Le hameau de Tombrouck à LUINGNE est-il abandonné ou oublié ?

Une petite balade pédestre ou une randonnée à vélo nous emmène souvent dans ce coin reculé de Mouscron … Si la campagne est belle, il faut aussi parfois se boucher le nez tant les odeurs sont persistantes …

Si les odeurs de Chips sont agréables à l’heure de l’apéro, si les odeurs de frites font titiller nos papilles lorsqu’elles sont accompagnées d’un bon steak, il n’en va certainement pas de même pour les habitants de ce coin de Mouscron que beaucoup semblent avoir oubliés …

Situé à la limite de Mouscron, Dottignies et Rollegem, les riverains de ce zoning  regrettent le temps où il faisait bon y vivre. Ils regrettent sans aucun doute le temps où ils pouvaient passer l’après-midi dans leur jardin à prendre l’apéro et à discuter entre amis. Ils regrettent les moments où le linge pouvait prendre le temps de sécher à l’air frais …

Aujourd’hui, ce bon temps est terminé …

Cette verte campagne a fait place à une zone industrielle où les cheminées ont poussé un peu partout … Cheminées d’où se dégagent des fumées pas toujours agréables à regarder ou à sentir …

 

Depuis quelques années, un Monsieur, bien de sa personne, muni d’une épaisse farde et semblant connaître pas mal de monde fréquente le conseil communal. De bonjour en bonsoir, nous avons sympathisé…

Et, depuis pas mal de temps, Roger DE BUE, puisque c’est de lui qu’il s’agit, me transmet ses rapports sur ce zoning … Rapports peu élogieux vis-à-vis des industriels mais aussi des « hommes politiques » …

J’ai donc décidé de lui laisser la parole afin qu’il nous explique, vous explique, les problèmes rencontrés par les riverains de ce coin de Mouscron où il faisait bon vivre en précisant que ces riverains habitaient là bien avant que la zone industrielle fut installée!

 

« Depuis le début de l’installation des zonings les nuisances diverses et principalement olfactives n’ont fait que prendre de l’ampleur avec la même progression que le développement des entreprises dont certaines semblaient croire qu’elles pouvaient tout se permettre.

Depuis le début des citoyens se sont activés et relayés afin d’en atténuer ou d’en supprimer les conséquences nuisibles pour la santé et la qualité de vie.

Même soutenus par certaines instances officielles et associations environnementales, tous s’y sont cassés les dents.

En 2008 quelques riverains, très actifs et très motivés, reprennent le flambeau, toujours soutenus par les diverses instances précitées.

Dans la foulée de cette dynamique, ces citoyens parviennent, malgré les difficultés et oppositions, à créer un premier lien valable de communication tant avec les édiles politiques qu’avec les responsables des entreprises.

La participation active et novatrice de ces citoyens au réseau des vigies (jusqu’à 50 personnes impliquées, relevant journellement bruits et odeurs a permis l’élaboration d’une étude scientifique incontestable et incontestée même dans les hautes sphères gouvernementales wallonnes. Néanmoins personne n’a l’impression d’un retour direct de cette étude, toujours ce manque de communication (ou de désintérêt) vers les citoyens.

Les citoyens prennent pour exemple de non communication, la non-publication de statistiques, même simplifiées, de toutes les plaintes, même les téléphoniques (très nombreuses également). L’annonce haut et fort par toutes les instances concernées que toutes les plaintes sont bien gardées et rangées fait sourire et ne permet pas d’affirmer qu’elles sont exploitées correctement. Qu’on ne nous dise pas qu’il s’agit d’un secret d’instruction quelconque, cela friserait du ridicule. Les victimes de cette pollution ont plus l’impression qu’il y a de la honte de devoir avouer publiquement aux citoyens électeurs que ce problème, santé et qualité de vie, n’est pas leur souci principal même si quelques efforts apparents ont été annoncés à grands renforts de médias.

 

Les nombreux contacts intensifs menés par ces citoyens avec les responsables politiques ont débouché sur la mise en place du C.A.Z. (Comité d’Accompagnement des Zonings) réclamé depuis belle lurette. ( Membres CAZ = 10 riverains apolitiques   + 1 membre de chaque parti politique + délégué des entreprises + délégué de la police de l’environnement + délégués de l’IEG et comme président notre Député-Bourgmestre).

Parallèlement les contacts menés par ces citoyens avec les entreprises ont permis que les dites entreprises entament enfin certains travaux d’aménagement qui, obligatoires de par leur permis d’exploiter, avaient simplement été occultés.

Des coûts d’investissements non réalisés au mépris des risques pouvant être subis par les riverains dans la dégradation de leur état de santé et de leur qualité de vie.

Si aujourd’hui ces entreprises mettent en avant les coûts importants de certaines de ces réalisations pour justifier leur bonne volonté, il faut savoir que ces réalisations n’ont rien d’extraordinaires car elles devaient être obligatoirement réalisées immédiatement, sous risque de voir invalider leur permis d’exploiter, et ce dès l’instant de leur implantation sur les zonings il y a plus de dix ans.( Économies faites  une fois de plus au détriment de la santé des citoyens.)

Il s’agit par exemple, d’oxydateur thermique, station d’épuration, mur antibruit, laveurs de fumées, système d’abattement d’odeurs par plasma froid, dénommé AEROX, etc…

En résumé si aucune action citoyenne n’avait été entreprise rien n’aurait été fait.

Le seul ennui est que malgré toutes les promesses et ces quelques réalisations les citoyens se trouvent encore aujourd’hui dans une situation presque identique à celle d’avant ces réalisations et dans un contexte toujours aussi nocif.

Les riverains trouvent dommage que nos édiles ne font que passer (si toutefois ils passent), car si au moins l’un d’eux y demeurait les problèmes se résoudraient  bien plus rapidement.

Les riverains citoyens sont apparemment toujours aussi décidés à continuer leurs actions même dérangeantes et en transmettant entre autre des informations plus détaillées vers les médias. »

 

POUR VOTRE INFORMATION ( suivant mail reçu )

Le hameau de Tombrouck serait-il un souffre douleur?

                  ( 30% réel constaté de temps de perceptions des pollutions  – légalement tolérés 2% )
Ou est-il donc si insignifiant à certains yeux?
Lorsque quelques riverains y signalent les pollutions-nuisances, ils représentent et parlent pour
– PRESQUE 200 HABITATIONS
– PAS LOIN DE 500 CITOYENS ( qu’ils soient francophones ou néerlandophones – ils sont belges)
– PAS LOIN DE 90 AINES DE PLUS DE 60 ANS ( plus fragiles au niveau santé )

 

En cas de perception de nuisances olfactives les membres citoyens du CAZ peuvent vous aider à déposer une plainte officielle.

Les modalités pour l’envoi de ces plaintes peuvent être consultées sur le blog :  http://cazmouscron.blogspot.be/

Elles peuvent éventuellement  être envoyées par mail au CAZ qui peut les transmettre anonymement, si souhaité, vers les autorités compétentes: cazmouscron@gmail.com

Ou vous pouvez contacter téléphoniquement pour informations son interlocuteur De Bue Roger par  GSM au nr. 0495/401055

tombrouck_Luingne.jpg