 2018 sur Mouscron ?

On a pu assister à un débat (!) soporifique, terne, sans relief ! Tout le monde il était beau, tout le monde il était gentil… Une véritable discussion au coin d’un comptoir.

Un des candidats a même caressé le président de l’IEG dans le sens du poil d’une manière tellement pressante que l’Echevin/Président en personne en semblait même gêné ! Au royaume des faux-culs ou au bal des faux-culs, les vrais cons sont rois !

Rires, sourires, acquiescements, … Un véritable dîner de… famille.

Au royaume des hypocrites, le MR et le PS étaient rois hier soir ! Il vaut mieux assurer ses arrières, n’est-ce pas ?

Revenons au débat qui dans sa forme n’aidait pas, j’en conviens, à amener la confrontation des idées. Ceci dit, les participants en étaient quand même les premiers responsables.

On a ainsi pu reconnaître les vieux briscards de la politique qui maîtrisent bien leur sujet tandis que les petits nouveaux, stressés, peu habitués aux débats télévisés peinaient à développer leurs idées. Pas facile quand c’est la première fois.

Différents points ont été effleurés, évités ou même oubliés !

Citons-en quelques-uns parmi d’autres :

A propos de la mobilité, on est resté bloqué sur le vélo. Mouscron, meilleur élève des 10 villes pilotes Wallonie Cyclable date de … 2015 !  Alors Mouscron aux cyclistes, bien sûr mais … sans cyclistes ou vraiment très peu …

Qui oserait envoyer son enfant en vélo à l’école ? Très peu ! Certaines pistes cyclables sont insécurisantes. Je pense particulièrement à la rue de Menin où elles sont d’une étroitesse dangereuse. Certaines personnes affirment rouler sur les trottoirs tellement elles se sentent en insécurité. La voiture a encore une place trop prépondérante et il faudra encore bien du temps pour que certains automobilistes diminuent leur vitesse. De plus, changer les mentalités prend du temps ; encore faut-il mener des actions pour que les comportements évoluent.  Manier la carotte et le bâton ! D’un côté promouvoir le vélo auprès de la population par diverses actions incitatives plus nombreuses. De l’autre réaliser des actions préventives puis répressives auprès des chauffards ! Sans oublier une présence ponctuelle de policiers ou assimilés.

Si on a effleuré du bout des lèvres la problématique des engorgements automobiles aux heures de pointe, on a par contre passé entièrement sous silence l’afflux des poids lourds sur certains axes. Je pense particulièrement à l’ancienne chaussée d’Aalbeke où chaque jour déambulent de gros camions perdus essayant de pénétrer sans succès dans le zoning attenant. L’excuse évoquée par l’Echevine de la mobilité est l’utilisation des GPS. Elle oublie de dire que la signalisation est inadéquate et que rien n’est fait pour améliorer la situation.

Notre Bourgmestre encore actuellement en titre a également botté en touche avec un courrier formaté …

On attend toujours le nouveau plan de mobilité promis par l’Echevine qui a certainement été très heureuse de la tournure des débats puisqu’il n’y en a pas eu. Le temps s’écoulait assez vite sur l’Ice Watch de Marie-Hélène qui pouvait pousser un ouf de soulagement en voyant arriver la fin de sa présentation où elle n’a guère été cuisinée.

La problématique des trottoirs a été à peine abordée. Le piéton est quelquefois le grand oublié… A certains endroits, c’est le parcours du combattant et il n’est pas bon être une personne âgée ou handicapée dans la Cité des Hurlus.

Il est vrai que le département de Mme Vanelstraete, Echevine, n’est pas des plus faciles et qu’il demande certainement une attention de tous les instants, ce qui n’est pas le cas…

Autre sujet complètement occulté : la transparence et le cumul des mandats !!!

Ce 14 octobre, vous irez voter en ayant une pensée pour Michel Galabru qui affirmait : « Il faut toujours voter pour le candidat qui fait le moins de promesses : à l’arrivée on est moins déçu ! ».