Annick et les « cinémas de quartier » ce n’est, apparemment, pas une histoire d’amour !

Alors que, lors de la séance du Conseil communal du 17 octobre, le « futur » du studio 31 était abordé, Annick Saudoyer est intervenue pour faire part de son point de vue.

Pourquoi m’a-t-il fallu quelque temps avant d’insérer ce post ? Tout simplement parce que j’attendais d’être certain, à la virgule près, de la teneur des propos tenus par l’Echevine de l’Enseignement tant ils me paraissaient surréalistes …

La lecture du procès-verbal de cette séance me rassure quant à mes capacités auditives … oui, j’avais bien entendu … 

« Dans notre chef, dans notre groupe, il y a aussi la volonté de continuer. Ce n’est pas parce qu’il y aura un cinéma à la place du Studio 31qu’il ne peut plus y en avoir un autre ailleurs. Je pense que deux cinémas ça ne serait pas mal du tout. A côté d’un cinéma de quartier, on peut aussi retrouver autre chose d’une autre infrastructure cinématographique pour les Estaimpuisiens et les Mouscronnois. » …déclarait Annick !

Elle rejoint, ainsi, la position du Député-Bourgmestre d’Estaimpuis, Daniel SENESAEL, qui souhaite, quant à lui, voir ériger un cinéma sur le futur site CORA.

Et pourtant … dans la DH du 15 novembre on peut lire ceci sous le titre « Un autre cinéma ? Non selon Gadenne ! »  « Il y aura un cinéma à Mouscron, pas deux ! »

Alfred Gadenne est donc clair à ce sujet … Mais, à quelques mois des élections communales, bien malin est celle ou celui qui pourrait dire qui sera le prochain Bourgmestre de Mouscron … Et si Alfred n’était plus bourgmestre après le scrutin ? 

N’est-ce pas faire offense aux investisseurs mouscronnois qui placeront des capitaux, dans ce dossier, à hauteur de 2 millions d’Euros en qualifiant le Studio 31 de cinéma de quartier ? 

N’est-ce pas faire offense aux cinéphiles mouscronnois et aux commerçants du quartier, qui espèrent ce complexe depuis belle lurette, en désignant le Studio 31 de cinéma de quartier ?

Le futur cinéma à Mouscron est le « bébé » d’Alfred J  N’est-ce pas là la vraie raison des propos tenus par Annick ?

saudoyer_Annick.jpg

Que s’est-il passé chez Wollux ce matin ?

En tout début de journée, vers 7 heures 40’, un nuage de fumées noires et une odeur de brûlé flottaient dans l’air … aux abords de l’hôpital …

Il semblerait que tout ceci soit provenu du site Wollux … d’où d’épaisses fumées se dégageaient des cheminées …

Bizarre …vous avez dit bizarre … ?

Cette photo a été prise à 8 heures 15 …

Wollux (2).jpg

Alfred GADENNE manipulé, mal conseillé ou … ?

Alfred.jpgDepuis quelques temps, notre bourgmestre Alfred GADENNE fait de plus en plus la « une » de l’actualité …

En cause ? Ces nombreux oublis, volontaires ou non …

Trois dossiers, assez chauds, sont venus entretenir le débat du « Café du commerce » depuis quelques jours  

Début de cette semaine, je vous annonçais que des métaux lourds avaient été trouvés en face de chez son ami de toujours, l’ancien Echevin Robert DECONINCK où, pour s’en sortir, Gadenne résuma la situation par « On savait mais on ne pouvait rien dire ». Dans l’édition de l’Avenir du 23 novembre il déclare « l’affaire avait fait du bruit mais on n’avait jamais rien trouvé. De toute façon, c’est comme pour l’affaire du Sarma : on ne pouvait pas poser de questions. Si quelqu’un osait le faire, il passait un sale quart d’heure… »  

Ah bon ?

Avait-il peur, en dénonçant ces faits, qu’ on allait lui tirer l’oreille, lui botter le cul, le mettre au coin ou, tout simplement, lui retirer son mandat de 1er Echevin et les émoluments qui en découlent ? Quel courage politique de la part de notre 1er ambassadeur de la ville !

