L’IEG est-elle créancière de l’Excelsior ?

Courrier transmis ce matin à Monsieur Michel FRANCEUS.

FRANCEUS

Monsieur le Président,

J’accuse bonne réception de votre commentaire concernant mon courrier sur l’affectation future des installations de l’Excelsior en cas de faillite.

Pour la bonne forme, qu’il me soit permis de vous rappeler combien est difficile la tâche d’administrateur au sein de l’IEG, notamment en raison d’une communication volontairement tronquée.

Si, de surcroît, il me faut tenir compte des états d’âme de chacun, il est à craindre que notre vision de la bonne gestion du denier public ne s’éloigne encore un peu plus de la logique.

Par ailleurs, Benoit ROUL affirmait, le 16 octobre dernier, que l’IEG devait de l’argent au club frontalier. Suite à cela, le 17 octobre, vous démentiez purement et simplement cette affirmation … Mais voilà que, dans un entretien accordé ce week-end à la RTBF,  Madame Véronique VAN ACKER, Administratrice de Capitalium Consult, estime que l’Excelsior doit encore récupérer 158.000 € de l’I.E.G …   Elle confirme donc les propos tenus, le 16 octobre, par Benoit ROUL.

Qu’en est-il ?

Dans l’attente de vous lire, je vous prie de croire, Monsieur le Président, l’expression de ma considération distinguée.

10 réflexions au sujet de « L’IEG est-elle créancière de l’Excelsior ? »

  1. FRANCEUS n’a plus autres choix que ceux de la confession publique, ou judiciaire!

    Les grands producteurs d’esturgeons attendent un geste pour co-investir à Mouscron.

    Va falloir se résoudre à expliquer les dérapages de l’intercommunale dans un dossier qui constituait un plus pour la Région!

    – Qui a donné l’injonction d’exclure la MAISON DE L’ESTURGEON des dernières journées portes-ouvertes de septembre au MIM?
    – Qui va supporter la perte subie par une interdiction d’exercer de plus d’un an?
    – Pourquoi a-t-il fallu plus de 4 mois pour évacuer les cuves (chevauchement avec les élections régionales de juin, dossier contesté parce qu’introduit par DETREMMERIE,…?)?
    – Pourquoi FLORAMARKET, en transit et sous privilège financier, peut-il déroger à ses obligations prévues par voie de règlement intérieur (couleur de portes, décorum)?
    – Où le MIM va-t-il ranger son matériel le jour où la MAISON DE L’ESTURGEON organisera sa Joyeuse Entrée?
    – …

    J'aime

  2. De nouveaux investisseurs sont annoncés au MIM.
    Dans quelles conditions?

    – Au tarif FLORAMARKET (avec prime à l’acquisition de terrain)?
    – Au tarif DUPONT RESTAURATION (avec rétrocession de marchés)?
    – Au tarif AMP (sans contreparties généralement quelconques)?

    L’IEG étant dans l’impossibilité d’assumer ses obligations face à la MAISON DE L’ESTURGEON, on voit mal Michel FRANCEUS aller de l’avant sans risques de médiatisation.

    J'aime

  3. A lire certaines révélations, le citoyen serait en droit de se demander si le MIM ne coûte pas plus qu’il ne rapporte à ses propriétaires : personnel en surnombre, loyers de sympathie, contentieux multiples, politique de communication dispendieuse,…

    J'aime

  4. Dans un courrier daté du 14 avril 2009 (disponible sur la toile), l’avocat RIVIERE suggérait que les cellules 25, 26 et 27 soient conjointement affectées au lancement de la MAISON DE L’ESTURGEON dans le cadre de mesures conservatoires.

    Et, pour cause, impossible pour cette enseigne novatrice d’ouvrir un atelier de transformation de poissons sans agrément AFSCA ou sans accès public à un espace de ventes.

    Dernière en date : des journalistes flamands, enquêtant sur le phénomène EXCEL, ont pu démontrer que les cellules 25 et 26 ont été effectivement affectées mais, sans titre, ni droits aux AMP plutôt qu’à ce créateur d’emplois dont les recherches furent financées par la Région Wallonne et firent l’objet des meilleurs commentaires à l’étranger!

    Pire, lesdites cellules servent aujourd’hui au parcage du tracteur du MIM (pelouses)!

    Ce n’est plus la comptabilité qu’il faut exiger mais une vade-mecum sur la compte-habilité!

    Manifestement, M. VERCRUYSSE semble ignorer qu’une information labellisée « Michel FRANCEUS » implique un long processus d’affinage!

    Surtout pour les non-membres du sérail…

    J'aime

  5. Certaines situations sont abracadabrantesques…pour un lyonnais essayant de comprendre l’action des pouvoirs locaux à l’échelon européen!

