On ne sait plus comment s’habiller!

De télévisions en communiqués, bien des regards convergent sur Mouscron…

Comment notre ville (un des meilleurs PIB régional) va-t-elle réussir, dans le consensus qui est le sien, à amortir l’érosion de son tissu industriel?

Durant des années, le pouvoir en place a défendu, avec raison, le principe d’une nécessaire reconversion du pôle textile en pôle agroalimentaire.

Aujourd’hui, 2 défis méritent notre attention : l’après-VITAFISH (compensation des pertes d’emplois) et le sort de la MAISON DE L ESTURGEON (création nette d’emplois), laquelle piaffe d’impatience au MIM depuis 10 mois.

L’IEG ne pratiquant pas un jeu très clair, il m’a fallu me résoudre à solliciter M. GADENNE en sorte de mieux comprendre comment, dans des dossiers qui se ressemblent comme deux gouttes d’eau, il est patent de constater une application «à la carte» des règles régissant le bon accueil des investisseurs.

Qui sait, ma pêche à l’information sera-t-elle plus fructueuse…

Vitafish Dottigniesc

Monsieur le Député-Bourgmestre,

En sa qualité d’entité dominante, la Ville de Mouscron exerce un droit d’influence majeur dans la gestion de l’intercommunale IEG…

Régulièrement, la presse revient sur les difficultés d’installation de la MAISON DE L’ ESTURGEON sur le site du MIM.

Partant :

1. vous serait-il possible de me confier votre sentiment face au double langage de M. Michel FRANCEUS (président et échevin) : d’un côté, il annonce, urbi et orbi, la nullité des conventions d’occupation, de l’autre, il honorait récemment cette «inconnue au bataillon » du droit à sponsoriser les dernières «journées portes ouvertes de septembre» placées sous son patronage?

2. à l’expérience des mesures conservatoires qu’il vous a été donné de prendre dans le cadre de la faillite VITAFISH, ne serait-il pas sage, au nom de l’équité, que la Ville avance, aussi, les frais d’aménagement en salubrité de la MAISON DE L’ESTURGEON?

A l’évidence, tout cela fait désordre…

Surtout, sur des matières liées à l’emploi…

En l’attente de vous lire, je vous prie de recevoir, Monsieur le Député-Bourgmestre, l’expression de ma haute considération.

esturgeon1

esturgeon2

3 réflexions au sujet de « On ne sait plus comment s’habiller! »

  1. Authentique « brève de comptoir » entendue dans un établissement de la Grand-Place!

    C’est un liègeois qui rencontre l’un de ses confrères à l’occasion d’une réunion des gestionnaires d’intercommunales économiques…

    « Dit donc comment vous faites à Moucscron pour que vos contentieux restent au civil? »

    J'aime

  2. La reprise de VITAFISH (non pas espérée mais attendue) justifie assurément la plus totale discrétion.

    Si, sur le fond, le bon sens dicte la réserve, j’éprouve parfois le sentiment, au travers de cet événement d’ores et déjà annoncé comme rédempteur, de revivre une visite papale, notamment celle qui fit le Saint-Père visiter l’Afrique du Sud.

    Des mesures de sécurité exceptionnelles autour des lieux de prédication (VITAFISH – Dottignies) assorties d’une interdiction de survol des bantoustans (MIM).

    Mais diable, quand notre Pape (Michel FRANCEUS) viendra-t-il présenter, au MIM, son «encyclique sur le bon goût alimentaire en zone occupée»?

    Triste image d’une religion économique…à 2 vitesses!

    J'aime

  3. « Lorsque le prêtre favorise une innovation, elle est mauvaise : lorsqu’il s’y oppose, elle est bonne » (Denis Diderot – Extrait de Principes de politique des souverains).

    Tout le problème de l’IEG se résume en une formule : y a-t-il encore un évêque à la tête du diocèse?

    J'aime

Les commentaires sont fermés.