Même s’il n’est plus de ce monde, aujourd’hui, j’ai une pensée émue pour un journaliste, Monsieur Roger BRUNOT.  Ce journaliste travaillait au journal LE PEUPLE et avait enquêté et consacré pas mal de son temps à ce que certains appelaient, à l’époque, des rumeurs … Et s’il était persuadé avoir trouvé le nœud du problème, bien des portes lui sont malheureusement restées fermées à l’époque !

Voilà qu’aujourd’hui, la lumière semble faite … et les faits venant d’être dénoncés lui donnent raison.

Si beaucoup de questions restent – ou resteront encore – sans réponse à ce jour, il reste à espérer que la Justice fasse correctement son travail.

Deuxième épisode, l’arrivée de 700 demandeurs d’asile sur le site du « Refuge » à Mouscron … Là aussi, Alfred n’était (soit disant) pas au courant ! Mais, d’après les infos parues dans le journal l’Avenir du 25 novembre, il semblerait qu’il était bien au courant, depuis quelques mois, de l’arrivée de ces demandeurs d’asile … On peut, en effet, y lire une info d’Ecolo qui signale « Le chiffre de 700 est sans doute étonnant. Pour le reste, ce n’est pas une surprise pour tout le monde, puisque le Bourgmestre Gadenne a rencontré, il y a environ 6 mois, le propriétaire du bâtiment du Refuge. Celui-ci, accompagné d’un agent de FEDASIL, lui a fait part de son intention d’y placer 250 demandeurs d’asile pour une période de trois ans. Le bourgmestre s’était montré prêt à accepter ce projet. Le secret a bel et bien été bien gardé. On se demande pourquoi ni les élus, ni la population n’ont reçu la moindre information à ce sujet ?

De plus, même s’il semble que ce projet soit aujourd’hui abandonné, on peut se demander si ce projet n’est que partie remise et si les responsables de cette idée n’ont, tout simplement, pas fait marche arrière (de manière provisoire ?) devant les pressions des « politiques locaux » craignant la réaction des Mouscronnois à quelques pas des élections communales d’octobre 2012 … En effet, certains élus ou groupes pourraient subir une perte inévitable de leur électorat.

Les riverains restent et resteront donc TRES attentifs quant au(x) futur(s) projet(s) concernant la réhabilitation du  « refuge » !

Un mot sur le Cinéma … Alors qu’il balance être sur le projet de For & Ver depuis plus d’an an, ne serait-il serait pas un peu plus sérieux de sa part de dire qu’il s’y est attelé depuis 6 mois ?! N’oublions pas, non plus, l’épisode de la signature d’un contrat avec CINEMOVIDA qui n’était, en fait, qu’une entourloupe vis-à-vis de la presse … La Dernière-Heure du 9 novembre titrait d’ailleurs, à ce sujet,  « Gadenne, l’homme qui fait semblant » !

Et ce n’est pas terminé … la une du Nord-Eclair de ce jour titre « Alfred Gadenne a menti sur la pollution de la Petite Espierres ».

L’eau qui coulait dans l’Espierres virait ainsi du jaune au rouge, bleu, orange, vert … et même au mauve … mais, direz-vous, ce sont là les couleurs des partis politiques ou des clubs de foot favoris de tout un chacun, et non, cet échantillon de couleurs n’a été décrit que sous forme de boutade car il n’en est rien …

En effet, lors de la dernière séance du Conseil communal, le Bourgmestre – voulant sans doute tranquilliser les personnes présentes (public, presse, conseillers communaux) –  avait déclaré que ces couleurs étaient à base d’eau …Et, toujours d’après notre Bourgmestre, les colorants n’étaient pas dangereux …Or, aux dires de certains riverains, ce « liquide » contiendrait, également, des métaux lourds …

Mais comment Alfred pouvait-il le savoir alors qu’il n’a fait effectuer aucune analyse ?!

Certains pensent qu’un jour l’eau fut transformée en vin.  Tout le monde est pourtant certain que l’eau n’est plus transparente une fois le Ricard ajouté …

Restons sérieux.