    M. FRANCEUS révèle à qui veut l’entendre qu’il serait devenu le protecteur du denier fiscal et, concomitamment, de la stabilité du revenu des communes attributaires de dividendes!

    Mais comment imaginer que lorsque cette personne accéda à la Présidence de l’IEG laissée vacante par Ann CLOET, elle fut incapable d’assurer un quelconque suivi aux courriers adressés à son intercommunale par le très réputé avocat Jean-Philippe RIVIERE sollicité dans le cadre de l’installation de la MAISON DE L’ESTURGEON?

    Difficile de se retrancher derrière un laconique «je ne savais pas» puisque la presse dénonça cette faute de goût à l’intérieur même de ce que d’aucuns auraient voulu ériger en «temple du bon goût»!

    Mais jusqu’à quand la communauté va-t-elle souffrir la présence d’un manager public qui avouait, le 16 octobre dernier, dans les colonnes de NORD-ECLAIR, en réponse aux questions d’un journaliste qui le pressait sur la précarité des lieux :

    «Je dois vous dire que je n’y suis jamais allé» = M. FRANCEUS n’est pas un homme de terrain mais de salon. Handicapant!
    «En ce qui concerne le plancher manquant, les cuves qui se trouvaient au-dessous ont été enlevées au frais de l’IEG» = 4 mois après la signature par les parties d’un état des lieux!
    «Pour ce qui est de la porte, aucun locataire n’a droit à ce privilège? Je ne vois pas pourquoi M. Paul Wyns bénéficierait de cet avantage» = double contre-vérité car contraire à la réalité historique et au dossier déposé dans le cadre de l’Objectif 1, mesure sur laquelle j’ai pu travailler à la Commission!
    – «Et pour ce qui concerne l’égouttage? Je n’étais pas au courant mais je veux bien comprendre qu’il soit donc difficile pour cet homme d’exercer son activité» = Surréalisme! Un étal de poissons sans hygiène… Comme à Libreville!

    Pour l’anecdote, j’ai été témoin d’une tentative de renvoi de deux collaborateurs du MIM lors de mon passage à Mouscron! Nauséeux!

    Déjà que votre dossier football n’emporte pas l’adhésion des foules, doutons que la chasse aux créateurs d’emplois puisse servir de sport de substitution!

    On musèle tout : les comptes, les gens, l’initiative,…

    J'aime

  6. Parlant comptes, quelle est aujourd’hui la position de l’IEG dans le dossier MAISON DE L’ESTURGEON?
    Vu l’existence d’une procédure intentée contre l’intercommunale, il semble impossible d’imaginer une quelconque location des cellules 25, 26 et 27?
    Il se disait hier au MIM que la cécité de certains responsables risque de favoriser l’ébranlement de certaines idées reçues sur le thème de la gestion du patrimoine immobilier…public!
    Ira-t-on jusqu’à l’abandon d’indemnités compensatoires taxées au prix du caviar iranien?
    Nonobstant la contrainte d’accueillir cette entitée née du Plan Marshall…

    J'aime

  7. Bonne question : quel à été le coût des dernières journées portes-ouvertes de septembre au MIM, et pour l’IEG, et pour les commerçants?

    J'aime

  8. Et pourquoi ne pas donner un éclairge nouveau à un particularisme local : quelle est le statut juridique de l’Association des Commerçants du MIM?
    A aucun moment, cette structure informelle n’a pu dépasser le périmètre de la chambre d’enregistrement des volontés exprimées par le Direction du MIM.
    Dit autrement, combien coûte annuellement cette mise sous tutelle?
    Si l’Intercommunale couvre actuellement une politique de loyers bradés, est-il normal qu’en sus, la collectivité aît à financer des frais promotionnels qui ne lui incombe pas?

    J'aime

  9. Est-ce si difficile de sortir une balance clients- fournisseurs?

    Faudra bien un jour présenter des comptes clairs…, la nouvelle éthique ne considérant plus que 5 péchés véniels égalent un péché mortel!

    J'aime

  10. Depuis l’accession de Michel FRANCEUS à la Présidence de l’IEG, il nous est rappelé que l’Intercommunale gère des fonds publics et qu’à ce titre, ses gestionnaires ne peuvent s’autoriser à aliéner le denier public.

    D’abord parce que pareille attitude relèverait de l’indécence, ensuite, parce que l’une de ses composantes, la Ville de Mouscron, vit sous «guidance» comme le soulignait encore ces derniers jours le député-bourgmestre Alfred GADENNE.

    Si des «erreurs de jugement» (pour ne pas dire des fautes) ont été commises, ne serait-il pas temps que l’IEG envisage la communication relative à son passé à la lumière de l’excès plutôt que sous l’angle du défaut?

    Aujourd’hui, le moindre acte de gestion semble relever du «secret défense».

    Inadmissible!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.