Le coup de gueule de Jeanne-Marie Vanderwinkel

Jeannemarie_jeanpierre_Raepsaet

Ce samedi en début de soirée, j’ai reçu un message, un coup de gu…, de Jeanne-Marie Vanderwinkel, l’amie, la confidente, la Femme avec qui Jean-Pierre Raepsaet partageait sa vie, et avec qui il allait se marier le 25 septembre 2010 pour leurs 20 ans de rencontre…

Avec l’accord de Jeanne-Marie, j’ai décidé de publier son message (voir ci-dessous) sur mon blog…

A 1000 euros les 4 avis dans les journaux… cela vaut la peine de crier un peu ! Faire suivre aux responsables des chroniques nécrologiques… du Courrier, du Soir et du Nord-Eclair !

J’ai rué dans les traditions funéraires et ai été soutenue dans mes projets par M. Delval et un curé remarquable, Xavier Nys ainsi que tous les amis et connaissances de JP sans oublier ma famille. J’ai découvert l’envers du décor et le côté rigide des pompes funèbres… Il faut une croix sur le faire-part parce que cela va se passer dans une église… J’ai proposé une caméra; du coup ils ont accepté le « pas de croix ». J’ai transformé la chambre américano-anglaise en lieu africain avec photos et BD: on avait vraiment envie de rester auprès de JP, pas de foutre le camp d’un musée de cire; j’ai imaginé un espace de paroles et d’images… et aujourd’hui pour 1000 euros, JP a l’air de se recueillir alors qu’il note consciencieusement dans son carnet de journaliste, un micro à la main… mais la photo a été coupée. Sur tous les papiers, je trouve l’expression:  » divorcé de … ». Je finirai par éditer un code du savoir-réagir contre cette administration et ces pompes qui nous pompent… 10 heures après la mort d’un être cher. Dois-je m’en prendre rien qu’à moi, qu’à nous de n’avoir accepté un mariage que le 25 septembre 2010 pour nos 20 ans de rencontre ?

C’est mon dernier coup de gueule, un dernier sursaut d’énergie. Mais ceux qui me connaissent savent que ce n’est pas vrai ! Et évidemment que l’essentiel n’est pas là. Jean-Pierre n’est pas parti en reportage !

Jeanne-Marie Vanderwinkel

PS Merci aux vrais journalistes qui ont parlé du vrai Jean-Pierre.

6 réflexions au sujet de « Le coup de gueule de Jeanne-Marie Vanderwinkel »

  1. … lui, au moins c’était marrant. Ici, les gaffes deviennent de l’indécence, du manque de professionnalisme et ne font sourire personne ! Sinon JP peut-être qui doit se dire que le monde est décidément bien « petit » tout en se replongeant dans la lecture d’une nouvelle BD. Salut l’ami, courage Jeanne-Marie !

    J'aime

  2. Ce coup de gueule m’a fait du bien. En réalité, les dernières images de Jean-Pierre sur son lit de mort ou dans sa chambre mortuaire ne sont que positives que grâce à l’énergie que j’ai mise pour tout le monde. C’était mon premier « mort » : j’ai toujours refusé de voir les autres depuis qu’à 2 ans, j’avais vu mon arrière-grand-mère. Mais cette image s’estompe déjà vu que Jean-Pierre est si vivant en moi et autour de moi. Mon moteur de vie ! Merci de votre soutien depuis le début…et même avant !

    J'aime

  3. jeanne marie,,,,,,jean pierre est avec nous et nous sommes avec lui .j’aime a croire dans un quelque part ,,,le reste!!garde l’esprit grand et haut! le reste n’ est tout compte fait que du bisness base autour de vieilles idees desuetes

    J'aime

  4. Il en faudrait des cent et des mille,sans S…chère JM,pour que « changent » les choses…
    Mais ne t’en fais pas..nous sommes des cents et des milles,auprès de toi,pour t’aider,te comprendre,te soutenir…
    AMITIES ! Serdu

    J'aime

  5. Le coup de gueule: OK. Les pompes funèbres ont leur pourcentage et les medias… Je ne sais si tu estimes que je faisais partie des « vrais journalistes » mais pour moi, Jean-Pierre en était un. C’est le plus beau compliment que je puisse faire.
    Laisse tomber les traditions et dis-toi que les cons le resteront. Ignore et sois toi-même; c’est certainement ce qu’il voulait/voudrait. Pas que tu craques.

    J'aime

  6. Je peux comprendre, Jeanne-Marie, la révolte qui est en toi face à l’immobilisme, au conformisme. Je retiens surtout et de manière éminemment positive la présence de personnes qui ont adhéré et soutenu tes/vos désirs. Tu as raison, Jeanne-Marie, de tracer, au-delà de la douleur, des chemins qui t’aident à grandir. Bien à toi, Jean-Luc

    J'aime

Les commentaires sont fermés.