Dans le cas qui nous préoccupe, la situation est bien plus grave, et on se demande légitimement si les responsables politiques Mouscronnois avaient l’intention de trouver le coupable ayant provoqué la pollution de la Petite Espierres.

Comme le pensent beaucoup de Mouscronnois, il est regrettable que Monsieur Gadenne soit devenu moins abordable, moins jovial et moins proche de ses Administrés comme il l’était lorsqu’il n’était « que » Premier Echevin.  S’il est vrai que la fonction d’un Député-Bourgmestre amène de lourdes charges à  assumer, avouons que la cuvée « Alfred 2006-2012 » a de quoi surprendre … elle a perdu de sa personnalité. 

Stoyan et ses équipiers ont été gâtés

C’est à Avelgem, le 8 octobre dernier, que Stoyan débutait pour la première fois une rencontre de foot …  A la clé, une défaite sans appel de 7-1.

Depuis lors, 3 victoires, 1 match nul, deux rencontres perdues … sont tombés dans l’escarcelle des jeunes Cleugnottes.

Mais, après la sévère défaite de la semaine dernière (8-0 à Menin), les joueurs se devaient d’offrir une revanche à Dominique et Damien, leurs entraîneurs.

Quelques minutes avant l’échauffement, les jeunes rouches étaient gâtés par le papa de Nathan, le portier local.

En effet, Fabrice COULEMBIER, le sympathique patron de la société FC Metal, avait décidé de leur offrir un superbe K-Way aux couleurs du club. Un geste apprécié à sa juste valeur, tant pas les joueurs (nous le verrons plus bas), que par les entraîneurs et les parents.

Et, sans doute décidés de remercier leur nouveau sponsor et de démontrer à leurs entraîneurs ainsi qu’à leur délégué Grégory qu’ils savaient se remettre en question après une lourde défaite, les jeunes avaient décidé de jouer en équipe comme des guerriers allant au combat, le couteau entre les dents.

Mais, en face, il y avait une équipe d’Avelgem qui leur avait empilé 7 goals dans la vue lors du match aller et qui venait, suivant les échos entendus auprès des supporters flandriens, avec le secret espoir de faire encore mieux qu’au match aller.

Lors de l’entraînement de mercredi durant lequel les entraîneurs avaient -enfin- décidé d’élever la voix, les jeunes protégés de Dominique et Damien avaient montré beaucoup de rage pendant leur petit match d’entraînement … faisant dire à Damien que si « c’est bien de ne pas lever le pied à l’entraînement, il fallait faire la même chose pendant les matches »

Message entendu … 7 sur 7 ?

Sans doute, car c’est sur le score mérité et sans appel de 3-2 que les « Luingnois » sortirent beaux vainqueurs de cette joute qui fut, aux dires de tous les spectateurs, une rencontre très plaisante à suivre. Sans être chauvin, je pourrais même ajouter que le score n’est nullement forcé.

Si certains joueurs d’Avelgem ne pouvaient contenir leurs larmes à l’issue de la rencontre où ils furent dépassés par la fougue des jeunes Cleugnottes, l’entraîneur d’Avelgem demandait au coach local s’il s’agissait de la même équipe que celle rencontrée il y a un peu plus d’un mois …

C’est pourtant bien le cas et un bien beau compliment pour le staff Luingnois qui s’évertue à inculquer l’ABC du foot à leurs jeunes pousses.

Stoyan2.jpg

Stoyan1.jpg

Demandeurs d’asile à Mouscron …. Suite et pas fin …

Suite aux articles relatifs aux demandeurs d’asile parus dans la presse, le Collège communal à fait parvenir aux membres du conseil communal le courrier ci-dessous adressé à M. le Premier Ministre.

Une résolution, prise à ce sujet par le Collège sera également soumise à notre approbation lors de la séance du Conseil de ce lundi 28 novembre 2011.

Monsieur le Premier Ministre,

Dans un communiqué de l’Agence BELGA (vendredi 18/11/2011 – 15h17’), nous apprenons que le Conseil des Ministres a décidé d’augmenter l’accueil de nuit des sans-abri et l’accueil des demandeurs d’asile. Depuis, la presse en a fait des choux gras.

On y évoque 237 places dans les casernes, 300 places réparties à Herbeumont, Weelde et Aus et les possibilités restant pour les Initiatives Locales d’Accueil (ILA).

Jusque là, rien que de normal.

La suite du communiqué de l’Agence Belga nous laisse sans voix ! On y apprend que, selon vos propres indications, quelque 700 places seraient disponibles à Mouscron.

Nous sommes sidérés par une telle affirmation formulée sans aucun contact officiel de votre part ou de la part de vos collaborateurs, vers l’Exécutif local.

Cette affirmation est formulée sans que soit effectuée la moindre vérification quant à la faisabilité d’un tel projet.

Certes nous avions entendu de la bouche même du propriétaire de l’ancien hôpital « Le Refuge », accompagné pour la circonstance d’un agent de FEDASIL, qu’un partenariat était envisagé entre les deux précités en vue d’une occupation temporaire dans l’une ou l’autre aile du bâtiment, le temps de réaliser les travaux qui devaient transformer l’ancien hôpital en un complexe de logements.

Nous pouvions comprendre – et même approuver – ce mécanisme, qui pendant une période annoncée de 3 ans pourrait permettre l’occupation, par « opérations tiroir », des ailes en attente de transformation. Un chiffre de 250 demandeurs d’asile avait été annoncé, laissant entrevoir une rotation de 75 à 80 demandeurs par an.

Nous nous apprêtions donc à recevoir pareille demande et à l’examiner avec toute la rigueur et l’objectivité requise.

Surprise donc de constater que le propriétaire promoteur et son « complice » le FEDASIL, « mangent leurs paroles » et mettent le pied dans la porte, à peine entrouverte, pour forcer le passage.

Nous ne pouvons imaginer que vous puissiez cautionner de telles démarches et dès lors nous en appelons à votre bon sens.

Certes, il y a de bonnes raisons d’entrer dans un processus d’accueil concerté des demandeurs d’asile, et la démarche du CPAS local de recherche d’un site propice à l’implantation d’une ILA de 25 à 30 lits illustre bien l’état d’esprit des autorités locales à ce sujet, cependant, il y a mille et une raisons de rejeter purement et simplement le projet tel que conçu, sans véritable concertation entre autorités responsables, par un promoteur immobilier qui se révèle être un spéculateur cherchant à s’accaparer la plus grosse part possible des moyens financiers dont dispose le FEDASIL pour remplir ses missions.

Mille et une raisons disions nous… permettez-nous d’en évoquer quelques-unes.

                Le quartier où est implanté l’immeuble visé est fort de quelque 10.000 habitants, avec une densité extrême, néfaste à une vie sociale paisible et souvent évoquée par les services de police appelés à intervenir dans des conflits de voisinage.

Amener une importante communauté, culturellement et socialement disparate en un tel lieu relèverait de l’irresponsabilité.

                Le quartier en question se développe notamment sur deux kilomètres de frontière avec la France et notamment en contact direct avec une ZUP (Zone d’Urbanisation Prioritaire) qui s’avère constituer à quartier à forte densité de jeunes, qui viennent chercher à Mouscron, en raison notamment de la proximité, ce que Tourcoing ne peut leur offrir et occasionnent régulièrement chahut et petite délinquance.

                L’immeuble visé, ancien hôpital, n’est pas apte, sans travaux préalables, d’accueillir une population importante.

Les installations sanitaires et les dispositifs de sécurité sont totalement inappropriés à l’usage imaginé.

                Autant une mixité (temporaire) entre demandeurs d’asile et d’autres occupants du site était concevable, autant le projet de faire de l’ancien hôpital un centre exclusivement dédié aux demandeurs d’asile, bref un ghetto, devient inconcevable et inacceptable.

Comprenez dès lors, Monsieur le Premier Ministre, que nous ferons obstacle, par tous les moyens dont disposent les autorités locales à ce projet, tel qu’annoncé dans votre déclaration de vendredi dernier.

La présente position du Collège communal fera l’objet d’une évocation lors de la prochaine séance du Conseil communal dans la perspective d’appuyer la présente position par une résolution de ladite assemblée.

Recevez, Monsieur le Premier Ministre, l’assurance de notre respectueuse considération.

Le Secrétaire communal,           Le Bourgmestre,

        C. DELAERE                              A. GADENNE

 

RESOLUTION RELATIVE A LA CAPACITE D’ACCUEIL DES SANS ABRI ET DES DEMANDEURS D’ASILE. 

Ayant pris connaissance de la dépêche de l’Agence BELGA publiée le vendredi 18 novembre 2011 et selon laquelle « Le Gouvernement augmente la capacité d’accueil des sans abri et des demandeurs d’asile » ;

Attendu que ladite dépêche évoque que « … quelque 700 places seraient notamment disponibles à Mouscron… » ;

Le Conseil communal de Mouscron, réuni en séance le lundi 28 novembre 2011,

Prenant en considération la brutalité de l’information, même formulée au conditionnel, transmise aux Autorités locales par voie de presse ;

Considérant dès lors le manque total d’un quelconque contact officiel préalable ;

Considérant par ailleurs, qu’en aucune manière la faisabilité du projet évoqué dans la dépêche, n’a fait l’objet d’une quelconque vérification ;

Attendu que si la solidarité doit être activée pour organiser équitablement la répartition des demandeurs d’asile, il est inconcevable qu’une Autorité quelle qu’elle soit puisse l’envisager sans partenariat avec les Autorités locales des sites pressentis ;

Affirmant qu’il y a de bonnes raisons d’entrer dans un processus d’accueil des demandeurs d’asile et que chaque collectivité doit pouvoir assumer ses responsabilités à ce sujet, en concertation avec les Autorités fédérales compétentes ;

Considérant, à titre d’exemple, que l’accueil des enfants accompagnant les demandeurs d’asile dans les établissements scolaires locaux doit être planifié et concerté dans la mesure où l’encadrement ne sera pas automatiquement adapté ;

Eu égard à la démarche entreprise par le CPAS local en recherche d’un site adéquat pour l’implantation d’une ILA de 25 à 30 lits ;

Considérant que l’Autorité locale privilégie cette solution de répartition équitable des demandeurs d’asile ;

Après en avoir délibéré, à l                                 des voix, adopte la résolution suivante :

Article 1er. – La perspective du Gouvernement fédéral de mettre en oeuvre à Mouscron l’accueil de 700 demandeurs d’asile est dénoncée pour défaut de contact préalable avec les Autorités locales et est rejetée purement et simplement.

suite de la décision du Conseil communal du 28 novembre 2011 ayant pour objet :

RESOLUTION RELATIVE A LA CAPACITE D’ACCUEIL DES SANS ABRI ET DES DEMANDEURS D’ASILE.

Article 2. – La légitimité des Autorités fédérales d’organiser l’accueil des sans abri est reconnue pour autant que ladite autorité reconnaisse la légitimité des Autorités locales à participer objectivement à ladite organisation, et notamment à la recherche d’un consensus prenant en compte les réalités économiques et sociales des sites choisis.

Article 3. – Le projet de réhabilitation de l’ancien Centre Hospitalier « Le Refuge » doit conserver la mixité sociale et intergénérationnelle présentée par le propriétaire – promoteur de l’Autorité locale et non pas, par facilité et/ou spéculation, constituer un ghetto dont l’intégration constituerait un problème de gestion évident.

Article 4. – Les autorités locales rejettent catégoriquement la perspective d’accueillir le nombre de demandeurs d’asile annoncé par la presse.

Article 5.- La présente résolution sera communiquée au propriétaire-promoteur de l’ancien Centre Hospitalier « Le Refuge » ainsi qu’à toute personne, Autorité ou non, qui aura à intervenir dans l’accueil à Mouscron des demandeurs d’asile.

C’est à la Sainte Catherine …

St_Catherine.jpg

« A la Sainte Catherine, tout bois prend racine » dit un dicton bien connu …

C’est sans doute pour ce motif que des frênes sont plantés aujourd’hui à la Place Charles de Gaulle …

Si l’initiative ne peut qu’être appréciée, il serait également intéressant de voir les lampadaires faire leur apparition car une fois l’obscurité venue, il y fait trop sombre et un sentiment d’insécurité s’installe. Et, avec le froid qui a fait son apparition, un abri pour le bus, maintes fois demandé ne serait pas non plus superflu !

 

Un geyser dans la rue du Couët

C’est peu après 13 heures, alors qu’une entreprise s’attellait à la démolition de l’ancienne baraque à frites située dans le bas de la rue du Couët, à quelques mètres de frontière française, qu’un énorme jet d’eau a soudainement jailli entre les décombres …

La police et l’I.E.G étaient sur place pour constater …

Il ne manquait plus que le Ricard pour animer les discussions sur place ?

couet.jpg

NON à la réhabilitation du site « Le Refuge » en centre d’accueil

C’est l’ancienne clinique « Le Refuge » qui pourrait « accueillir » ces 700 demandeurs d’asile.

Les riverains de la rue du Couvent essaient, tant bien que mal, de se mobiliser contre la réhabilitation du « Refuge ». Ils espéraient plutôt y trouver une crèche, un home, des logements sociaux et même des kots pour étudiants, alors qu’ils ne retrouvent, aujourd’hui, devant un tout nouveau projet.

Une pétition est en ligne depuis quelques jours (cliquez sur la photo pour y accéder et la signer) et, dans les heures qui viennent, des pétitions seront déposées dans différents commerces de l’entité.

Non_au_Refuge.jpg

Des métaux lourds dans la rue du Boeuf à Dottignies ?

Ci-dessous, courrier transmis ce soir à M. Alfred GADENNE, Bourgmestre de Mouscron.

Monsieur le Député-Bourgmestre,

Les promeneurs parcourant la campagne luingnoise – et plus particulièrement la rue du bœuf – ne peuvent empêcher leur regard de se porter sur des dizaines de containers en bois entreposés, depuis des semaines, dans un champ.

Ces containers sont remplis de pommes de terre qui pourrissent là … au gré du temps …

Selon mes infos, ces patates retirées du champ où elles sont actuellement entreposées – ainsi que  celles des champs voisins – seraient impropres à la consommation car elles contiendraient des métaux lourds.

Ces métaux lourds, où du zinc, du plomb du nickel et du zinc ont été décelés et seraient au-dessus de la valeur normale. Ils proviendraient de la couche se trouvant sous la route menant au n° 4 de cette rue.

C’est le Labo bdb.be – n° du document S0948074 Client FD qui serait venu faire les prélévements.

Ces terres auraient déjà servi à la culture de poireaux, blé, …

Sur le montage photos joint au courrier, vous pourrez découvrir le nombre de palettes contenant ces patates, des patates dans un état de décomposition assez avancée et une photo d’un trou qui aurait été l’endroit des prélèvements en question.

Etes-vous au courant de cette situation ?

On en parle dans la Dernière-Heure de ce jeudi 24 novembre

Infos également sur actu24.be

Rue_du_boeuf.jpg

Un seul constat : Mouscron est trop laxiste !

Le journal Nord Eclair du jour fait sa Une avec « Dépôts sauvages : incivilité numéro 1 ».

La page 4 est complètement réservée aux problèmes des incivilités.

Des chiffres sont avancés et nous apprenons ainsi qu’« en 2009 Mouscron a ouvert 478 dossiers pour incivilités et infractions environnementales. Les mauvais stationnements et les dépôts sauvages arrivaient en tête. Tous les dossiers n’ont pas débouché sur des amendes. »

Difficile de faire mieux ou pire ?

Il suffit de vous promener en rue pour constater que le nombre d’incivilités que vous pouvez constater sur une journée pour voir que ce chiffre est INSIGNIFIANT pour ne pas dire RIDICULE ou même RISIBLE !